booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Nouveau débat à Genève, sur les mesures de confiance entre les populations sahraouies

En perspective de la reprise prochainement à Manhasset des pourparlers informels sur l’avenir du Sahara sous l’égide de l’ONU, le Haut commissariat des Nations unies (HCR) a tenu la 2ème réunion d’évaluation des mesures de confiance.
La rencontre de deux jours a regroupé sous le patronage du HCR les 24 et 25 janvier à Genève, les délégations du Maroc, de l’Algérie, de la Mauritanie et du Polisario. Le but était d’approfondir la réflexion sur les mesures de confiance entre les populations sahraouies des provinces du sud du Royaume et leurs familles dans les camps de Tindouf en Algérie.
Le chef de la délégation marocaine, Nasser Bourita, Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères était épaulé par Omar Hilale, ambassadeur représentant permanent du Royaume à Genève et El Arbi Mrabet, gouverneur, chargé du Bureau de la coordination avec la Minurso. Outre le haut commissaire pour les réfugiés, Antonio Gutteres, étaient également présents à cette rencontre, Christopher Ross et Hani Abdelaziz respectivement envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara et son représentant spécial.

L’objectif de cette réunion, comme l’a expliqué Bourita, était de faire le point sur la mise en œuvre des activités prévues par le plan d’action des mesures de confiance, mis en place en 2004, notamment le programme des visites familiales, les séminaires apolitiques et les autres mesures visant à desserrer l’étau sur les populations vivant dans les camps de Tindouf en Algérie et alléger leurs souffrances.
Lors des discussions, la délégation marocaine a insisté sur la nécessité de préserver l’intégrité et le caractère strictement humanitaire de ce programme, loin de toute politisation ou instrumentalisation, sachant qu’à travers ce programme, le HCR vise à améliorer les conditions de vie des populations des camps de Tindouf et à leur assurer la protection juridique et humanitaire nécessaires, avec le préalable de leur identification, leur recensement et leur enregistrement.
La 2ème réunion d’évaluation a été sanctionnée par l’adoption d’une série de recommandations et la mise à jour du plan d’action relatif notamment au renforcement du programme des visites familiales par voie aérienne. Les participants ont également adopté l’ordre du jour de la 2ème édition du séminaire apolitique prévu au courant de cette année. Par contre rien n’a été dit sur la programmation des visites familiales par la voie terrestre qui figure au menu du programme des mesures de confiance dirigé par le HCR.

Katherine Junger  , 30 Janvier 2012,http://www.droits-humains.org/

Envoyer un commentaire