booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Respect mutuel

À Messieurs :

1. Le général Alhaji Ag Gamou, officier supérieur de l’armée malienne,
2. Le colonel Mohamed Ag Najim chef d’état-major du MNLA,
3. Cheikh Ag Awoussa, chef d’état-major du HCUA,

Messieurs,

J’ai l’immense honneur de m’adresser à vous ce soir, poussé par la souffrance qui est mienne de voir chaque jour mon peuple périr sous les regards intéressés de tous ceux qui désirent sans l’avouer son total anéantissement. Excédé par cette guerre sans vainqueurs ni vaincus où chaque jour des mères et des pères perdent des enfants, des femmes perdent des maris et les enfants deviennent orphelins. Des combattants du camp d’en face perdent qui un ami intime, qui un cousin, qui un frère ou un oncle.

Mon général, n’oubliez pas que vous futes le formateur pour ces jeunes des deux bords qui aujourd’hui se font face et s’entretuent sans que personne ne s’en émeuve. Aussi bien durant les combats au Liban qu’au Tchad, c’est vous que chacun voulais avoir comme modèle. Durant la rébellion de 1990, vous avez été le commandant le plus dynamique et le plus opérationnel aussi bien de la base de Tejarert d’abord au temps où tous étaient ensemble que de celle de Tigharghar plus tard à la création de l’ARLA et les jeunes qui meurent des deux côtés aujourd’hui, quelque soit leur tribu voyaient comme une promotion, le privilège de faire partie de votre unité et servir sous vos ordres. Aujourd’hui, vous avez atteint un grade et une position que personne n’a atteint avant vous au sein de la société Kal-Tamachaq. Je vous prie humblement, moi l’Outamachaq lambda, d’user de la sagesse et de la force de caractère dont vous avez toujours fait preuve, de l’amour du prochain que tous reconnaissent en vous et de votre privilège de premier responsable de la communauté Kal-Tamachaq dans la hiérarchie militaire du pays, pour qu’une solution consensuelle, pacifique et qui ne lèse personne soit trouvée à ce conflit fratricide afin que des enfants d’un même terroir, d’un même peuple et qui sont parents ou amis de surcroît arrêtent de s’auto détruire et de se livrer en spectacle macabre.

À mon colonel Mohamed Ag Najim. En 1990, lorsque les jeunes quittaient la Libye pour les montagnes, chacun d’eux est revenu bras ballants, vous avez été le seul à vous être enfui avec un véhicule et sa cargaison d’armes. Vous avez été rattrapé, jugé et emprisonné jusqu’à à votre réhabilitation au sein de l’armée dans les années 2000. Vous n’avez été ni de loin, ni de près mêlé aux errements tristes que l’Azawad à connu entre 1990 et 1996. Vous arrivez auréolé de cette virginité et vous avez fait fait l’unanimité autour de votre personne. À votre appel de Zakak, les jeunes de toutes les tribus sont venus se mettre sous vos ordres.
Alors moi l’Outamachaq lambda , je fais appel à votre sens du devoir, à la patience qui vous a toujours caractérisée et à l’aptitude au compromis que tous vous reconnaissent afin qu’une solution consensuelle, pacifique et qui ne lèse personne soit trouvée à cette situation si malheureuse que vit un peuple agonisant. Les kal-Tamachaq sont un même peuple, ont une même histoire et sont interdépendants les uns des autres. La disparition de l’un entraînera immanquablement celle de l’autre. Mettez fin aux souffrances de ce peuple qui voit chaque jours ses enfants les plus braves disparaître les uns après les autres.

À Monsieur Cheikh Ag Awoussa, je rappelle que vous futes en Libye le premier responsable de ses jeunes qui aujourd’hui s’exterminent. Vous avez été formé dans le même moule et vous êtes fixé les mêmes objectifs. Vous avez été celui qui a fait jurer fidélité aux idéaux de la révolution à la majorité d’entre eux sur le Quran pendant qu’ils gardaient des troupeaux ou travaillaient dans les champs. Vous avez quitté ensemble la Libye en vous jurant fidélité à vie. C’est pourquoi, moi l’Outamachaq lambda, je fais appel à votre sens de l’honneur, à votre courage qu’aucune personne honnête ne peut contester et à l’indépendance d’esprit dont vous avez toujours fait preuve pour qu’une solution consensuelle, pacifique et qui ne lèse personne soit trouvée à ce carnage sans honneur où des hommes que tout uni, la culture, comme l’histoire et les liens de sang meurent chaque jours sous les encouragements de ceux qui ne désirent que leur disparition.

