booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Énergie solaire : une académie de formation de techniciens s’ouvre à Bamako

C. A. DIA-L’Essor

Implantée dans notre pays, elle a été créée dans le cadre du projet « Akon Lighting Africa », du nom du célèbre rappeur sénégalo-américain

Samba Bathily est un jeune opérateur économique malien. Alioune Badara Thiam dit Akon est un célèbre chanteur et producteur sénégalo-américain. Thione Niang est un intellectuel et homme d’affaire sénégalais. Ils ont en commun la jeunesse (40 ans de moyenne d’âge), l’amour de leur continent et, surtout, l’ambition panafricaniste d’éclairer l’Afrique à partir de l’énergie solaire photovoltaïque pour accélérer son développement durable. Ils ont vite compris que ce pari ne peut être gagné sans une main d’œuvre qualifiée et disponible sur place. C’est pourquoi, dans la mise en œuvre du grand projet « Akon Lighting Africa » dans déjà 15 pays de la région, dont le Mali, sur 25 de prévus, la première académie du solaire en Afrique a été créée dans notre pays en 2012. C’est la « Solektra solar academy ». Elle a été conçue par Solektra international, leader mondial du secteur, à l’origine de l’initiative Akon Lighting Africa.

Africa-Solar-Energy-Panneaux-solaires
Aujourd’hui, plus de 620 millions d’Africains n’ont pas accès à l’électricité sur les 1,1 milliard de personnes qui peuplent le continent. Pourtant, la région est ensoleillée pendant 320 jours sur les 365 de l’année. On ne peut rêver mieux pour développer l’énergie solaire, selon Patrice Dangang, directeur de Solektra solar academy. En investissant dans une main d’œuvre spécialisée dans l’énergie solaire en Afrique, l’Académie du solaire espère contribuer au développement de ce modèle économique et promouvoir la croissance inclusive sur l’ensemble du continent. Il s’agit d’offrir à la jeunesse qui constitue 70% de la population africaine, l’opportunité de jouer un rôle dans le développement des énergies renouvelables et d’exploiter leur formidable potentiel. « C’est en investissant dans la formation des jeunes africains et dans la création d’emplois que l’on garantira à notre continent, un avantage concurrentiel au sein de l’économie globale », estime le responsable de la structure.
Pour ce faire, Solektra solar academy propose des formations à trois niveaux. Au bas l’échelle, il y a la formation des ouvriers qualifiés. Elle concerne les jeunes dont la moyenne d’âge est comprise entre 18 et 25 ans, issus des milieux urbains et ruraux sur tout le continent. Il s’agit de jeunes qui n’ont aucune qualification mais, qui savent lire et écrire, un minimum requis pour pouvoir apprendre. Au terme d’une formation de 3 mois, ces jeunes seront outillés pour faciliter leur intégration dans la vie active en accédant aux emplois de poseurs ou d’installateurs d’équipements solaires photovoltaïques de toutes tailles. Un cran au dessus, on retrouve les techniciens supérieurs avec le niveau du baccalauréat et du brevet de technicien supérieur. Le type de formation qui leur sera consacré, portera sur le dimensionnement, la conception de projets et la conduite des travaux en matière d’énergie solaire photovoltaïque. A sommet de la pyramide se trouve le niveau ingénieur. Les modules portent sur la conception de grands projets, la gestion des systèmes de centrales photovoltaïques, le dimensionnement, etc.

L’Académie ouvrira ses portes le 16 janvier prochain à 25 étudiants en cycle ingénieur. Il s’agit de ressortissants de 10 pays francophones de la CEDEAO et du Cap-Vert. Chaque pays sera représenté par 2 personnes. Celles-ci doivent avoir un profil d’entrepreneur ou d’acteur du domaine et d’un décideur politique de l’orientation énergétique de son pays. Les frais d’études et d’hébergement sont pris en charge par l’Académie aussi bien pour les ouvriers qualifiés que pour les autres élèves. Ils auront accès à des systèmes de formation et des équipements pédagogiques de pointe et à la technologie photovoltaïque la plus récente (panneaux, installations, etc.).
La rentrée solennelle sera précédée par l’assemblée générale des professionnels de l’énergie solaire photovoltaïque de la CEDEAO, prévue le vendredi 15 janvier 2016, dont le président d’honneur est notre compatriote, Samba Bathily, président directeur général de Solektra-Mali.
C. A. DIA

Source : L’Esso,http://maliactu.net/mali-energie-solaire-une-academie-de-formation-de-techniciens-souvre-a-bamako/

Envoyer un commentaire