booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Si l’uranium remontait…

Myrtille Delamarche,  –Publié le

Les cours de l’uranium concentré et oxydé (U3O8) ont plongé de 70 % depuis l’accident de Fukushima en 2011.Le combustible nucléaire est en surcapacité parce que cette catastrophe a brisé la relance à laquelle s’étaient préparés les miniers, en achetant des gisements à des prix et à des coûts d’opération élevés. Une dérive illustrée par l’affaire Uramin chez Areva. Le cours actuel de la livre d’U3O8 (20 dollars) est qualifié d’« intenable » par plusieurs producteurs.

Si l'uranium remontait...Futs de concentrés miniers d’uranium en provenance de la mine australienne d’Olympic Dam, stockés sur le site Areva de Malvesi (Narbonne).© Myrtille Delamarche

En réalité, les ventes sont contractées à long terme, environ un tiers au-dessus du prix spot. En 2015, CRU estimait qu’avec un coût de production moyen de 31 dollars la livre, 94% des mines restaient profitables. Ce taux a largement baissé aujourd’hui que le cours a replongé de moitié. Mais, plus que la surcapacité minière en amont, ce qui est en cause c’est la crise de l’énergie nucléaire en aval, qui voit diminuer et sa rentabilité et sa compétitivité face aux autres énergies. Cinquante-sept réacteurs sont actuellement en construction (dont 19 en Chine). Ils étaient encore 71 en janvier 2014. Et 200 doivent fermer dans les vingt prochaines années.

En termes d’indicateurs, au cours de l’uranium s’ajoute le prix de l’enrichissement (par unité de travail de séparation). C’est ce cours-là qui vient d’atteindre un point bas historique. Si l’uranium remontait, Areva, champion mondial de la conversion d’uranium, pourrait amortir grâce à ses mines le coût du renouvellement récent de son outil industriel. Au moins jusqu’à ce que ses concurrents réinvestissent ou jettent l’éponge.

https://www.usinenouvelle.com/article/si-l-uranium-remontait.N597758

Envoyer un commentaire