booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

La présidente du Croissant Rouge algérien, Saïda Benhabbyles: « Le respect des conditions humanitaires est notre priorité »

Hocine NEFFAH – lexpressiondz-

Saïda Benhabylès précise que l’Etat algérien a réuni toutes les conditions humanitaires et médicales pour que ces migrants soient bien pris en charge.

L’Expression: Quelle lecture faites-vous de la dernière opération de rapatriement des subsahariens par les autorités algériennes?
Saïda Benhabylès: Je considère qu’il s’agit d’une opération qui s’inscrit dans le cadre légal pour concrétiser l’action qui a été exigée par le gouvernement nigérien qui remonte à Novembre 2014 où ce gouvernement avait demandé aux pays dont ses ressortissants sont installés de façon irrégulière là-bas doivent être rapatriés à leur pays d’origine. Le communiqué du gouvernement nigérien fait même allusion à la traite des humains dans la mendicité et la prostitution. Ce phénomène a connu son essor en 2014 où en notre qualité de Croissant-Rouge algérien nous avons récupéré 6000 enfants non accompagnés et 3000 femmes utilisées dans un réseau de prostitution. L’opération de rapatriement se fait dans le respect total des procédures, en accord avec les conditions humaines, par le Croissant-Rouge algérien. Ce qu’il faut savoir par rapport à cette affaire de rapatriement des subsahariens qui sont dans une situation irrégulière et qui ne bénéficient pas du statut de réfugiés, c’est qu’ils bénéficient d’une visite médicale surtout pour les femmes enceintes, elles sont gardées le temps que leur état de santé connaisse une nette amélioration.

Combien a coûté cette opération pour l’Algérie?
Depuis 2014 à nos jours, l’opération de rapatriement et de prise en charge sur le plan humanitaire et médical, a coûté pour la caisse de l’Etat algérien environ 80 milliards. C’est dire que le phénomène représente un véritable enjeu sachant que le pays est dans une crise économique, mais tout cette démarche adoptée par les autorités algériennes s’est exprimée dans un souci de réunir les conditions humanitaires et médicales pour que les subsahariens soient bien traités. Ils bénéficient d’ailleurs de la libre circulation dans le pays. Il faut rappeler qu’à Tamanrasset 37% de prestations médicales sont réservées aux subsahariens et cela est mentionné dans le rapport du Haut Commissariat des réfugiés (HCR) et dans nos rapports en notre qualité de Croissant-Rouge algérien qui s’est attelé à mettre tout son paquet pour réunir toutes les conditions d’une prise en charge humanitaire et médicale la meilleure possible. Il y a aussi un autre élément qu’il faut signaler: les subsahariens qui sont traités à Tamanrasset pour les préparer au rapatriement vers leur pays d’origine. S’ils ont des maladies que l’hôpital en place n’a pas les moyens pour les traiter, ils sont envoyés vers la capitale et d’autres hôpitaux comme Tizi Ouzou pour bénéficier du traitement approfondi jusqu’à leur rétablissement.

Peut-on connaître les raisons qui ont fait que ce flux migratoire prenne cette ampleur drastique?
Effectivement, il faut s’attaquer à l’origine de ce mal. Donc, notre réponse est orientée vers ceux qui ont mis le paquet pour la destruction de la Libye et semé le chaos qui a provoqué un drame historique de flux migratoire qui n’a jamais été connu depuis la Seconde Guerre mondiale. Dans ce sens, l’Algérie a, depuis le déclenchement de la crise libyenne, appelé à une solution pacifique négociée sur fond de compromis politiques.

http://www.lexpressiondz.com/actualite/272653-le-respect-des-conditions-humanitaires-est-notre-priorite.html

1 commentaire pour La présidente du Croissant Rouge algérien, Saïda Benhabbyles: « Le respect des conditions humanitaires est notre priorité »

  • Anti invasion

    Cette bonne femme rêve d’une reconnaissance internationale, d’ailleurs elle a déjà reçu sa médaille de mère Thérésa à New York et elle en veut encore une autre.
    Elle a fait dépenser des milliards à l’Algérie pour des opérations dites de rapatriement mais qui en fait étaient des voyages organisés de visite au pays pendant l’hiver au chaud suivis d’un retour de tout ce beau monde en Algérie au printemps suivant, cette fois ci par leurs propres moyens.
    Le centre d’accueil de Tamanrasset tout neuf a été dégueulassé, couvert d’excréments, vandalisé, volé dès les premiers occupants; des membres du Croissant Rouge ont été agressés par ces  » réfugiés » en partance et cette bonne femme ne cesse de dire qu’il faut traiter ces gens là avec dignité.
    Cette première opération est un échec total, cette bonne femme est une calamité.

Envoyer un commentaire