booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Kidal dans la fièvre de l’or (1)

Le Point.fr- Olivier Dubois, à Bamako- |

On ne le sait pas toujours mais, réputé pour son insécurité, Kidal est aussi un haut lieu de prospection aurifère où se croisent groupes armés, acteurs économiques et aventuriers.
«  C’est simple, tu cherches l’or avec ton détecteur, tu creuses peu profond et tu trouves  ! Moi, j’ai acheté deux moteurs, un marteau-piqueur, du carburant, de l’huile, du charbon pour faire fonctionner tout ça, j’ai tout donné à des cousins, quand ils partent chercher l’or, s’ils trouvent, on partage ça  !  » raconte avec enthousiasme Youssouf (le nom a été modifié), un Touareg de Kidal, assis dans ce petit restaurant-snack du quartier Sira Koro à Bamako. Le jeune Kidalois au chèche couleur sable, arrivé depuis quelques heures seulement dans la capitale, apprécie sa boisson fraîche autant que les centaines de milliers de francs CFA, dans sa poche, rapidement gagnés en vendant quelques dizaines de grammes d’or, extrait des sables du Sahara, souvent par plus de 40 degrés, à la sueur du front. «  À Bamako, quand t’arrives pour vendre ton or, en deux heures tu as l’argent. Il y a beaucoup de monde là-dedans, il y a beaucoup de gens qui se sont enrichis, car il y a de l’or dans la région, chaque semaine on découvre un nouvel endroit, après c’est selon ta chance  », poursuit-il.Des orpailleurs creusent dans les tunnels de Koflatie, au Mali, en 2014.
Des orpailleurs creusent dans les tunnels de Koflatie, au Mali, en 2014.© SEBASTIEN RIEUSSEC / AFP

Envoyer un commentaire