booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

L’ONU change sa stratégie au Sahara Occidental: Les ressources naturelles seront la clé de la solution

Les Nations Unies, impuissante face au conflit du Sahara occidental, a changé de stratégie. Elle rejette la position des deux parties, ni autonomie ni référendum, et appelle à accorder à la gestion de l’exploitation des ressources naturelles comme premier pas pour avancer. Christopher Ross a reconnu dans une interview que «l’absence d’une crise imminente prive ce conflit de l’attention de la communauté internationale ». Ross conclut que « la violation des droits humains est de plus en plus grave. »

L’ONU a vu dans l’argent, dans l’exploitation des ressources naturelles du Sahara occidental, de plus en plus convoitées, la façon d’avancer dans la résolution du conflit qui maintient des milliers de personnes déplacées dans le désert et un état de siège pour les citoyens Sahraouis vivant au Sahara occidental, qu’ils appellent Territoires occupés. Jusqu’à présent c’est le Maroc qui gère les ressources naturelles.

En 2004, l’ONU renonça à l’élaboration de plans soumis aux parties et a opté pour laisser le Maroc et la RASD négocier et rapprocher leurs positions en se limitant au rôle de superviseurs, avec l’Algérie et la Mauritanie, des invités qui ne sont pas en pierre. Mais les deux parties détiennent des positions que les Nations Unies considère comme exclusifs et Ross soutient également que « une partie a élaboré un plan qui lui est propre loin des propositions faites par l’ONU pour résoudre le conflit. »

Le printemps arabe et «l’absence d’une crise imminente prive ce conflit de l’attention de la communauté internationale », selon Ross, raison pour laquelle « il ne peut rester stagnant dans le temps ». Le Sahara occidental, « ancienne colonie de l’Espagne de la taille de la Grande-Bretagne » devra canaliser son avenir à travers la «gestion des ressources naturelles et le déminage du territoire», a déclaré Ross comme premières étapes pour avancer vers une solution définitive. La politique serait reléguée à une solution plus économique et sécuritaire. Le référendum deviendrait moins important que le titulaire du contrat.

Pour la région, le risque est « une escalade militaire et la possibilité de l’augmentation de l’activité terroriste ».

L’ONU affirma, reconnaît Ross dans l’interview publiée par le site Web de cette organisation, qu’il « reste à voir si cette approche conduit à des mouvements dans le sujet central des discussions ». L’envoyé spécial de l’ONU pour le Sahara occidental a déclaré que «l’absence de solution a imposé des risques croissants  et des coûts pour les deux parties et pour le Maghreb. »

Pour les parties, toujours selon les paroles de Ross, «Le risque est la reprise des hostilités, le déclenchement de mécontentement populaire et le recrutement de sahraouis chômeurs frustrés par des groupes terroristes et criminels ». Il mentionne également qu’il ya des coûts « pour les réfugiés et les violations des droits de l’homme, en plus des frais d’entretien des forces militaires ». Mais surtout, Ross souligne que l’un des plus grands coûts pour les parties et la communauté internationale est « l’incapacité à planifier l’utilisation des ressources naturelles du Sahara Occidental d’une manière appropriée ».

Pour la région, le risque est « une escalade militaire et la possibilité d’une activité terroriste accrue,« quelque chose qui lui préoccupe, mais il remet de nouveau sur table l’argument de l’économie: « Des bénéfices sont perdus à cause de l’absence d’intégration économique ». Ross cite la chute de Kadhafi comme une source de ressources militaires dans la région.

«Certaines personnes pensent que le conflit n’est pas encore mûr », a déclaré Ross, bien que les récents événements « pourrait encourager les parties à entamer un processus de negotiation plus sérieux ». Les Nations-Unis affirment avoir détecté « plus de mécontentement parmi les jeunes », et aussi plus d’activisme pour « l’unité du Maghreb », des faits qui, à son avis, peuvent contribuer à sortir de l’impasse.

Fin février, l’ONU portera ces idées aux deux parties dans les négociations prévues à Long Island, Etats-Unis. Ross conclue l’entretien en rappelant à la communauté internationale que « il n’est pas suffisant de continuer à parler du conflit sur de positions fixes, le peuple du Sahara occidental dans les camps de réfugiés ou au Sahara Occidental devrait profiter de tous les droits humains, y compris la liberté d’exprimer ses opinions sur son avenir.  »

Des autres pays du Maghreb, Ross attend que l’on voit d’une fois pour toutes « les avantages pour tous et contribuent à trouver une solution à la tragédie humaine engendrée par ce conflit. »

Txema Santana

Guinguinbali, 27/1/2012

Envoyer un commentaire