booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

François-Xavier Freland : « Sans rétablissement de la sécurité au Mali, aucun développement n’est possible »

Dans « Mali : au-delà du jihad », le journaliste français raconte comment ce pays traditionnellement tolérant a plongé dans le radicalisme religieux en dix ans, imposant une intervention militaire française pour sécuriser les populations. Interview.

C’est un récit personnel, loin des clichés, que nous livre François-Xavier Freland (collaborateur de JA), dans son dernier livre, Mali : au-delà du jihad (éditions Anamosa). Amoureux de ce pays, qu’il fréquente depuis 2002, l’auteur remonte aux origines du fanatisme religieux qui l’a frappé sur le tard. Le récit est humain mais la démarche est journalistique, ponctuée par des entretiens avec toutes les parties concernées : rebelles touaregs, jihadistes, hommes politiques, artistes, Maliens lambda… Un ouvrage qui permet de mieux cerner les subtilités de cette crise qui mine toute la région sahélienne…

Le Mali que j’ai connu en 2002 était d’abord un pays poétique, pas une terre de jihad

Jeune Afrique : Dans votre livre, vous livrez une approche quelque peu romantique de la situation au Mali, avec une pointe de nostalgie. Qu’entendez-vous démontrer ? 

François-Xavier Freland : Rien, justement. Le journaliste est d’abord un observateur, un témoin, pas quelqu’un qui cherche à prouver une vérité, sa vérité. L’idée est de donner des clés à des lecteurs maliens ou autres pour comprendre ce qui s’est passé dans ce pays autrefois si tolérant. C’est vrai, certains passages empreints de nostalgie sont décrits dans un style poétique. Mais j’assume cette part de romantisme.

Le Mali que j’ai connu en 2002 était d’abord un pays poétique, pas une terre de jihad. Les Maliens sont des gens gais et spirituels à la fois, et leur musique est très mélancolique. Cela m’a beaucoup touché. Mon livre rend aussi hommage à ce Mali-là, d’une immense richesse culturelle. En même temps, il relève d’une démarche journalistique, c’est pourquoi j’ai donné la parole à toutes les parties impliquées : jihadistes, rebelles touaregs, officiels maliens, artistes, soldats français… J’ai commencé à couvrir ce pays en 2002. Mon livre décrit une société malienne aspirée par une crise sécuritaire qui dure depuis 2007.

Un Touareg admet difficilement d’être dirigé par ses anciens esclaves, qui sont actuellement au pouvoir à Bamako

Quelles sont, à vos yeux, les origines de cette crise ? 

Il s’agit d’abord d’un conflit post-colonial résultant d’un découpage arbitraire des frontières, après le départ des Français, qui a généré une situation de tension. La question est complexe mais le problème sous-jacent est d’ordre identitaire entre les Touaregs et les populations du Sud.

Pour résumer, un Touareg admet difficilement d’être dirigé par ses « anciens esclaves », qui sont actuellement au pouvoir à Bamako. Car les Maliens du Sud, les Subsahariens, ont longtemps été les esclaves de ceux du Nord, et cela persiste encore à travers les Bellas, une ethnie exploitée depuis des siècles. C’est en partie pour cela que les Touaregs n’ont jamais accepté la présence d’un État-nation avec pour capitale Bamako.

Mais cette réticence est aussi liée aux exactions commises par l’armée malienne sous Modibo Keïta, pour pacifier le Nord, qui ont laissé des traces dans les mémoires. Du côté de Bamako, on était pas mécontent de prendre une revanche sur le Nord en confisquant le pouvoir au lendemain des indépendances. Il ne faut pas oublier non plus que le Mali est issu du grand empire mandingue qui régna durant plusieurs siècles jusqu’aux frontières de ce qu’on appelle aujourd’hui l’Azawad.

D’autre part, vu de Bamako, on accuse les Touaregs de s’adonner à différents types de trafics. Historiquement, les régions touarègues ont toujours vécu dans des situations de « non-État », bénéficiant parfois de protections – comme celle des Français lors de la période coloniale.

Cela arrangeait beaucoup de monde que la bande sahélienne demeure une zone de non-droit

Votre livre ne s’attarde pas sur un facteur pourtant important dans l’exacerbation de ce conflit : les responsabilités régionales, qu’il s’agisse de l’Algérie ou de la Libye…

Ma démarche était de faire du journalisme de terrain. Je ne peux pas avancer des théories sur la base de conversations au téléphone. En tout cas, le livre évoque ces responsabilités régionales. Les acteurs que j’ai rencontrés confirment le rôle des pays de la région sahélienne. Par contre, les raisons de leur implication relèvent des supputations. Est-ce que cela cache des trafics ? Est-ce pour profiter des ressources naturelles ? Rien n’est vraiment sûr.

On avance souvent l’argument de l’exploitation des ressources naturelles pour justifier l’intensification d’un conflit. Honnêtement, je ne pense pas que cela soit un facteur central, comparé au malaise identitaire qui puise son origine dans la relation des Touaregs avec les populations du Sud. J’écris par exemple que Mouammar Kadhafi a tendu la main à Bamako tout en armant les Touaregs car ses derniers lui rendaient des services pour protéger son régime.

Quant aux Algériens, la thèse qui circule est qu’ils auraient laissé l’incendie se répandre chez leurs voisins pour s’assurer un peu de calme chez eux, sachant que les grands lieutenants d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) sont originaires d’Algérie. Et puis cela arrangeait tout le monde que la bande sahélienne demeure une zone de non-droit afin de laisser prospérer les commerces transsahariens, nourris de trafics en tout genre.

