booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

– Colloque « Daech : de la déroute militaire à la défaite politique, quel itinéraire ? »Paris-

Carte non disponible

Date/Time
Date(s) - 25 Mai 2018
12:00 AM - 12:00 AM

Location

Category(ies)


Organisé par Orient XXI, l’Iremmo et l’Association internationale pour la défense des droits et libertés

Vendredi 25 mai 2018 de 13 h 30 à 18 h
Palais du Luxembourg, salle Médicis

Inscription en ligne obligatoire avant mardi 22 mai à minuit (participation de 10 € ; 5 € pour les étudiant.e.s et demandeur.se.s d’emploi)

La défaite militaire de l’organisation État Islamique (OEI) en Irak et en Syrie ne saurait être assimilée à la déroute du projet de la plus puissante des organisations djihadistes contemporaines. Strictement militaires, acquises seulement au prix d’un déséquilibre massif du rapport des forces, les victoires remportées à Mossoul, Rakka ou ailleurs en Irak et en Syrie ne risquent-elles pas d’avoir seulement disséminé dans l’espace et/ou reporté dans le temps les problèmes auxquels la Russie, les États-Unis, l’Europe et l’Iran, alliés de régimes déchus, ont échoué à trouver une solution durable ?

Les partisans de l’OEI demeurent aujourd’hui ancrés territorialement dans plusieurs enceintes en conflit (Libye, Yémen, Sinaï, etc.). Et les contre-performances démocratiques des régimes qui, seules, leur ont permis de s’implanter ailleurs que sur les “extrêmes” périphéries des sociétés sont encore loin d’appartenir au passé. Si l’assise territoriale du projet djihadiste peut être considérée comme très amoindrie, tout porte à penser que son idéologie demeure attractive, aussi bien sur le théâtre oriental que dans certaines franges de la population musulmane d’Europe.

Les outils, essentiellement sécuritaires et répressifs, mobilisés pour l’heure par les États — dont la France — sont-ils à la hauteur des objectifs de la « déradicalisation » attendue ? Qu’en est-il des politiques commerciales (ventes d’armes à l’Égypte et l’Arabie notamment) au regard de l’affirmation des valeurs dont se revendique la « lutte contre le terrorisme » ? Quels sont les stratégies qui demeurent à investir, au prix de quel aggiornamento de la compréhension des racines du terrorisme, pourra-t-on faire de la défaite militaire ponctuelle de Daech une déroute politique définitive ?

C’est à ces questions que ce colloque tentera d’apporter des éléments de réponse.

Voir le programme

Envoyer un commentaire