booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Événements

  • Aucun événement

Elevage au Niger: des campagnes gratuites de vaccination pour mieux exporter

RFI-Gaëlle Laleix

À Niamey 5, dans la périphérie de la capitale, plusieurs centaines de bœufs et de petits ruminants attendent sous le soleil que Moussa Hamidou, technicien d’élevage, s’occupe d’eux, armé d’un curieux pistolet. « C’est un pistolet pour vacciner. Voilà l’aiguille… le vaccin est contenu dedans. Le Périvac. Le feutre, c’est pour marquer les bêtes. Chaque fois qu’on vaccine un bovin, on le coche, pour ne pas le vacciner une deuxième fois. »

Ce jour-là, Moussa vaccine contre la fièvre des petits ruminants et la péripneumonie contagieuse bovine. Ali Boukari est venu avec ses cinquante vaches. Des épidémies, son troupeau en a connu beaucoup. « Parfois, mes bêtes souffrent de maladies surtout la fièvre aphteuse et la dermatose. Et quand il y a une épidémie, c’est un carnage. Quand la vaccination était payante, on ne pouvait pas toujours se la permettre, mais maintenant que c’est gratuit, tout le monde vient. »

Moussa Amidou, technicien d’élevage, tient un pistolet pour inoculer le vaccin contre la peste des petits ruminants. RFI/Gaëlle Laleix
 Au Niger, le gouvernement a lancé d’importantes campagnes de vaccination du bétail, gratuites. L’élevage est crucial pour l’économie du pays. C’est la deuxième activité qui emploie le plus de monde après l’agriculture et elle représente 11 % du produit intérieur brut national. Mais le Niger se bat encore contre des maladies qui freinent l’exportation de ses animaux.
Gratuité

La gratuité est au cœur de la stratégie du Niger. Depuis 2008, le gouvernement mène des campagnes de vaccination. Aidé depuis l’année dernière par le PRAPS, le Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel, de la Banque mondiale, il espère étendre la couverture.

« Aujourd’hui, nous avons 21 000 petits ruminants et 8 000 gros ruminants qui ont été vaccinés, explique Illiassou Boukary, directeur communal de l’élevage à Niamey 5. Un vaccin pour un bœuf coûte 1 250 francs CFA (1,90 euro). L’éleveur n’en payait que 300 (0,50 euro), à l’époque des vaccinations payantes. Aujourd’hui, tout est supporté par l’État et le PRAPS. Ça va faire une grande différence au niveau des effectifs vaccinés. Avec ces vaccinations gratuites, nous avons de grandes chances d’anéantir l’émergence de ces maladies d’ici 5 ans. »

Normes internationales

Pays d’élevage nomade, le Niger exporte son bétail sur pied. Mais pour cela, il doit se conformer aux normes internationales de vaccination, faute de quoi, les pays acheteurs lui claquent la porte au nez.

« Avant on exportait de la viande en Europe, au Gabon, en Côte d’Ivoire et un peu partout, se souvient le Dr Abdoul Malick Haido, directeur de la santé animale au ministère de l’Élevage. Mais maintenant, avec l’émergence de ces maladies, nous n’y arrivons plus, parce qu’on nous demande le certificat de pays exempt de telle ou telle maladie. Un pays d’élevage qui n’arrive pas à exporter ses animaux, c’est un manque à gagner très important. C’est pourquoi nous sommes là maintenant pour montrer aux gens l’évolution de notre taux de couverture vaccinale. Par exemple, nous sommes rentrés dans le dispositif d’éradication globale de la peste des petits ruminants. »

Le ministère de l’Élevage distribue près de 30 millions de vaccins par an, gratuitement.

http://www.rfi.fr/emission/20170308-elevage-niger-campagnes-gratuites-vaccination-mieux-exporter

Envoyer un commentaire