booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

« La grande solution aux problèmes de la migration c’est le développement »

Sudonline -Adama FAYE | 20/09/2017 | 11H06 GMT

Le Centre des Hautes Etudes de Défense et de Sécurité (Cheds), en partenariat avec la fondation Konrad Adenauer, a organisé hier mardi, un séminaire national sur les questions migratoires et la sécurité en Afrique de l’ouest. Une occasion pour des experts, de débattre sur les vulnérabilités qu’entrainent ces migrations clandestines chez les (couches) jeunes. Qui, selon le Directeur général du Cheds, Général Paul Ndiaye, constitue un défi sécuritaire et humanitaire à considérer.

En prélude au forum international de Dakar sur la Paix et la Sécurité en Afrique, prévu les 13 et 14 novembre 2017, le Centre des Hautes Etudes de Défense et de Sécurité (Cheds), en  partenariat avec la fondation Konrad Adenauer, a initié un colloque, hier mardi, pour aborder une thématique majeure, portant sur la défense et la sécurité des migrations. A en croire le Général Paul Ndiaye, Directeur général du Cheds, ces migrations ont connu une évolution tout au long de l’histoire, avec surtout des motivations purement économiques.

«C’est un problème extrêmement important, vaste et qui mérite d’être étudié sous plusieurs aspects. Les solutions ne peuvent pas être des solutions individuelles parce que le problème est complexe», a indiqué Général Paul Ndiaye. Pour le Directeur général du Cheds, «il faut qu’on arrive à rassembler autour de ces problématiques des acteurs du développement, de la sécurité, mais aussi de la défense et les gouvernants pour trouver une solution». Et, par conséquent, «la grande solution aux problèmes de la migration, c’est le développement de nos Etats», a-t-il laissé entendre.

A son avis, l’afflux des réfugiés dans un autre pays peut propager des conflits au-delà des frontières et même entrainer une déstabilisation de l’Etat accueillant les refugiés. Ainsi, au cours des dernières décennies, dans l’ensemble de la sous région, les mouvements migratoires ont généré des tensions entre les populations locales et les nouveaux arrivants. «L’arrivée de migrants dans les agglomérations urbains intensifie le risque de criminalité ou d’instrumentalisation politique ou terroriste», souligne le Général Ndiaye. Selon lui, même si un maximum de visibilité est donné à l’aspect dramatique des conséquences humanitaires de l’émigration clandestine, les  défis sécuritaires sont réels et peu explorés.

Par ailleurs, le Général Paul Ndiaye n’a pas manqué de préciser, au cours de la rencontre, que l’Afrique de l’Ouest est la première région d’accueil des migrations en Afrique. Car, selon les estimations, révèle-t-il, «80% des migrations sont internes et concernent l’Afrique de l’Ouest, en grande majorité, tandis que seules 13% des migrations ciblent l’Europe».

http://www.sudonline.sn/la-grande-solution-aux-problemes-de-la-migration-c-est-le-developpement-de-nos-etats-_a_36544.html

Envoyer un commentaire