booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Les otages du Mali : payer ou ne pas payer 

Michel Lhomme, philosophe, politologue

 

Barkhane Mali

 

Au Mali, ce 20 juin, des réunions politiques ont eu lieu à l’occasion des deux ans de la signature de l’Accord de Paix et de Réconciliation (APR). Elles ont permis d’aboutir à l’élaboration d’une nouvelle feuille de route pour le pays.

La question du déploiement d’un bataillon du mécanisme opérationnel de coopération (MOC) à Kidal a été évoquée. Kidal reste la seule des trois régions réfractaire à l’accord de paix. Le renouvellement du mandat de la MINUSMa qui prend théoriquement fin le 30 juin a fait également partie des décisions importantes pour cette Bande Sahélo-Saharienne (BSS) qui présente aujourd’hui une grande menace pour les intérêts africains et occidentaux. Le renouvellement de la MINISMa permettrait d’inscrire dans la durée et de renforcer le partenariat avec “Barkhane” pour la sécurité du Mali.

Sur le plan sécuritaire, les 24 et 25 juin, des soldats tchadiens ont mené une offensive contre Boko Haram dans la région du lac Tchad. De nombreux éléments rebelles ont été mis hors de combat et plusieurs véhicules détruits. Dans les rangs des forces de défense tchadiennes, certains blessés ont été rapatriés vers N’Ndjamena grâce à une évacuation médicale aérienne organisée par les moyens et les équipes de “Barkhane” avant d’être pris en charge par l’équipe médicale du pôle santé unique (PSU) de la force Barkhane ou d’être redirigés vers les services tchadiens. Mais au nord, en plein désert, les soldats maliens continuent de faire l’objet d’attaques régulières par les groupes armés terroristes. La situation est donc loin d’être clarifiée. Un aïto, engagé militaire polynésien a récemment perdu la vie en mission. On ne cesse sur place de découvrir ici ou là mais surtout dans la région de Kidal, des stocks  de munitions composés d’obus de 60 mm, de fusées ou de munitions de calibre 7.62 mm, munitions souvent utilisées dans la confection d’engins explosifs improvisés. Fin juin, à Tessalit, des soldats tchadiens de la MINUSMA avaient d’ailleurs alerté la force Barkhane de la présence d’une roquette de 57 mm et de sa rampe de lancement à proximité de la Plateforme Désert Relais (PFDR) de Tessalit.

La lutte contre l’insécurité dans le Nord du Mali continue et doit continuer

barkhane-effectifsLes moyens se devraient d’être renforcés même si l’on peut effectivement constater vraiment un progrès dans le dialogue et la coopération avec les forces locales au profit de la sécurité dans la région. Depuis le début de l’opération Barkhane ce sont près de 2 tonnes d’armes ou de munitions saisies par trimestre. Du 15 au 22 juin 2016, la composante aérienne de la force Barkhane a réalisé 57 sorties, dont 16 sorties chasse, 16 sorties de ravitaillement ou de recueil de renseignement, 25 sorties de transport.

La branche d’Al-Qaeda au Mali s’est faite médiatiquement remarquer ce week-end en mettant en ligne une vidéo de six otages étrangers, dont la Française Sophie Pétronin qui, à la tête d’une association d’aide à l’enfance, avait été enlevée en décembre 2016 par des hommes armés à Gao, dans le nord du Mali. Aucun groupe n’avait jusqu’à présent revendiqué ce rapt. Les otages sont présentés séparément dans la vidéo par un homme qui indique qu’il n’y a pas eu jusqu’à présent de négociations pour leur libération, sorte d’appel du pied pour une rançon. Au Sahel, les djihadistes sont avant tout des mafieux. A la fin de la vidéo, et sans formuler aucune demande, cet homme insiste en effet et assure aux familles des otages qu’«aucune véritable négociation n’a commencé» pour leur libération, tout en affirmant que des discussions sont «toujours actives». C’est bien un chantage financier, un appel du pied, en particulier dirigé au nouveau président français pour qu’il paie. Mais le faut-il vraiment ?

La date de sortie de cette  vidéo a, de fait, été mûrement choisie puisque le  président français se trouvait ce samedi-dimanche à Bamako pour le sommet du «G5 Sahel». Les cinq pays de l’organisation – Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad – y ont annoncé solennellement le lancement d’une force conjointe de 5 000 soldats. Cette vidéo publiée dans la nuit de samedi à dimanche avait aussi l’air de défier Barkhane en confirmant l’unité djihadiste et touareg que nous avions déjà évoquée. Le film s’ouvre sur un extrait audio d’Ayman al-Zawahiri, l’actuel chef d’Al-Qaeda, qui donne son nom au film – «l’équation correcte» –, et se conclut sur une citation d’Oussama Ben Laden. Il est signé du nom d’un nouvel organe médiatique de la djihad : Al-Ezza Production.

« Nous avons chaque jour à affronter des terroristes, des voyous, des assassins», a rappelé ce dimanche à Bamako le chef de l’Etat français, dans son allocution d’ouverture du G5 Sahel, en s’adressant aux dirigeants sahéliens mais il a insisté curieusement sur le coût : « Sur le volet militaire, c’est un effort équivalent à plus de 8 millions d’euros que nous consacrons d’ici la fin de l’année à l’appui de la force conjointe», rajoutant : « pour garantir un soutien dans la durée, ce sera à vous et à vos armées de convaincre que le G5 peut être efficace, dans le respect des conventions humanitaires. Les résultats doivent être au rendez-vous pour convaincre nos partenaires.» On sent bien entre les lignes que les restrictions budgétaires prévues à la Défense et ailleurs pèsent sur les décisions ce qui ne devrait pas être le cas. On fait la guerre ou on ne la fait pas. La France apportera 70 véhicules tactiques à la nouvelle force inter-africaine et l’Agence française de développement débloquera 200 millions d’euros sur cinq ans spécifiquement pour le Sahel. C’est peu. Or, dans ce genre de conflits, si l’on veut l’emporter, il ne faut surtout pas trop compter ou en tout cas ne jamais laisser définir sa stratégie par Bercy d’autant que contrairement à ce qu’affirme une doctorante dans Libération  on ne peut pas parler  d’échec de l’intervention française au Mali sauf que oui, il faut y mettre le paquet.https://metamag.fr/2017/07/05/les-otages-du-mali-payer-ou-ne-pas-payer/

Envoyer un commentaire