booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Françafrique : Est-ce vraiment la fin ?

 

Le président français, Emmanuel Macron qui vient d’arriver, ce mercredi matin, à Alger en visite officielle sur invitation de son homologue algérien, le president Abdelaziz Bouteflika promet que ce voyage sera suivi ultérieurement par une visite d’État dont la date n’a pas été fixée par l’Élysée et « qui nécessite, elle, une préparation du fait de la place importante occupée par l’Algérie ». « Importante » pour l’Elysée, cette visite à teneur hautement politique permettra d’aborder la situation au Sahel.

Au delà de la question liée à la lutte contre le terrorisme, la France cherche à préserver ses intérêts en Afrique Sahélienne et subsaharienne. Le locataire de l’Elysée vient de parachever un périple dans les anciennes colonies africaines, où l’avenir de la nouvelle Françafrique semble se redéfinir. S’adonnant à une véritable opération de charme au continent noir qu’il vient de visiter, Macron s’attèlerait à mettre fin à la Françafrique si chère au General De gaulle. Le jeune chef de l’État français fraichement élu s’appliquerait à remplacer la politique de « la relation spéciale » menée par la France envers l’Afrique par un partenariat France – Continent africain et cela en dépit d’une large opinion française militant pour son maintien.
Macron qui lançait à partir du Burkina Faso qu’«Il n’y a plus de politique africaine de la France.», semble, à peine, changer son fusil d’épaule pour mieux prendre d’assaut la nouvelle Afrique. Pour preuve, dés son arrivée à l’Élysée, Emanuel Macro n’a pas tardé à mettre sur pied un conseil présidentiel pour l’Afrique que constituent 11 membres dépendant directement de la présidence de la république et permettant à cette dernière d’avoir un regard neuf sur l’Afrique arguant que «Nous ne pouvons pas laisser l’Afrique seule face aux défis démographiques, économiques, climatiques. (…) C’est en Afrique que se joue largement l’avenir du monde.»
Cette ancienne colonie de toutes les convoitises mais aussi de tous les risques liés, notamment, à l’immigration clandestine et au terrorisme qui menace l’Hexagone, inquiète les français. La France promet d’ailleurs, la création d’un fonds d’un milliard d’euros qu’elle destine aux petites et moyennes entreprises africaines afin de booster les relations économiques. L’Europe a investit, quant à elle, quelque 16 milliards d’euros entre 2000 et 2015 afin de lutter contre les migrations clandestines. Paris qui a déjà initié depuis 2014 l’opération Barkhane qui engage près de 3000 militaires français préconise une nouvelle approche impliquant les pays africains à supporter la lutte anti terroriste et propose de doter ce qui appelé G5 Sahel d’une force militaire. Macron en apprenti africain et moitié maghrébin à l’occasion « désapprouve » l’intervention militaire menée par Nicolas Sarkozy en Libye qu’il considère comme « une erreur » et que « Président de la République, je n’aurais pas soutenu l’intervention [française] en Libye. (…) Je ne crois pas aux solutions militaires quand elles ne s’inscrivent pas dans une vision diplomatique et une solution politique construite sur le terrain ». Mais, Il semble, cependant, se dédire en proposant « une initiative euro-africaine » en vue de « frapper les organisations criminelles et les réseaux de passeurs » en Libye. Une solution « militaire » à laquelle s’opposent les États-Unis car « contournant le processus politique, facilité par l’ONU » chose qui ne ferait que « déstabiliser » ce pays (la Libye), selon les déclarations du porte-parole du département d’Etat américain, Heather Nauert.
http://capalgerie.dz/francafrique-est-ce-vraiment-la-fin/

Envoyer un commentaire