Encastré entre deux oueds qui se déversent dans la vallée du Tilemsi à l’ouest du village de Tessalit, Amdjer est un site au bord d’une oasis, où les populations pratiquent le maraichage de juin à septembre. Dans cette région désertique aux faibles précipitations, l’eau constitue donc un enjeu majeur. Pourtant, faute d’ouvrages de ralentissement afin de recueillir le précieux liquide charrié par les oueds, chaque année des quantités importantes d’eau sont perdues. C’est dans cette localité, où se trouve la réserve d’eau qui alimente la ville de Tessalit, que s’est rendue une équipe composée de représentants de la section Réforme du Secteur de la Sécurité et Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (RSS/DDR) de la MINUSMA. Cette équipe était accompagnées des autorités locales, des membres de la société civile, du maire, et des ONG locales parmi lesquelles EFFAD, EFESS N’TIMADRIT et TIDAWT…

Cette délégation est venue lancer les travaux de réhabilitation et de curage du barrage d’Amdjer. Un projet qui vise le désensablement du barrage, afin de favoriser l’amélioration des conditions de travail des maraichers par la retenue d’eau. Le but final : accroitre l’approvisionnement et l’accès à l’eau dans la ville de Tessalit. Le manque étant souvent source de conflit dans cette contrée reculée du Mali, le projet qui vise la réduction des violences communautaires, a été salué par l’ensemble des acteurs locaux.

Au cours des trois mois de sa mise en œuvre, 93 emplois directs seront créés et plus de 500 personnes bénéficieront indirectement des retombées du barrage. Ce qui constitue une énorme bouffée d’oxygène pour l’économie locale car, différents fournisseurs et prestataires de services de la ville de Tessalit seront ainsi mis à contribution.

Sponsorisé par la section de la Réforme du Secteur de la Sécurité et du Désarmement, de la Démobilisation et de la Réinsertion (RSS/DDR) de la MINUSMA et financé pour près de 51.000.000 de Franc CFA, ce projet fait partie du volet « Réduction des Violences Communautaires » CVR. Il sera exécuté par l’ONG partenaire AZHAR et réalisé par l’entreprise locale TAHORT. Etaient présentes à cette occasion, une centaine de personnes enthousiastes.

Pour le chef du village de Tessalit M. Amihachal Ag Ossad, La Mission onusienne, à travers ce projet, démontre une fois de plus qu’elle œuvre en faveur de la paix entre les communautés « en plus d’avoir une importance capitale dans la lutte contre la désertification de la ville de Tessalit en permettant à l’eau de stagner pendant un certain nombre de mois, ce barrage réduira considérablement les conflits liés au manque d’eau entre les éleveurs et les maraichers, » avant d’ajouter : « nos communautés ne peuvent que saluer la réalisation de ce genre d’ouvrages qui amorcent l’intégration socio-économique pour cette jeunesse sans perspective d’avenir et de lui éviter la prise des armes pour s’exprimer. ».

M. Insanatane Ag Rousmane, Représentant de la section SSR/DDR, initiatrice du projet, a, au nom du Chef de Bureau régional de Kidal, réitéré le soutien de la Mission « Nous présumons que ce projet aidera à la consolidation de la paix, à la réduction des conflits communautaires liées au manque d’eau. Avec la création d’une centaine d’emplois autour de cet ouvrage, ce projet confortera la résilience social et économique des populations du cercle de Tessalit, » a-t-il espéré.

A Kidal, la MINUSMA avait réalisé et financé par le passé, deux projets du genre. Le premier dénommé « curage et réhabilitation du barrage principal d’Intakoi » pour un cout global de 47 millions de FCFA et le deuxième intitulé « Projet de réhabilitation du barrage d’Intikoi et appui pour le fonctionnement du forage principal de Kidal », un Trust Fund (Fonds Fiduciaires de consolidation de la paix et sécurité) à hauteur de 73.000.000 de FCFA qui a duré huit mois.