booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Barhkane a échoué dans sa mission de lutter contre le terrorisme dans l Azawad

Facebook-17-01-2019

Le Barhkane a échoué dans sa mission de lutter contre le terrorisme dans l Azawad.

Le 14 janvier 2019 la force Barkhane ont arrêté le président du bureau régional de la jeunesse de HCUA de kidal à kidal. Du nom Attaher Ag Biga

L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air

L’image contient peut-être : une personne ou plus, ciel et plein air

À cet effet la population en a marre des arrestations arbitraires, qui se poursuivent du jour au lendemain sans preuve sur la victime. Cet méthode terroriste qui ne s en prend qu’ au paisible citoyen, aura des conséquences direct de pousser les populations à se révolte contre la force Barkhane sensée lutter contre le terrorisme dans l intérêt général. Je dis ses manoeuvres sont tres dangereuses. ils inciteront les jeunes vers le terrorisme et l immigration. Nous demande à la force Barkhane d arrêter une 10fois ses manoeuvres qui n augurent que le mépris.

La population de Kidal envisage de continuer les manifestations contre l arbitraire, l oppression, l injustice et l impérialisme de la force française contre nos populations.

ALLOU AG imama Président du bureau régional du MNLA à kidal.    https://www.facebook.com/timitren.tiholawen/posts/600838677034052

1 commentaire pour Barhkane a échoué dans sa mission de lutter contre le terrorisme dans l Azawad

  • AG AZAMANE

    Le rappel des analyses du début de la crise du Nord-Mali, que je fais, procède de la répétition qui est, dit-on, pédagogique en ce qu’elle permet de regarder l’actualité du moment avec un regard lucide, sans œillères, du passé.

    A cet effet, je réchauffe l’excellent article intitulé « Crise du nord : pourquoi cette animosité face à la présence française ? » par Le Nouvel Observateur/Malijet du 9 Janvier 2014, dont je copie des extraits significatifs suivants :

    – « Que pèse vraiment le MNLA ? Rien ! »: D’où vient, alors, cette animosité face à la présence française au Mali qui est désormais palpable à Bamako ? De la complaisance, sinon de la compromission de la France envers le MNLA, le mouvement national de libération de l’Azawad et de l’anarchie qui règne toujours dans la région de Kidal et dont on pense au Mali (non sans raison) que notre pays porte en partie la responsabilité. Fondé en novembre 2011, le MNLA prétend rassembler les populations des trois régions du nord du Mali qu’il appelle l’Azawad et ne revendique rien moins que l’autonomie des deux tiers du pays sous sa direction ! Mais que pèse-t-il vraiment ? Rien ! Il ne représente, en effet, qu’une partie des Touaregs de l’Adrar –qui ne sont eux-mêmes qu’une minorité au sein des Touaregs du nord du Mali – dont on semble ignorer à Paris qu’il est majoritairement peuplé de sédentaires. A l’exception d’un partie de la population de la région de Kidal, soit quelques dizaine de milliers de personnes tout au plus, la population du septentrion malien ne se reconnait en rien dans le projet irrédentiste d’une poignée d’activistes médiatiques, bien plus populaires en Occident que chez eux ! On n’oublie pas au Mali, en effet, qu’en se lançant à l’assaut des garnisons maliennes le 17 janvier 2012, le MNLA entraina avec lui les mouvements islamistes qui ne tardèrent pas à l’évincer avant de semer la terreur sur le nord du pays ».

    – « Un objectif caché : récupérer les otages » : L’opération Serval, affirmait François Hollande le 15 janvier 2013, avait trois buts : 1) mettre fin à « l’agression terroriste » ; 2) « sécuriser Bamako »et, 3) « permettre au Mali de retrouver son intégrité territoriale ». Si les deux premiers ont été clairement atteints, on est loin du compte en ce qui concerne le troisième. En arrivant à Kidal à la fin du mois de janvier 2013, la France laisse en effet le MNLA, qui était alors exsangue suites aux défaites infligées par ses ex-alliés islamistes, prendre le contrôle de la ville où il parade toujours en toute impunité un an plus tard. C’est qu’aux objectifs avoués de Serval s’en ajoute un quatrième : récupérer les otages qui se trouvaient aux mains d’AQMI, à l’aide du MNLA dont on croyait à tort qu’il pourrait jouer un rôle capital dans l’opération. ». Fin des extraits.

