booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Les GI opèrent aux frontières algéro-libyennes: ils ont abattu 11 terroristes d’AQMI

L’Expression- 

Selon le commandement de l’Africom, l’armée américaine a ciblé une colonne de véhicules de type 4X4 au lieudit Laouinet dans le territoire de Ghate en Libye
Environ 6000 militaires américains se trouvent sur le continentEnviron 6000 militaires américains se trouvent sur le continent

Le Commandement des États-Unis pour l’Afrique Africom a déclaré avoir abattu au moins 11 terroristes lors d’un raid mené au lieudit Laouinet dans le territoire de Ghate en Libye non loin des frontières algériennes. Les GI américains ont ciblé des véhicules de type 4X4 et éliminé 11 terroristes affiliés selon toujours Africom à Al Qaïda au Maghreb islamique. La même source pense qu’il s’agit des éléments de Moussa Bourahla, l’un des principaux chefs de cette organisation terroriste qui aurait été abattu dans une opération similaire au courant du mois de mars dernier. Selon le communiqué d’Africom diffusé, l’opération a eu lieu dans la soirée de jeudi dernier, précisant que trois véhicules ont été atteints par les tirs depuis des avions. Le même communiqué a soutenu que le groupe était à la recherche d’un territoire sécurisé. Africom souligne encore que les Etats-Unis n’hésitera pas à combattre le terrorisme la où il se trouve. Néanmoins la présence d’une armée étrangère en Afrique pourrait, à ne pas en douter, motiver les groupes terroristes à mener des opérations criminelles. La question a d’ailleurs été posée par Le Point soulignant que le prétexte de la lutte contre le terrorisme qui s’est accentuée sous le règne de l’actuel président américain «pourrait même devenir le prisme dominant de l’approche américaine du continent. Cette évolution découle de l’estimation de la menace à Washington, du poids croissant du Pentagone dans la mise en oeuvre de la politique étrangère américaine en général, et en Afrique en particulier. Précisons d’emblée qu’elle est soutenue par le Congrès». Environ 6 000 militaires américains se trouvent sur le continent, dont 4 000 sur la principale base de Djibouti. Cette présence «légitimée» par la lutte antiterroriste n’est donc pas la solution au problème dans la mesure où elle ouvre l’espace devant les groupes terroristes à combattre un occupant. Ce qui va avoir des conséquences sur d’autres pays qui luttent à l’intérieur de leur pays contre le même phénomène comme l’Algérie. Des opérations de cette dimension non loin de ses frontières pourraient pousser les groupes terroristes à fuir vers son territoire. C’est peut-être pour cette raison que l’Algérie a décidé de construire une muraille barbelée de 6000 km au niveau de ses frontières Est et Ouest comme rapporté dans notre édition d’hier. Le but est bien évidemment de sécuriser ses frontières, décourager les groupes terroristes à les franchir vers le territoire algérien. A noter selon le site Sputniknews que «des dizaines de bases militaires américaines sont actuellement présentes sur le continent africain, et le Pentagone alloue des centaines de millions de dollars par an à la construction de l’infrastructure nécessaire et aux opérations militaires». Le même organe de presse soutient que, «l’accroissement de la présence de la ‘principale démocratie du monde » sur le continent s’accompagne d’une hausse significative du financement des programmes antiterroristes en Afrique subsaharienne. Entre 2011 et 2014, le gouvernement américain a alloué 327 millions de dollars à ces fins, puis cette somme a pratiquement triplé entre 2015 et 2019 pour atteindre 954 millions de dollars». Cela pourrait être interprété comme une présence à long terme. Non pas pour combattre le terrorisme, ce qui n’est qu’un prétexte, mais pour avoir une main sur les richesses du continent, demeurant ainsi une force dominante pour ses intérêts.

LUTTE ANTITERRORISTE
26 éléments de soutiens arrêtés en l’espace d’un mois
Le ministère de la Défense nationale à rendu public son bilan, hier, résumant les multiples interventions de l’Armée nationale populaire lors du mois de novembre. Encore une fois les résultats son probants et démontrent l’efficacité des opérations menées par l’ANP sur le terrain dans sa lutte contre la contrebande, le trafic de drogue et d’armes, mais aussi dans sa lutte continue contre le terrorisme. Le MDN donne comme chiffres concernant les terroristes abattus lors de ce mois. Il confirme la neutralisation de deux terroristes désormais identifiés, néanmoins quatre autre avaient été abattus lors de l’opération menée entre Constantine et Mila. Le fait de ne pas avoir identifié ces derniers, l’ANP garde une certaine réserve. Par ailleurs et dans le même cadre, le MDN fait état de l’arrestation de deux autres terroriste durant le mois de novembre, alors que neuf terroristes se sont rendus. S’ajoute à cela la reddition de trois familles composées de 12 membres à Skikda, dont des enfants. L’ANP et lors de ses investigations a également démasqué et arrêté pas moins de 26 éléments de soutien.

http://www.lexpressiondz.com/actualite/304898-les-gi-operent-aux-frontieres-algero-libyennes.html

Envoyer un commentaire