booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Au Mali, des signataires de l’accord de paix impliqués dans des activités terroristes

LE MONDE

Dans un rapport que « Le Monde » s’est procuré, l’ONU montre que des responsables de groupes armés contribuent à des attaques et à des trafics de migrants et de drogues.Des combattants de la Coordination des mouvements de l’Azawad, près de Kidal, au Mali, en septembre 2016.

Le rapport est accablant et ce n’est que la pointe de l’iceberg. Pour la première fois, l’ONU, via son groupe d’experts indépendants sur le Mali, dénonce, noms à l’appui, l’implication de membres de groupes armés signataires de l’accord de paix d’Alger ou désignés comme « coopératifs » dans des attaques terroristes, mais aussi dans le trafic de migrants et de drogues. L’accord de paix d’Alger avait été signé en 2015 pour mettre fin au conflit dans le nord du Mali.

En exclusivité, Le Monde Afrique a obtenu ce rapport qui devrait être rendu public prochainement. Ce document de 71 pages, daté du mercredi 8 août, révèle la participation d’Alkassoum Ag Abdoulaye, le chef d’état-major de la Coalition du peuple pour l’Azawad (CPA), dans la double attaque terroriste qui a visé le camp militaire de Soumpi, dans la région de Tombouctou, les 24 octobre 2017 et 27 janvier 2018. Selon le rapport, près de 19 militaires ont été tués lors de ces deux attaques revendiquées par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM). La CPA est membre de la Coordination des mouvements de l’entente (CME), une coalition formée de dissidents des groupes ayant signé l’accord de paix d’Alger.

Lire aussi :   Mali : un responsable djihadiste de l’EI dans le Grand Sahara tué dans une frappe française

Selon nos informations, le cas de Soumpi n’est pas isolé. Au moins trois autres attaques terroristes auraient été perpétrées avec l’aide de membres de groupes armés dits « coopératifs ». Pour le panel d’experts indépendants mis en place en février, le rôle d’Alkassoum Ag Abdoulaye ne s’arrête pas là : il aurait aussi « contribué à coordonner les katibas dans la région de Mopti ».

« Alkassoum Ag Abdoulaye n’est pas un terroriste en tant que tel, il a profité d’occasions pour récupérer des armes et des munitions. C’est tout l’objectif de ce rapport : montrer qu’il y a des stratégies opportunistes individuelles, qui ne mettent pas en cause les groupes mais bien des individus. Des acteurs invisibles qui ont des intérêts particuliers et qui ralentissent la mise en œuvre de l’accord de paix pour les défendre », explique une source diplomatique.

Entraves au processus de paix

Le rapport devrait être transmis sous peu au Conseil de sécurité des Nations unies. « Le but étant de prendre appui sur ce document afin de proposer que des sanctions soient prises contre ces acteurs », poursuit notre source. Agacée par la lenteur de la mise en œuvre de l’accord, l’ONU avait fait monter la pression en septembre 2017. Le Conseil de sécurité avait alors adopté un régime de sanctions contre les individus entravant son application. Mais en un an, aucune sanction n’a été prise. Ce rapport pourrait changer la donne et transformer la menace en décision concrète.

Les auteurs s’attardent sur le rôle joué par un certain Mohamed Ousmane Ag Mohamedoune, un autre leader de la CPA, dans les entraves au processus de paix dans les régions de Tombouctou et Gao. Ag Mohamedoune aurait eu pour rôle « d’imposer la CME dans les différents mécanismes établis par l’accord, en particulier le MOC de Gao ». Le Mécanisme opérationnel de coordination (MOC) est prévu par l’accord d’Alger. Son objectif : fixer des quotas de soldats aux trois parties signataires de l’accord – la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), la Plateforme et l’Etat malien –, qui seront ensuite réintégrés dans l’armée.

