booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Le G5 Sahel se penche sur le potentiel agricole, animal et halieutique

Les ministres des pays membres du G5 Sahel se sont réunis, mardi 2 octobre 2018, au Centre international des conférences de Nouakchott (Cicn) en Mauritanie pour analyser la question liée à « une étude diagnostic des potentialités des produits agricoles, animalières et halieutiques ».

Cette étude diagnostic s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre «d’un projet de promotion des produits nationaux pour renforcer la sécurité alimentaire et l’intégration régionale», explique un document distribué à l’occasion de la cérémonie de lancement de la journée. Elle avait été recommandée, par les chefs d’Etat membres (Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad), lors de leur réunion à Bamako, en février 2017. Les États membres du G5 Sahel et leurs partenaires se sont rendus à l’évidence que le volet sécuritaire seul ne permet pas d’éradiquer le terrorisme jihadiste qui gangrène la région.

Dans son discours d’ouverture, le secrétaire conseiller Spécial du Secrétaire général des Nations Unies chargé du Sahel, M. Ibrahima Thiaw a déclaré que « l’agriculture, l’élevage, et la pêche prennent la part du loin dans la création et la distribution de richesses au Sahel », une région traversée par trois crises.

Une crise humanitaire, une crise sécuritaire et une crise écologique, exacerbée par les changements climatiques. M. Thiaw a rappelé que c’est dans cette optique que le secrétaire général des Nations Unies avait publié, en juin dernier, le plan de soutien de l’ONU pour le Sahel lequel plan s’articule autour de six axes prioritaires.

L’ONU a identifié des opportunités importantes pouvant rendre le Sahel plus prospère

Les résultats des investigations menées sur le terrain par les experts, ont permis d’établir les conclusions majeures suivantes «le contexte économique et social des pays du G5 Sahel est marqué par deux phénomènes majeurs : une croissance démographique avec un taux moyen de l’ordre de 3% par an. Une situation économique très volatile du fait de l’instabilité des prix des matières premières, notamment des hydrocarbures. Une forte prégnance de la pauvreté et de l’insécurité alimentaire, qui touchent respectivement plus de 40% et 15% de la population, selon les pays et les années ».

Le même document note que «le potentiel de développement des productions agricoles et halieutiques est largement sous exploité avec moins de 21% des terres arables mises en exploitation, chaque année. Le potentiel hydrique est immense avec plus de 5000 milliards de m3.

Les potentialités sont dominées par trois produits : les céréales, les produits halieutiques pour lesquels la Mauritanie se détache, alors que le Mali se positionne comme le grenier de la sous-région, et le Tchad constitue l’étable majeure de la région ».

L’espace du G5 Sahel est globalement marquée par des cycles récurrents de crise, avec une  situation alimentaire et nutritionnelle qui demeure préoccupante.

En même temps, l’ONU a identifié des opportunités importantes pouvant rendre le Sahel plus prospère. Les ressources naturelles, les stocks halieutiques, les énergies renouvelables, la jeunesse, la culture et le tourisme sont autant de facteurs de croissance potentielle.

Moctar FICOU / https://www.vivafrik.com/2018/10/04/le-g5-sahel-se-penche-sur-le-potentiel-agricole-animal-et-halieutique-a19785.html

Envoyer un commentaire