Comment les Touaregs en sont-ils venus à adopter le discours ultra-radical des jihadistes ? 

Dans ce livre, je cite Ibrahim Ag Bahanga, que je compare au commandant afghan Massoud. Je l’avais rencontré en 2008, dans son fief, à 250 km au nord de Kidal, dans une zone enclavée. Il avait attiré mon attention sur le fait que Bamako propageait l’idée que les Touaregs sont les amis des jihadistes alors que, pour lui, ces derniers étaient leurs principaux ennemis. Ibrahim Ag Bahanga arguait que son peuple défendait depuis toujours un islam tolérant et une vision plus moderne de la femme dans la société. Il ne voulait surtout pas que son clan soit associé à un conflit religieux obscurantiste.

Quelques années plus tard, il a trouvé la mort dans un accident mystérieux. Un de ses proches me confiera par la suite qu’il s’agissait sans doute d’un attentat perpétré par Al-Qaïda pour éliminer cet homme qui faisait encore barrage à la montée en influence des jihadistes dans les camps touaregs. Comme en Afghanistan après l’assassinat de Massoud, les jihadistes ont pu flirter plus facilement avec les rebelles après la mort d’Ag Bahanga, notamment à travers des personnages troubles comme Iyad Ag Ghali.

Ce dernier, qui était leur relais dans la région, a réussi à convaincre une partie des Touaregs de la nécessité d’avoir des alliés solides, à l’instar des jihadistes, pour être en mesure d’éjecter le régime malien de leurs terres. Je précise que les Touaregs ne partagent pas tous cet idéal jihadiste. Le clan laïque de Ag Bahanga est resté fidèle à sa vision indépendantiste. Mais pour des raisons purement politiques, Bamako considérait qu’Ag Ghali, qui préconisait le jihad dans tout le Mali, était moins néfaste qu’Ibrahim Ag Bahanga, qui se revendiquait d’un islam modéré mais voulait l’indépendance du Nord.

Sur le terrain, la grande majorité des acteurs étaient favorable à une intervention militaire française.

Vous défendez l’intervention militaire française au Mali, allant jusqu’à soutenir que sans elle, le jihadisme gagnerait Bamako. N’est-ce pas un peu excessif au vu des nombreuses critiques essuyées par cette intervention ? 

Mon vécu au Mali m’a montré que l’armée malienne n’était pas capable de faire face aux groupes jihadistes, plus rodés aux techniques de guerre. En Afrique, le discours en vogue consiste à dire que le continent doit se prendre en charge et régler ses propres problèmes. On est tous d’accord là-dessus, mais encore faut-il en avoir les moyens. De plus, méfiez-vous des opinions construites à Paris ! Beaucoup de gens, à Bamako, ne tiennent pas ce discours-là. Sur le terrain, la grande majorité des acteurs favorables à une intervention militaire française. Malheureusement, aujourd’hui encore, le Mali – même avec l’aide d’autres armées africaines – aura bien du mal à contenir la menace.

N’oublions pas qu’aujourd’hui, les deux plus importants groupes jihadistes, Al-Qaïda et Daech, sont installés au Mali. Sans parler des autres groupuscules jihadistes ethniques plus ou moins affiliés. Il faut donc distinguer entre les beaux discours et la réalité.

Le conflit semblecantonné dans une approche sécuritaire, alors que le vrai problème est l’amélioration des conditions de vie des populations, la lutte contre la corruption, la réforme de la gouvernance… 

Vous vous doutez bien que les militaires français ont compris depuis longtemps que l’enjeu ultime reposait sur le développement. Mais en attendant, il faut bien assurer la sécurité de la région. Car sans rétablissement de la sécurité, aucun développement n’est possible. Et c’est là où le bât blesse. Car en multipliant ici et là des actes terroristes avec des moyens « low cost » (quelques kalachnikovs, des mines…), on empêche le développement d’émerger.

Les militaires, sur place, font ce qu’ils peuvent pour éradiquer ce fléau. Mais on est dans un pays très vaste, grand comme deux fois la France. Donc ce n’est pas simple. Constatant que l’État malien se fait discret dans cette région, les jihadistes se sont adjugés très facilement le consentement, voire la complicité, de certaines populations locales. À Gao, pendant l’occupation en 2012, ils ont construit des routes, des canalisations d’eau potable, des écoles coraniques… Bref, tous les services de proximité que l’État, lui, n’a pas réalisés.

Les vrais enjeux restent la lutte contre la pauvreté et l’éducation des populations.

En conclusion, comment ce conflit risque-t-il d’évoluer ?

Personne ne le sait. Daesh est en train de reculer en Syrie, mais nul ne peut dire si le danger va disparaître pour autant. Au contraire, on craint même que les fameux « revenants » s’implantent au Mali, via la Libye. Tout le monde craint que le Sahel devienne le nouveau terrain de jeu de ces organisations terroristes. Dans mon livre, j’insiste sur le fait que les vrais enjeux restent la lutte contre la pauvreté et l’éducation des populations. C’est là où je tiens à préciser que la France a joué parfois un rôle important.

La France en Afrique, ce n’est pas que la traite négrière, les méchants colons et la prédation. Il y a eu aussi des Français de bonne volonté qui ont participé à l’éducation des populations et à la diffusion des valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité… Beaucoup de Maliens sont attachés à ces valeurs universelles face à une nouvelle colonisation, nourrie d’obscurantisme religieux et de la haine de l’autre.

http://www.jeuneafrique.com/493705/politique/francois-xavier-freland-sans-retablissement-de-la-securite-au-mali-aucun-developpement-nest-possible/

Envoyer un commentaire