    Les commentaires des débatteurs, ramassés par le pseudo AG ZAMANE, sont résumés par le titre « Des questions et des questions sur Kidal et sur le MNLA» :

    1. Brahim: «Finalement votre Azawad se résume à Kidal ville, déjà presque vidé de ses habitants par votre barbarie. Je pense que vous avez maintenant compris ou que vous ne tarderez pas à comprendre que Azawad est voué à l’échec. Donc, soit vous acceptez le Mali et vous redevenez citoyens maliens comme nous autres, ou vous refusez le Mali et vous restez quand même sur le sol malien et vous ravalez votre hostilité ; vous arrêtez de semer la haine et la violence, ou alors, vous n’aimez pas et vous ne voulez pas du Mali et vous ne voulez rien du Mali mais dans ce cas, vous vous exilez, vous vous éloignez du Mali et vous faites ce que vous voulez a l’étranger hors du Mali, et nous laissant tranquille avec notre pauvreté (que nous allons vaincre Inch’Allah), notre dignité et notre honneur. Dans tous les cas, sachez que le projet Azawad n’aboutira point. Si vous voulez bousiller votre vie et celles de centaines ou milliers d’autres personnes, allez y de l’avant avec, mais Azawad n’aboutira pas tant qu’il y aura un seul CITOYEN MALIEN en vie : sur les presque 16 millions de maliens, moins de 100.000 sont pour Azawad, soit moins de 0.5% de maliens ; sur les presque 3 millions de maliens des régions de Gao, Tombouctou et Kidal, moins 100.000 sont pour Azawad, soit moins de 5%. SI VOUS FAITES UN REFERENDUM SUR LA QUESTION, VOTRE ECHEC EST PLUS QU’INNEVITABLE. ALORS POURQUOI CONTINUER A S’ENTETER AVEC TANT D’OBTINATION ? REPONDEZ SVP, SI VOUS AVEZ UNE REPONSE QUI TIENNE LA ROUTE. »

    2. AG AZAMANE: « ce que Brahim a dit est corroboré par ce que des touareg lucides avaient dit, je les cite :
    – « Des questions et des questions sur le MNLA » titre un ressortissant anonyme de Kidal dans un journal en ligne qui signe « Ahar », je le cite : « 30 mois après le déclenchement de la rébellion qui continue de faire des creux et des vagues, je reste toujours coincé sur l’organisation du mouvement qui a – en apparence? – le vent toujours en poupe, si organisation il y a? Pour rester brancher, est-ce que quelques âmes charitables peuvent-elles m’aider à démêler cet écheveau? Le Mnla ne tire-t-il pas précisément sa force de cette confusion, de cette incohérence sciemment entretenues ? Est-ce une nouvelle stratégie bien calculée ou le pur produit d’actes et actions fortuits, isolés et curieusement insensés? Cette configuration de nébuleuse qui rappelle, à bien des égards, la stratégie la mouvance d’Al-Qaïda, est-elle à même d’atteindre des objectifs qui se veulent précis, cadrer et produire un projet de société dans le temps et dans l’espace ? D’abord, il y a combien de Mnla? Celui de Bilal Ag Acherif autour duquel gravitent quelques électrons qui semble n’avoir aucune emprise réelle sur le corps du mouvement siégeant et signant sans aucun impact sur la notoriété de l’organisation si tel est leur dessein ? Ou est-ce le virtuel Colonel Najim qui est à la fois partout et nulle part, avec son « Taqem », de « que fait-on ? » ou les dames Assi et Aminatou qui soufflent le chaud et le froid à Kidal avec des idées aussi cotonneuses que la sortie de crise inscrite dans les calendes grecques, ou Ambéiri, qui se découvre idéologue révolutionnaire après sa retraite en tout, manipulant le vieux Intalla et quelques jeunes désœuvrés, lui qui ne s’est jamais occupé que de sa petite personne, ou encore, la pléthore des chargés de communications qui s’en remettent aux effluves événementielles pour leurs donner un sens acrobatique après coup, ou les facebookistes va-t-en-guerre du clavier qui servent de boîte de résonances aux ‘teghlala’ téméraires souvent sans mérites ? ou es bandes d’opportunistes, voleurs, coupeurs de routes qui surgissent du néant brandissant drapeaux et fusils pour se remplir les poches au nom du mouvement? Il y a trois semaines, un commerçant de Tessalit de la fraction des Irrédjenaten s’est évaporé en compagnie de son jeune frère, après avoir été intercepté et relâché par MAA 1 et 2.Tous les indices portent à croire qu’il a été kidnappé par un groupe du Mnla sur lequel aucun des autres n’a d’emprise ! Pourquoi ? Après les démêlés qui ne finissent pas avec les MAA qu’ils tarabustent sans arrêts, les Imghads qu’ils poussent dans les bras des Fama, voilà qu’ils reprennent leurs hostilités envers les autres voisins. Que veulent-ils au juste ? Avoir un maximum d’ennemis? Mais avant tout, qui sont-ils?…
    2. « Deux questions de bon sens (et non de raillerie) posées par AG AZAMANE à Ambéiri ag-Ghissa » (le « gardien du temple » du MNLA à Kidal) et à Mossa ag-Achaghatmat (l’étudiant targui malien de la FLASH Badalabougou, en déshérence, qui a initié le MNA, géniteur du MNL):
    – Quelle est cette révolution qui détruit la base sociale et économique du développement de la région de naissance des rébellions touarègues cycliques « azawadiennes » ?;
    – Comment se fait-il que des indépendantistes « azawadiens » détruisent tout ce qui entretenait la vie dans leur mère-patrie ?

    Sincèrement

Envoyer un commentaire