booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Commentaires

Sauvegarde du fleuve Niger : Conjugaison des efforts, un passage obligé

L’essor

Contribuer « à la définition et au portage d’une stratégie politique de protection de l’environnement dans une perspective de développement durable », tel était l’objectif général de l’atelier national pour la sauvegarde du fleuve Niger qui s’est tenu samedi et dimanche dans la salle Moussa Balla Mary Coulibaly du Conseil national du patronat malien. Organisé par le bureau politique national du Rassemblement pour le Mali (BPN-RPM) et l’Agence du Bassin du Fleuve Niger (ABFN), ces travaux ont enregistré la présence de plusieurs officiels, universitaires et organisations de la société civile. Le secrétaire général du ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Abdoulaye Berthé, le directeur national de l’ABFN, Mahamadou Cissé, le 2ème vice-président du RPM Nancoman Kéïta et le ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, Ousmane Koné y ont aussi pris part.
Le coup d’envoi des travaux a consisté en une présentation sur l’importance du fleuve Niger et des dangers auxquels il fait face. Parmi lesquels on peut retenir « la péjoration climatique » avec ses conséquences de « baisse drastique » et « quasi continue des crues des cours d’eau depuis plus de 4 décennies ». Ce qui impacte les « bassins à régime hydrologique tropical comme le fleuve Niger », affirme un document remis à la presse par les initiateurs de cet atelier. La « pollution des eaux » du fleuve taxée de « menaces existentielles », les « fortes pressions » subies par le fleuve dans les grandes villes comme Bamako, Ségou, Mopti, Gao à cause de l’urbanisation rapide, les dangers liés à l’orpaillage qui polluent le fleuve sont aussi des menaces évoquées au cours de cette rencontre. Laquelle se propose aussi de créer un espace d’information, de sensibilisation, de partages et de propositions pertinentes avec les cadres militants du RPM et tous les acteurs impliqués dans les questions de sauvegarde environnementale, sociale et économique du fleuve Niger.

Pour le 2ème vice-président du RPM Nancoman Kéïta, la sauvegarde de l’environnement est une problématique dont la résolution implique des actions conjuguées. L’Etat et les PTF ne peuvent pas seuls faire ce travail, il faut une conjugaison des efforts, a-t-il ajouté. Il a assuré que le RPM entend former ses militants sur les questions liées aux grands enjeux de notre pays.
Trois thèmes étaient sur la table pendant ces 2 jours de travaux au rang desquels figurent « le fleuve Niger au Mali, état des lieux », « les mesures de sauvegarde pour le fleuve Niger au Mali » et le « Projet de réhabilitation économique et environnementale du fleuve Niger ».

Les travaux avaient aussi pour objectifs spécifiques de permettre aux cadres concepteurs de tout bord de s’approprier des documents cadres et plans nationaux existants et relatifs à la sauvegarde du fleuve Niger comme le programme national de sauvegarde du fleuve Niger. Parvenir à une forte adhésion et implication du RPM pour une meilleure prise en compte des problématiques majeures du fleuve (notamment la gestion des ressources) était aussi au nombre des objectifs spécifiques de ces travaux.

Le fleuve Niger occupe une place de choix car il traverse 6 des10 régions administratives du pays avec un parcours estimé à 1750 km et un bassin versant d’environ 570.000 km2. Au Mali, il constitue naturellement le socle de plusieurs activités économiques du pays et est considérée comme « une artère vitale ». Et assure, entre autres, l’approvisionnement en eau des grandes agglomérations, des offices de développement et des petits et moyens périmètres irrigués villageois.

K. DIAKITE, http://www.essor.ml/sauvegarde-du-fleuve-niger-conjugaison-des-efforts-un-passage-oblige/

Envoyer un commentaire