Pour les auteurs, l’objectif de certains membres de la CME est clair : user de la violence pour montrer leur capacité de nuisance au processus de paix, dans le but de s’imposer comme la quatrième partie de l’accord d’Alger. Selon le document, certains de ses membres auraient même menacé de « boycotter l’élection présidentielle [qui a vu la réélection d’Ibrahim Boubacar Keïta, mi-août] en vue d’être inclus dans l’accord et ses mécanismes ».

Lire aussi :   Le président « IBK », vainqueur affaibli de l’élection au Mali

Selon le groupe d’experts, le gouvernement pourrait avoir utilisé la CME. « Le gouvernement lui a aussi cédé officieusement la présidence d’autorités intérimaires », explique le rapport. « Pour certains, c’est la preuve absolue que la CME est un proxy [intermédiaire] gouvernemental, précise notre source, avant d’alerter sur les conséquences d’une telle stratégie. Si le gouvernement perpétue cette tradition malienne d’utilisation des proxy, le risque est que les problèmes fondamentaux que l’accord de paix tente de régler ne soient jamais traités. »

D’autant que des membres de groupes qui ont directement signé l’accord d’Alger sont également mis en cause dans ce rapport. Le maire de Talataye, dans la région de Gao, est l’un d’eux : « Salah Ag Ahmed a été présenté au panel par plusieurs sources indépendantes comme membre proéminent du HCUA [Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad], proche d’Iyad Ag Ghali […] et comme agent de liaison entre Ansar Eddine et l’EIGS [Etat islamique dans le Grand Sahara]. » Le HCUA, en tant que membre de la CMA, est partie intégrante de l’accord d’Alger.

Exploitation sexuelle de migrants

Le rapport ne se limite pas à révéler les connexions avec les groupes terroristes. « Le cas de Mahamadou Ag Rhissa […] illustre le mieux les liens entre les passeurs de migrants et les activités des groupes armés », poursuivent les auteurs. Comme Salah Ag Ahmed, Ag Rhissa est membre du HCUA. « Il contrôle le passage des migrants à Talhandak, a détenu des femmes et facilité leur exploitation sexuelle, les libérant seulement après le paiement d’une somme allant de 150 000 à 175 000 francs CFA [de 228 à 267 euros] », souligne le rapport.

Un homme associé au Groupe d’autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia) est aussi pointé du doigt. Baye Coulibaly est cité comme étant l’un des principaux passeurs de Gao : « Il dirige un business de transport opérant entre Gao et Tamanrasset, en Algérie, et fournit des faux documents de transport maliens pour faciliter la traversée vers l’Algérie aux migrants non maliens. Il est aussi soupçonné de détenir des migrants rejetés d’Algérie, qui sont ensuite recrutés par le Gatia dans le but d’être intégrés au processus DDR [désarmement, démobilisation, réinsertion] de Gao. » Selon les auteurs, Baye Coulibaly bénéficierait de la protection de membres des forces de défense et de sécurité maliennes à travers des connexions familiales.

Lire aussi :   Au Mali, les liaisons dangereuses entre l’Etat et les milices

Des membres du Gatia sont aussi dénoncés comme étant impliqués dans la sécurisation de convois de plusieurs tonnes de cannabis dans le nord du Mali. Pour les trafiquants, le deal est avantageux : « La légitimité de la Plateforme et de la CMA en tant que groupes armés signataires a motivé les trafiquants de drogue à chercher la protection de leurs membres plutôt que celle des groupes armés terroristes en vue d’être moins exposés. »

« Tout ça, ce ne sont que quelques exemples concrets parmi tant d’autres, alerte notre source diplomatique. En réalité, il y a des dizaines de membres de groupes armés qui prennent part à des actions terroristes, au trafic de migrants et de drogues. » Autant d’individus censés officiellement œuvrer pour la paix mais qui, en sous-main, contribueraient à développer le terrorisme et les trafics, contre les intérêts de leur pays.

https://abonnes.lemonde.fr/afrique/article/2018/08/28/au-mali-des-signataires-de-l-accord-de-paix-impliques-dans-des-activites-terroristes_5346954_3212.html

Envoyer un commentaire