À vous tous, je rappelle que Kidal est votre bien commun et qu’aucun d’entre vous ne pourra y vivre sans l’autre. Entendez-vous sur sa gestion dans le respect mutuel et arrêtez d’en faire des ruines car comme le dit le proverbe Tamachaq :

 » A hak dd oyya agna-k oufa timchar  »

Dans l’espoir que mon cri de coeur, qui est aussi celui de la majorité silencieuse, et celui de tous ceux proches ou lointains qui portent la moindre affection à ce peuple si éprouvé par un environnement hostile et ingrat, trouvera auprès de chacun de vous un écho favorable,
Soyez assurés Messieurs de mon respect et de ma déférence.
Je vous remercie.

Zouda Ag Doho.

PS. À publier sans modération.

3 commentaires pour Respect mutuel

  • Titta

    Merci Zouda d’être parmi ceux qui, après avoir vu le danger réagit à travers ce cri de cœur qui ne doit laisser personne indifférent. Les Touareg sont victimes d’un orgueil tiré du sein maternel et qui risque de les amener à la perdition.Ils ont le malheur de toujours tomber dans des excès qu’ils ne regrettent que quand il est trop tard. Notre peuple doit aujourd’hui penser à ce qu’il représente à l’échelle planétaire face aux autres pour s’unir, s’aimer et se soutenir mutuellement pour continuer à survivre. Vous l’avez dit, l’environnement dans lequel nos communautés vivotent est fait de peines, d’hostilités climatiques, d’analphabétisme, bref de toutes les misères qu’on peut imaginer.Qu’il s’agisse de tribalisme, d’intérêts inavoués quels qu’ils soient, de grandeur ou d’aspiration à des droits usurpés ou refusés, rien ne justifie la haine qui se taille la place dans les réseaux sociaux pour faire partager des insanités et images macabres de nous-mêmes.Les violences de ces jours, quels que soient leurs motivations dressent un bilan qui ne doit pas nous échapper. Faisons le bilan de notre valeureuse jeunesse décapitée par les méchantes armes de l’ennemi; des veuves et orphelins dont le nombre s’accroît chaque jour;les familles ayant perdu leur soutien et j’en passe.Tout ça pourquoi? chers frères et sœurs; chers chefs de guerre; chers religieux vous qui êtes chargés de dire le droit, tout le droit si vous êtes loyaux envers Dieu. Des voix parfois anonymes s’élèvent pour attiser la haine sans en savoir les conséquences pour elles-mêmes.Des camps sont définis et les appartenances aussi rien que pour semer la discorde. Arrêtons tout ça s’il vous plait car chacun sait le degré de détérioration des valeurs qui ont fait notre bonheur jusque là.Si nous sommes musulmans, regardons nos actes dans un bon miroir et ressaisissons-nous car Dieu est pardonneur. Si par contre nous agissons sciemment, le moment des comptes ne tardera pas. Du petit espace que j’occupe sur le globe terrestre, je vous en conjure chacun là où il est de cesser de jouer au pyromane et œuvrer plutôt à chasser le démon des cœurs afin que les frères de toujours restent des vrais frères.Il n’y a rien qui ne se discute pas et ne trouve sa solution face aux grandes situations.S’asseoir à temps pour résoudre ce qui cloche vaut mieux que d’attendre la providence le faire à notre place car le temps est précieux. Que le Tout Puissant guide nos actes dans le sens de notre salut à tous et écarte de nos cœurs la haine que Satan y a semée. Amin

  • AG MATTAHEL MOHAMED

    Merci Titta! Merci Zouda! Vos beaux et sages messages ne me laissent pas indifférent.Pour une première fois que j’utilise ma plume, j’exhorte mes frères à abandonner ces actes, ces agissements, cette façon de communiquer et d’inciter à la violence ; tout cela au bénéfice d’une tousmast plus forte et plus solidaire. Ensemble et soudés vous gagnerez tout sans avoir à utiliser cette arme qui fait tant de victimes parfois innocentes.Encore Merci Houda, merci Titta!

  • Ag Mohamed Lahbib Mohamed Ahmed

    Merci pour ces commentaires qui m’ont profondément touché. Ils contribueront certainement d’une part à la conscientisation d’un peuple dechiré et meurtri par l’exil forcé qu’il subit tous les 10 ans suite aux différentes rebellions. Encore Merci

Envoyer un commentaire