booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Agadez, état des lieux

Agadez : Les élus de la région d’Agadez ont fait entendre leur voix sur le bilan de l’application de la Loi 036/2015

A l’occasion de la 3ème édition de la journée nationale de mobilisation contre la traite des personnes, les collectivités territoriales de la Région d’Agadez ont fait une analyse succincte des conséquences de l’application de la loi 2015-036 au Niger sur le plan économique, social et culturel.
L’intégralité de ce point avec Issouf Ag Maha, maire élu de Tchirozérine et porte-parole des élus de la Région

————————————–
1. SUR LE PLAN SOCIAL
 L’application de la loi 2015-036 du 26 Mai 2015 a été une surprise générale pour les populations d’Agadez. Une activité menée régulièrement depuis des décennies en accord avec les autorités et la société en général est devenue criminelle du jour au lendemain.

 L’application brutale et effective de la loi a permis l’arrestation et l’emprisonnement de plusieurs citoyens de la région d’Agadez ainsi que la confiscation de leurs biens.

 Elle est vécue comme du « deux poids, deux mesures » en ce sens que les transporteurs des migrants sur les différentes étapes avant Agadez mènent allègrement leur activité pendant que ceux des étapes après Agadez deviennent des criminels à arrêter et dont il faut confisquer le capital productif.

 L’accumulation des ressortissants de la CEDAO dans la ville d’Agadez crée de la surpopulation avec toutes les conséquences néfastes qui en découlent .

 Le chômage né de l’arrêt de diverses activités économiques (tourisme, Imourarene ,Azelik ,Djado) , s’est accentué avec l’application de la loi 2015 -036 qui met à mal le commerce et le transport transsaharien dans la région d’Agadez d’où la recrudescence de l’insécurité résiduelle dans les centres urbains et sur les axes routiers.

 L’application de la loi fait monter continuellement le prix du transport dans le désert, ce qui incite à la prise de risque par les acteurs notamment en optant pour la clandestinité et la fraude. Ceci a pour conséquence la multiplication des morts dans le Ténéré. En d’autres termes, on n’arrête pas l’activité car celle-ci est devenue de plus en plus lucrative, mais on réduit le nombre d’acteurs que celle-ci occupe, avec des conséquences dramatiques sur la vie et l’intégrité physique et morale des migrants.

2. SUR LE PLAN ECONOMIQUE
 Une analyse statistique fait ressortir qu’avant l’application de la fameuse loi 2015-036, le transport transsaharien faisait rentrer une importante masse d’argent dans la région d’Agadez. Le nombre de migrants transitant par la commune urbaine d’Agadez rapporté au budget moyen investi par chaque passager avoisine les 65 693 054 250 FCFA par an.

 Le recensement des acteurs de la migration a fait également ressortir que 6700 personnes environ vivent directement ou indirectement de cette activité.

 Pour les budgets communaux, il y a un important manque à gagner au niveau de la taxe gare routière et de la voirie du fait de la disparition des transporteurs transsahariens.
A titre Illustratif et sur la base des données de l’OIM Année 2016, 333.891 migrants ont été enregistrés sortants. Voilà concrètement dans le tableau ci-joint la retombée économique directe qui constitue le manque à gagner pour la Région d’Agadez,

3. SUR LE PLAN CULTUREL
 Le développement de la clandestinité crée un esprit de banalisation des activités illicites.

 Le brassage des communautés venant de divers horizons culturels et géographiques favorise la débauche et la dégradation des mœurs.

 La multiplication des morts et des charniers dans le désert concourt à la banalisation de la vie humaine.

 Le sentiment de frustration lié à l’application de la loi 2015-036 notamment son caractère partiel pour Agadez justifie pour certains acteurs les actes de banditisme et la banalisation des actes criminels dans les centres urbains et sur les axes routiers.

NB : TOUS CES ÉLÉMENTS FAVORISENT L’EMERGEANCE D’UNE NOUVELLE GENERATION DE CITOYENS QUI SERONT DE MOINS EN MOINS ENCLINS AU RESPECT DES REGLES ETABLIES ET QUI DEVIENDRONT UN JOUR DIFFICILEMENT GERABLES POUR NOTRE PAYS.

Je vous remercie !

https://www.facebook.com/airinfo.journal?hc_ref=ARRcVpiZOwAZwcLv1Lam2dK0l3OS9Iu0teXf3GRkDsoJmFPlC3J_FDo8hiGOVOiUOC0

Envoyer un commentaire