booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Mali: vers la création de onze nouvelles régions administratives

BAMAKO – Le gouvernement du Mali a adopté des projets de loi créant les provinces de Taoudéni et Ménaka (nord), dans le cadre d’un programme de redécoupage territorial visant à porter, sur cinq ans, le nombre de régions administratives de 8 à 19, a-t-on appris jeudi de source officielle.

Dans le souci de rapprocher davantage l’administration des populations, le gouvernement a envisagé la réorganisation du territoire en 19 régions, soit 11 nouvelles régions à créer, affirme le communiqué du Conseil des ministres tenu mercredi à Bamako.

Un projet de loi portant création des régions de Taoudéni (extrême nord) et Ménaka (nord-est) comme respectivement neuvième et dixième régions du Mali, a été adopté et doit être examiné par l’Assemblée nationale.

Les huit régions administratives actuelles du Mali sont: Kayes (ouest), Koulikoro (centre-ouest), Sikasso (sud), Ségou (centre), Mopti (centre-nord), Tombouctou (nord-ouest), Gao (nord-est) et Kidal (extrême nord-est).

Taoudéni – souvent orthographiée Taoudénit – est située dans l’actuelle région de Tombouctou (bien Tombouctou), et Ménaka dans celle de Gao, des zones du vaste nord malien devenu ces dernières années théâtre d’activités de trafiquants et groupes armés dont Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Le projet de loi, qui devrait être adopté sans difficultés par les députés, envisage de découper la région de Tombouctou en cinq départements (cercles), et quatre départements par région pour Taoudéni, Gao et Ménaka.

Au total, il est prévu de passer de 8 à 19 régions administratives, avec la mise en place progressive des nouvelles régions avec leurs démembrements sur une période de cinq ans, pour tenir compte des contraintes financières, logistiques et de la rareté relative des ressources humaines, selon un projet de loi adopté par le Conseil des ministres le 7 décembre.

D’après le gouvernement, l’étendue de certaines régions et de certains cercles ne (permet) pas la présence effective de l’administration pour répondre aux attentes des citoyens.

D’autres projets de loi ont été adoptés le 7 décembre pour l’amélioration des émoluments, de la pension et autres avantages accordés au président de la République et aux anciens présidents de la République jouissant de leurs droits civiques ainsi qu’à leurs ayants droit.

Aucune indication n’a été fournie sur ces émoluments et avantages, objets d’une loi datant du 17 septembre 1992.

Avec le temps, cette loi est devenue obsolète et source de distorsions. Les émoluments et avantages qu’elle accorde sont devenus anormaux au regard de l’évolution des traitements des fonctionnaires, de la rémunération et des avantages accordés aux personnels d’institutions d’apparition plus récente et des réajustements dont ont bénéficié les membres de certaines autres, selon le gouvernement.

AFP / 15 décembre 2011

Envoyer un commentaire