booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Après huit ans d’absence, l’armée malienne en route pour reprendre Kidal

Paul Lorgerie -Le Monde-Publié le 12-02-2020 à 12h03

Les militaires avaient été chassés de la ville en 2012 par le groupe terroriste Ansar Dine, affilié à Al-Qaida au Maghreb islamique.

Durant une opération à Ndaki (Mali), le 29 juillet 2019. Durant une opération à Ndaki (Mali), le 29 juillet 2019. Benoit Tessier / REUTERS

Le long de la route, une grosse centaine de militaires patientent, adossés à une longue colonne de pick-up. Lundi 10 février, leur départ pour Kidal, à 350 kilomètres au nord de Gao, est imminent. « Le chef suprême des armées et le peuple malien vous soutiennent et comptent sur vous », leur lance le général de division de l’armée malienne Abdoulaye Coulibaly, en guise de feu vert. Le moment est symbolique pour les forces armées maliennes (FAMa) qui attendaient depuis trois semaines ce départ. Reprendre le nord du Mali d’où l’Etat est absent depuis 2012, est une mission hautement symbolique.

Accompagnés par voies terrestre et aérienne par les casques bleus de la Mission des Nations unies au Mali, la Minusma, ils ont donc pris la route vers 14 h 30, lundi 10 février. « Plus de 300 éléments sont à bord de camions et de véhicules légers et devraient arriver à Kidal ce vendredi », a tweeté le porte-parole du gouvernement, Yaya Sangaré. « Le Mali tout entier retient son souffle ce soir », a ajouté le ministre des affaires étrangères, Tiébilé Dramé, sur le même réseau.

Lire aussi Au Mali, Ibrahim Boubacar Keïta assume un dialogue avec les djihadistes

Huit ans que ce redéploiement se faisait attendre. En 2012, les FAMa avaient été chassées de la ville par le groupe terroriste Ansar Dine, affilié à Al-Qaida au Maghreb islamique. Et si l’ombre d’un retour à Kidal avait un temps plané en 2014, le Mouvement de libération de l’Azawad – groupe armé signataire de l’accord de paix de 2015 issu de la rébellion touareg, aujourd’hui partie prenante de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) – y avait assis son autorité après l’avoir libéré aux côtés des forces françaises de l’opération « Serval » en mars 2013.

« Menace pour la sécurité »

Cet abandon était devenu un sujet de crispation sur le plan diplomatique. En septembre 2019, le président de la République nigérienne, Mahamadou Issoufou, avait déclaré que « le statut de Kidal est une menace pour la sécurité intérieure du Niger ».

Le 10 novembre, lors d’une rencontre avec les chefs d’Etat sahéliens, Emmanuel Macron avait voulu rassurer, redisant « très clairement que Kidal, c’est le Mali et l’Etat malien. A Kidal, c’est le drapeau malien, l’administration malienne », soulignait-il. En janvier, à Pau, il avait de nouveau insisté sur l’importance de la restauration de l’Etat malien dans le Nord, et notamment à Kidal.

Car le retour de l’armée malienne dans la ville s’inscrit dans l’accord de paix de 2015, qui stipule que « les forces armées et de sécurité reconstituées se redéploieront, de manière progressive à compter de la signature de l’accord, dans les régions du nord ». Une force dite « reconstituée », composée de soldats de l’armée régulière, ainsi que de membres démobilisés de la CMA et de la Plate-Forme, un groupe armé également signataire, loyal au pouvoir central.

Lire notre reportage : Au Burkina Faso, « les djihadistes tirent dans le tas, peu importe ton ethnie, que tu sois un enfant ou une femme »

D’après la commission technique de sécurité, l’organe de suivi de l’accord de paix de la Minusma, le partage se fera « tant au niveau de l’effectif qu’au niveau du commandement ». Lundi, ce sont 80 soldats de chaque partie qui ont donc pris la route et seront rejoints dans les jours à venir par un second convoi pour former un bataillon de 428 hommes.

Une condition sine qua non de la restauration de l’Etat pour Almou Ag Mohamed, porte-parole de la CMA à Tombouctou. « On a travaillé dur pendant ce dernier mois, dans le but de parvenir à ce résultat, confie-t-il, ajoutant que les édifices publics comme la radio seront remis aux autorités. Mais l’attention médiatique est aujourd’hui beaucoup concentrée sur Kidal, alors que cette armée reconstituée sera également envoyée à Tombouctou, Gao et une compagnie à Ménaka, dans l’est du pays », en accord avec l’accord de paix.

Au départ des FAMa, le général Coulibaly, chef d’état-major général des armées, se félicitait de l’ouverture d’une « nouvelle ère, d’une ère de paix, de sécurité et de confiance retrouvée entre les populations du Mali ».

Lire notre entretien : « Ce qui est en jeu au Sahel est la capacité des Etats à recoudre le tissu social »

Envoyer un commentaire