booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Commentaires

Sècheresse à Gourma Rharous : Le président du conseil de cercle craint des conflits intercommunautaires

Le phénomène de la sécheresse se pose avec acuité à Gourma Rharouss. Ce qui constitue non seulement une menace pour la survie pour la population, mais aussi celle des animaux. C’est ce qui ressort de notre entretien avec le président du conseil de cercle de Gourma Rharous, Mohamed Youssouf AG Ghallas.Sècheresse à Gourma Rharous : Le président du conseil de cercle craint des conflits intercommunautaires

Pour faire l’état des lieux de la période hivernale dans le cercle de Gourma Rharous, une mission des responsables de la localité,  dirigée par le président du conseil de cercle, s’est rendue sur le terrain. Le constat est alarmant. Car selon l’équipe de prospection, une grave sécheresse a frappé toute la bande du fleuve du cercle de Gourma Rharous. Cette zone, explique Mohamed Youssouf AG Ghallas, est composée de quatre communes, à savoir Banikane, Rharous, Serere et Hamzakoma. Dans ces communes, regrette notre interlocuteur, la moindre herbe n’a poussé. Il n’y a pas eu non plus de céréales fluviales. Toute chose qui obligea les éleveurs à monter déjà sur les puits pastoraux.

Dans le cercle de Gourma Rharous  divisé en trois zones après la bande du fleuve, la zone du Ghourma intérieur composé de: la commune de Gossi, secteur de Indaki, secteur de Debang malan, secteur ďAgoufou, secteur de Imbossossotan, secteur de Gossi et la commune d’Adjora, c’est la panique totale.  Car, précise M. Mohamed Youssouf AG Ghallas, outre la grave sécheresse,  la zone de Gourma intérieur subit une décente massive de toutes les communautés vivant dans les zones frontalières Burkina Faso- Mali-Niger à cause des derniers affrontements entre les djihadistes, Barkhane et l’armée burkinabè. «La descente des Peuls-bergers du Burkina et du Niger  persécutés par les forces burkinabè et Barkhane parce que soupçonnés d’avoir des liens avec les djihadistes, constitue une menace et une charge pour Gourma Rharous», a déclaré le président du  conseil de cercle.

A en croire Mohamed Youssouf Ag Ghallas, à cause de la sécheresse, la zone des lacs composée de Haribomo,  et Bambara Maoude sera obligée d’accueillir les animaux de la bande du fleuve qui ne pourra pas les satisfaire à cause du surcharge. Ce qui risque de provoquer des conflits intercommunautaires. «Pour prévenir cette crise à des conséquences graves sur le vivre ensemble,  je lance un appel urgent à toutes les autorités locales, régionales, nationales, et internationales pour voir le terrain pendant qu’il est encore temps. Sinon, d’ici le mois de février 2018, il y aura des grands problèmes de survie. Car, ce phénomène constitue la plus grande insécurité qui n’épargne personne et qui ne fait aucune différence entre les populations et leurs biens et même les animaux sauvages», a déclaré Ag Ghallas. Pour se faire entendre, après avoir félicité  le Cicr qui a déjà envoyé une mission d’évaluation dans tous le Gourma et qui peut déjà confirmer  leur  rapport, il a lancé un appel aux médias nationaux et internationaux, pour la diffusion urgente et large de ces documents.

En attendant la réaction des autorités nationales et internationales, le président du conseil de cercle a salué les efforts des partenaires pour leur appui dans la gestion des conséquences de ces aléas qui secouent Gourma Rharous. «Nous remercions le gouvernement du Mali, le Comité international de la croix rouge (Cicr), le DRC, Islamique reliefs à travers le PAM. Particulièrement le  ministre-commissaire à la sécurité alimentaire, le ministre du Développement social et de l’Action humanitaire, qui ont répondu à notre cri de cœur du mois d’avril 2017 par rapport à la sécheresse et aux inondations», a conclu Mohamed Youssouf AG Ghallas.

Faut-il le rappeler, la mission de supervision sur le terrain à Gourma Rharous était composée de: Mohamed Youssouf Ag Ghallas, président du conseil de cercle; Mossa Ag Almoner, maire de la commune rurale de Gossi; Mohamed Ag Houd dit Atta, maire de la commune de Rharous, Mohamed El Medi Ag Rhissa dit Infonia, maire de Haribomo; Talkata Abdoul Hamid Maïga, maire de Banikane et Alla Ould Hamou, responsable de la communauté arabe.

Oumar KONATE

Source: Malijet, http://malijet.com/actualte_dans_les_regions_du_mali/196414-secheresse-a-gourma-rharous-le-president-du-conseil-de-cercle-cr.html

Envoyer un commentaire