booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Événements

  • Aucun événement

Paix et sécurité: les Nations Unies font une déclaration accablante contre les séparatistes

CAMEROON MAGAZINE-13/03/2020

Le Conseil de sécurité de l’ONU déclare que les séparatistes représentent une véritable menace pour la paix et la sécurité.

Le terrorisme et l’extrémisme violent constituent une menace importante et croissante pour la paix et la sécurité en Afrique et la communauté internationale doit redoubler d’efforts pour renforcer la capacité du continent à riposter, ont déclaré mercredi les délégués au Conseil de sécurité qui ont publié une déclaration présidentielle et entendu des exposés de hauts fonctionnaires des Nations unies.
Dans une déclaration (document S/PRST/2020/5) publiée par Zhang Jun, président chinois du Conseil pour le mois de mars, l’organe composé de 15 membres a souligné l’importance d’une mise en œuvre rapide et efficace de ses résolutions traitant du terrorisme, y compris les sanctions visant l’État islamique en Irak et au Levant (ISIL/Da’esh), Al-Qaida et leurs affiliés.

« Le Conseil de sécurité appelle la communauté internationale à renforcer son engagement politique et à envisager de mobiliser des ressources et des compétences plus durables et plus prévisibles pour renforcer la capacité des pays africains à lutter contre le terrorisme et l’extrémisme violent propice au terrorisme », indique la déclaration.

À cette fin, le Conseil a précisé les domaines dans lesquels la communauté internationale peut soutenir les pays africains, notamment par une coopération interinstitutions plus étroite, le partage des bonnes pratiques en matière de sécurité des frontières, la mise en place de systèmes de justice pénale équitables et efficaces, la prévention de l’acquisition d’armes par les terroristes, et à la fois l’élaboration et la mise en œuvre de plans pour répondre aux attaques terroristes contre les infrastructures essentielles.

Le Conseil a souligné que les États membres doivent veiller à ce que les efforts de lutte contre le terrorisme soient conformes aux obligations qui leur incombent en vertu du droit international des droits de l’homme, du droit des réfugiés et du droit humanitaire, car tout manquement à ces obligations contribue à la radicalisation.

Dans son exposé, Rosemary DiCarlo, secrétaire générale adjointe aux affaires politiques et à la consolidation de la paix, a averti qu’Al-Shabaab représente la menace la plus persistante pour la sécurité en Somalie et en Afrique de l’Est, malgré les récentes opérations militaires lancées contre le groupe. L’État islamique en Irak et au Levant continue entre-temps de mener des activités en Libye et de donner des moyens d’action à ses affiliés en Afrique orientale, australe et centrale. Le résultat est la terreur des populations locales, en particulier des femmes. « Tout comme la misogynie est au cœur de tant de stratégies de groupes terroristes, les femmes doivent être au centre de nos réponses », a-t-elle déclaré, appelant à une plus grande coopération multilatérale, notamment au partage des meilleures pratiques et des ressources.

Dans le même ordre d’idées, Fatima Kyari Mohammed, observatrice permanente de l’Union africaine, a déclaré que le terrorisme et l’extrémisme violent prennent des proportions et une intensité sans précédent. Outre le Sahel, le bassin du lac Tchad et la Corne de l’Afrique, le terrorisme s’étend désormais à des régions d’Afrique qui avaient été épargnées par cette menace. « Nous ne pouvons pas ignorer le fait que ces régions sont aujourd’hui en guerre – une véritable guerre dans laquelle des dizaines de soldats et de civils meurent presque chaque semaine », a-t-elle déclaré. Il faut mettre davantage l’accent sur la prévention, les causes profondes et la compréhension des raisons pour lesquelles les jeunes rejoignent des groupes terroristes ou épousent des opinions extrémistes.

Sur ce point, Abdoulaye Mar Dieye, conseiller spécial de l’administrateur du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), a déclaré que son bureau investit beaucoup dans la recherche et la programmation basée sur des preuves afin d’aider à prévenir la montée de l’extrémisme violent. Le PNUD a interrogé des centaines d’anciens membres de groupes terroristes et extrémistes afin de mieux comprendre ce qui motive le recrutement et a constaté que plus de la moitié d’entre eux étaient mécontents de leur situation économique. Plus des trois quarts des personnes interrogées ont déclaré qu’elles n’avaient « aucune confiance dans les hommes politiques ou dans les institutions chargées de faire respecter la loi ». S’attaquer à ces causes profondes porterait ses fruits, a-t-il assuré, notant que les fonds destinés à la prévention sont plus efficacement dépensés que la simple réponse aux crises au moment où elles surviennent.

Au cours du débat qui a suivi, les délégués ont souligné la menace importante que le terrorisme fait peser sur les communautés et les institutions africaines. Les efforts déployés jusqu’à présent sont insuffisants, ont averti plusieurs orateurs.

Le représentant du Nigeria a décrit les efforts africains de lutte contre le terrorisme comme étant fragmentés, axés sur l’armée et sans commune mesure avec l’ampleur de la menace. La réponse de la justice pénale reste faible, les organismes chargés de l’application de la loi sont confrontés à des contraintes de capacité et les tribunaux de nombreux pays ont du mal à faire face au nombre de personnes qui se désengagent des groupes terroristes, a-t-il déclaré, soulignant : « Le simple rétablissement des structures sociales, politiques et économiques aux niveaux d’avant le conflit ne conduira pas à des solutions durables à long terme ».

Omar Hilale, du Maroc, a déclaré que le terrorisme est l’une des menaces les plus graves pour la paix et la sécurité internationales et la réalisation des objectifs de développement durable. Les opérations terroristes en Afrique sont de plus en plus audacieuses en s’attaquant aux infrastructures, telles que les écoles. Notant que les séparatistes et les groupes armés non étatiques représentent une véritable menace pour la paix et la sécurité, il s’est dit préoccupé par la proximité croissante d’Al-Qaïda

https://fr.cameroonmagazine.com/actualite-cameroun-infos/societe/paix-et-securite-les-nations-unies-font-une-declaration-accablante-contre-les-separatistes/

Envoyer un commentaire