booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Commentaires

Le Mali à la recherche de financements pour le développement des régions du Nord

RFI-Stanislas Ndayishimiye-

Le Premier ministre malien a présenté le 11 octobre 2017 au siège de l’OCDE, l’Organisation de Coopération pour le Développement économique, un plan des perspectives de développement des régions du nord du pays. Le déplacement d’Abdoulaye Idrissa Maïga à Paris était destiné à convaincre l’OCDE d’aider le Mali à trouver les financements de ce plan.

La ville de Ménaka, dans le nord du Mali. Wikimedia Commons / Animali

Elaboré depuis fin 2015 et validée en juillet 2017, la stratégie spécifique de développement des régions du nord du Mali, est encore peu financée, comme l’explique le Premier ministre malien, Abdoulaye Idrissa Maïga.
« Les besoins de la stratégie sont estimés à environ 3,340 milliards d’euros, dont environ 362 milliards de francs CFA, donc 16,52% sont acquis. Sur la base de projets et de programmes, environ 83,48% de ce montant sont à rechercher. »

Des potentialités inexploitées

Le nord du Mali dispose d’énormes potentialités de développement pour la totalité du pays, selon Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest à l’OCDE.
« D’abord le fleuve. La vallée moyenne du fleuve Niger, c’est le sud [des régions] du Nord, mais c’est là que 80% de la population du Nord vit. Il existe un projet majeur, financé, prêt à être mis en œuvre, qui s’appelle le barrage de Taoussa ; si on construit ce barrage de Taoussa, le fleuve devient un puissant outil de communication et d’exportation. On libère des potentiels agricoles absolument phénoménaux.
Deuxième point, les ressources minières de la région du nord du Mali sont extraordinaires. Mais ce ne sont ni l’uranium, ni le pétrole. Elles sont d’abord et avant tout le phosphate et le calcaire. Le secteur privé n’attend que la sécurité pour investir dans ces ressources.

Troisième point, il faut resonger à exploiter les ressources et le potentiel commercial du Septentrion malien, qui est aujourd’hui déserté et occupé principalement par les trafics. A Tamanrasset, on mange de la viande brésilienne. Tamanrasset étant située à proximité de la frontière malienne

Le retour de la sécurité ne suffit pas pour attirer les investisseurs

Des opérateurs économiques de Tamanrasset, dans le sud de l’Algérie, se disent prêts à investir dans un abattoir de Kidal. Mais l’insécurité n’est pas le seul frein au développement du nord du Mali. Il y a par exemple le manque d’énergie, comme le souligne Mamadou Sinsin Coulibaly, le président du patronat malien. « Si je dois produire mon électricité, c’est comme si je faisais 2 entreprises et le coût est tellement élevé que je ne pourrais pas compéter. [Quant à la construction du barrage de] Taoussa, ce sera un problème communautaire qui va se poser. Parce que la gestion du fleuve Niger, ce n’est pas le Mali seulement. Il faudrait que tous les pays [qu’il traverse] donnent leur accord. »

L’objectif de la stratégie spécifique de développement des régions du nord du Mali, c’est de les hisser au même niveau que les autres régions du pays d’ici 10 à 15 ans.

http://www.rfi.fr/emission/20171013-le-mali-recherche-financements-le-developpement-regions-nord

1 commentaire pour Le Mali à la recherche de financements pour le développement des régions du Nord

  • Il faut le dire!

    Le PM Abdoulaye Idrissa Maïga est en déplacement eu Europe, la calebasse de IBKratie-IBKoncrelat-IBÔKASSA-MANDE-MANSA raté entre les mains pour faire le mendiant et cela pour les gâteries de IKB-sans soucis qui ne pense, Inch’Allah-Wataghala-Rajim-Amin que de se remplir la panse.

    En effet, « l’objectif de la stratégie spécifique de développement des régions du nord du Mali » est le sous-objectif du grand objectif IBKiste qui est de ramasser le maximum d’aides financières pour sa prochaine campagne présidentielle de 2018, le PM Abdoulaye Idrissa Maïga, qui fut le tamtameur-gongonneur communiquant de la précédente campagne présidentielle de 2013 de IBKON est ainsi en pré campagne de ramassage de fric des cédules mécènes européens.

    En tout état de cause, c’est moins l’objectif de trouver les moyens financiers « pour hisser les 5 régions du Nord-Mali au même niveau que les autres régions du pays d’ici 10 à 15 ans » que de trouver les argents pour poursuivre à entretenir et à distraire les Coalisés Mafieux Azawadiens (CMA) qui sont les complices de IKKRATIE pour, définitivement, mettre sous terre les questions de développement du Nord-Mali qui sont les derniers soucis des Azawadrêveurs, ces Ichoumar qui cauchemardent rec.

Envoyer un commentaire