booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Elevage : deux grands projets pour les régions de Mopti et Kidal

Le ministre de l’Elevage et de la Pêche, Bokary Tréta, a présidé du 28 au 30 octobre deux ateliers successifs de validation des documents de projets de développement de l’élevage dans les régions de Mopti, « PDEM », et de Kidal, « PDEK ».

 

Le premier, pour un coût global de 16,6 milliards Fcfa, comporte cinq composantes : la maîtrise de la santé animale et celle publique vétérinaire ; la sécurisation et la régénération des ressources pastorales ; la promotion de la commercialisation ; l’intensification de la production et la valorisation des produits et l’amélioration de la capacité et du professionnalisme des acteurs des filières de l’élevage en 5è Région. D’un coût d’environ 5,7 milliards de Fcfa, le PDEK va s’attacher à améliorer la durabilité des systèmes d’élevage par l’hydraulique et périmètres pastoraux ; promouvoir la santé animale ; valoriser le cheptel vif et la commercialisation des produits ; consolider les initiatives de valorisation de la production et des produits à tous les niveaux, péri-urbain comme sédentaire, et améliorer les conditions d’accompagnement du développement d’une économie durable de l’élevage dans la région de Kidal.

Le ministre de l’Elevage a salué l’ensemble des acteurs et les partenaires techniques et financiers coordonnés par l’ambassade du royaume de Belgique, avant de rappeler que l’élevage améliore les revenus des populations rurales pour environ 30% dans les systèmes pastoraux et 18% dans les systèmes agro-pastoraux.

Sa part dans le PIB tourne autour de 9,4%. Il participe à l’atteinte de la sécurité alimentaire, à la réduction de la pauvreté et au recul de l’exode rural. Après une description du potentiel du cheptel et de son espace pastoral, Bokary Tréta a tracé le tableau des perspectives établi par son département en matière d’élevage.

L’Essor,4 novembre 2011,  Amaïguéré Ogobara Dolo (AMAP Ségou)

Envoyer un commentaire