booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Événements

  • Aucun événement

Langues berbères : de droite à gauche ou de gauche à droite ?

Jeune Afrique-Farid Alilat

L’écriture des langues et dialectes berbères pose encore problème. Comment la retranscrire ?

Comment transcrire les langues et les dialectes berbères ? En lettres arabes ? En latin ? En tifinagh, les caractères adoptés par les Amazighs au milieu du Ier millénaire avant Jésus-Christ ?

La question fait encore débat parmi les spécialistes. Pour les puristes, la langue berbère possède ses propres signes, des voyelles et des consonnes formées de quelque cinquante caractères. C’est l’Académie berbère qui a établi, à la fin des années 1960, un alphabet standard pour transcrire ces langues restées pendant des siècles au stade de l’oralité.

En Algérie, où l’enseignement du tamazight a été officialisé au milieu des années 1990, les élèves le transcrivent en arabe bien qu’une large majorité de Kabyles adopte les caractères latins. Au Maroc, la graphie tifinagh, qui se lit de gauche à droite contrairement à l’arabe, est adoptée officiellement en 2003. Un choix politique – ni arabe, ni latin – qui pose des défis éducatifs.

2 commentaires pour Langues berbères : de droite à gauche ou de gauche à droite ?

  • Azul,
    ravi de tomber sur un site aussi fourni.
    ça me rappelle les 18 mois que j’ai passé à TAM et In Mguel. Des souvenirs inoubliables. J’aurais aimé revisiter la région avec mes enfants ….
    J’espère que j’aurais cette chance, après tous ces obstacles….

    Mestafa MOUSSI

  • Aïta al Marakachi/al-Fassi/ al-Maghrebia

    Par rapport aux choix de l’écriture amazigh/tamacheqh, étant de la région de peuplement « touareg sahariens du Mali » (région de Tombouctou), déjà habituée au Tifinagh, je conseille d’universaliser le Tifinagh comme alphabet de transcription de l’amazigh/tamacheqh pour fédérer les dialectes locaux, comme ça se pratique déjà Au Maroc où « la graphie tifinagh, qui se lit de gauche à droite,contrairement à l’arabe, est adoptée officiellement en 2003. Un choix politique – ni arabe, ni latin – qui pose des défis éducatifs » non surmontables, comme l’amharique en Ethiopie.

Envoyer un commentaire