booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Des précisions médicales au sujet de la maladie de Mondoro

Dr Ibrahima COULIBALY  MD, MSc, Médecin Chef du District Sanitaire de Koro,  9-08-2018

Bonsoir à toutes et à tous
Je viens de lire avec intéret le message relatif à l’apparition de la maladie mystérieuse à Mondoro dans le cercle de Douentza.
Je voulais juste apporter des éclaircissement et rassurer tous nos lecteurs.
La localité fait frontière avec le cercle de Koro dont je suis le médecin chef.
Le samedi 04 Aout 2018, une forte délégation de la Santé composée par le Directeur Régional de la Santé, le Chef de division Santé de la Direction Régionale de Santé de Mopti et autres personnes de la DRS de Mopti,le médecin Chef de Douentza et quelques éléments de son staff, un Chef de division de la direction rég du Développement Social de Mopti, les élements de l’OMS Mopti et autres personnes avec l’appui de la MINUSMA ont effectué une mission d’investigation dans la zone.
Mais avant de partir sur le terrain ils ont menés plusieurs réunions auxquelles le Gouverneur de la Région a pris part en présence de beaucoup de services techniques de la région de Mopti et les partenaires. L’option d’utiliser un hélico a été adopté. Ce qu’il faut savoir il n’est pas possible de partir dans la localité par véhicules. les terrains sont minés. Déjà dans le cercle de Koro qui fait frontière il y a eu 4 explosions et j’ai participé à deux reprises à l’enterrement des victimes. bref!!!
Au fait les populations des localités de Mondoro, Douna, Tigiuila sont prises en étau par des bandits armés, du coup les populations ne peuvent plus sortir et ils n’ont pas à manger.
Ils sont entrain de développer de toutes les formes de la malnutrition (marasme, kwashiorkor) avec des décès.
J’ai vu les images avec mon confrère médecin chef de Douentza.
Dès le retour du terrain, l’équipe a fait le rapport et une large diffusion a été faite au Gouverneur de la région de Mopti en présence des partenaires.
Le plan d’action élaboré a été partagé avec tous les acteurs.
Les plus hautes autorités du Mali (dont celles de la santé) sont au courant et des dispositions sont en cours pour aider les populations.
L’urgence c’est de leurs trouver à manger. 
Je m’excuse si j’ai heurté la sensibilité de quelqu’un. je reste disponible pour donner plus d’infos au besoin
Merci beaucoup et bonne soirée
Dr Ibrahima COULIBALY  MD, MSc
Médecin Chef du District Sanitaire de Koro
Tel: 00223-7610-8433/ 00223-6320-0104
Email: ibrcoul@yahoo.fr / ibrcoul@gmail.com
————————-
Bonjour tous,
Merci Dr Coulibaly pour ces infos. Vous trouverez le rapport de la mission d’investigation conduite dans la commune!
« Dans le domaine de la santé : la commune compte 4 centres de santé communautaire dans les villages de Mondoro, Niagassadiou, Douna et Tiguila.
A cause de l’insécurité, le personnel qualifié des CSCom de Niagassadiou, Douna et Tiguila a quitté leur poste pour se retirer à Douentza et les centres sont tenus par les aides soignants.
Aucune activité sanitaire ne peut être menée correctement dans cette commune à cause de l’insécurité aggravée par le conflit intercommunautaire.
Les acteurs humanitaires ont des difficultés d’assister ces populations par voie terrestre aux risques de s’exposer aux engins explosifs improvisés.
Du coup les populations des villages de Douna, Niagassadiou et Tiguila majoritairement Dogons sont coupés du reste du monde depuis environ Six (6) mois. Selon les autorités locales (maires et notabilités) aucun déplacement n’est possible en dehors des villages de ces zones à cause de la présence des engins explosifs improvisés et des hommes armés qui sont prêts à tirer sur toute personne qui est interceptée hors des villages. En un mot un blocus a été imposé à ces zones par les hommes armés. »_Rapport d’investigation P.4
Histoire de la maladie : le début de la maladie remonterait à environ 3 à 4 mois vers le début du mois de carême marqué par la survenue progressive de l’altération de l’état général, de tuméfaction des membres inférieurs suivie d’arthralgie et d’impotence fonctionnelle sans fièvre.
Les investigations sur place ont mis en évidence des malades avec un état général altéré (anorexie, asthénie, amaigrissement), avec des oedèmes des membres inférieurs douloureux gardant le godet, une impotence fonctionnelle, des stomato-gingivites et avec des pâleurs conjonctivales, des signes de dénutrition allant du Kwashiorkor au marasme chez les enfants (les cheveux fins, défrisés, cassants, décolorés, parfois blond). Deux enfants avaient des Tests de Diagnostic Rapide paludisme positifs. Devant ces symptomatologies les malades ont bénéficié des traitements symptomatiques et spécifiques. Le tableau était marqué chez les enfants avec tristesse, apathie et nervosité.
Dans les antécédents sociaux, on note des difficultés à s’approvisionner en vivre à cause de l’insécurité, pénurie alimentaire dans ces zones. Aucune notion de syndrome infectieux n’a été signalée. Des épisodes de diarrhées ont été signalés chez certains malades. P. 7
En résumé :
Les investigations cliniques ont mis en évidence un syndrome oedémateux douloureux, des signes cliniques de dénutrition, des signes buccaux de gingivo-stomatites, un syndrome cutané de malnutrition et des signes d’irritation chez les enfants sans aucun syndrome infectieux.
Actions entreprises sur place :
– Prise en charge des cas ;
– Prélèvement de sang pour les examens biologiques (NFS, VS, protidémie, ionogramme complet, biochimie etc.) ;
– Conseils prodigués aux populations (prendre soins des malades, respecter les mesures d’hygiène individuelles et collectives, conseils nutritionnels)
– Dotation du CSCom de Mondoro en médicaments et consommables.

Conclusion

Les constats observés au cours de cette investigation ont orienté vers l’hypothèse d’une malnutrition dans la communauté consécutive à une pénurie alimentaire liée au conflit intercommunautaire dans la commune de Mondoro. Devant l’insuffisance d’approvisionnement en vivre liés à l’insécurité, toutes les populations de la commune de Mondoro sont exposées à un risque de malnutrition aigue sévère et ses complications dues à la carence en vitamine B1 et vit C.

Salutations meilleures

Balata

Envoyer un commentaire