booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Vers un système de gestion de l’information sanitaire dans les six pays membres du PRAPS, Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Tchad

Dakar, 11 mars (APS) – L’assistant technique régional chargé de la formation pour le compte de la coordination régionale de la composante santé animale du Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS), Hassan Adakal, a annoncé lundi à Dakar la mise en place d’un système de gestion de l’information sanitaire dans les six pays membres.
« Nous voulons à la fin du PRAPS disposer d’un système de gestion de l’information sanitaire au niveau de chaque pays du PRAPS à travers des bases de données et un processus d’évaluation de la plateforme Kobo Toolbox », a dit Hassan Adakal.
Cette plateforme informatique est un instrument permettant facilement la mise en place d’outils de collecte de données directement sur le terrain via des smartphones et des tablettes, dans le cadre de la composante santé animale du Projet d’appui au pastoralisme au Sahel.
M. Adakal intervenait à l’ouverture de la session régionale de formation des administrateurs réseaux pour l’utilisation et le contrôle de la plateforme Kobo Toolbox (KTB) dans le cadre du PRAPS, une rencontre prévue pour se poursuivre jusqu’au 15 mars prochain.
« Nous sommes à la deuxième phase de cette formation », la première ayant consisté à « connaître l’environnement de Kobo Toolbox » et à « pouvoir construire les trois formulaires que je viens d’évoquer ».
Selon lui, tous les six pays du PRAPS, à savoir le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Tchad, sont tombés d’accord « à l’unanimité » sur le fait de choisir la plateforme Kobo Toolbox pour en faire un dispositif à partir duquel développer leurs bases de données.
« Nous voulons à travers cette formation un approfondissement de cette maîtrise’’, en vue de « passer à la phase valorisation des données par des outils +open sources+, c’est-à-dire des plateformes gratuites qui vont permettre la cartographie des données sanitaires », a-t-il expliqué.
Il ajoute : « Nous partons d’un processus qui est long, qui dure depuis une année pour former des gens capables de mettre en place des bases de données épidémiologiques dans les six pays du PRAPS ».
Dans cette perspective, renseigne-t-il, il a été développé des formulaires portant sur le rapportage et le suivi des bêtes, la vaccination, mais également le suivi du niveau de protection des animaux après la vaccination.
Ainsi des catégories de personnes ont été identifiées dans ce cadre à travers les six pays concernés, à savoir les informaticiens, les gestionnaires des bases de données au niveau des services vétérinaires, ceux qui sont chargés de la collecte et de l’analyse des données au niveau des laboratoires.
Des groupes ont été aussi constitués dans chacun des pays concernés, en vue de les doter de compétences requises.
« C’est ce qu’on attend globalement, et on pense quand même que le fait que nous avons choisi des personnes qui font le même processus depuis presque une année nous permettra d’avoir des gens qui sont capables de faire ce travail », a-t-il indiqué.

DS/BK/ASG,http://aps.sn/actualites/societe/sante/article/vers-la-mise-en-place-d-un-systeme-de-gestion-de-l-information-sanitaire-des-six-pays-du-praps

Envoyer un commentaire