Selon les spécialistes de la météo, la période de juin à août sera caractérisée par des excédents pluviométriques sur les régions de Ségou, Mopti, Gao et Ménaka. Cette caractéristique concerne aussi le nord de Kayes et Koulikoro, le sud de Tombouctou, Taoudénit et Kidal, l’extrême nord de Sikasso et le District de Bamako. Alors que sur le reste du pays, les précipitations seront moyennes.
La période de juillet à septembre, elle, se distinguera aussi par des excédents pluviométriques sur les Régions de Ségou, Mopti, Gao et Ménaka. Les prévisions donnent les mêmes caractéristiques (excédents pluviométriques) pendant ladite période pour le nord de Kayes, Koulikoro et Sikasso, le sud de Tombouctou, Taoudénit, Kidal et le District de Bamako.

meteo_723767305La saison sera précoce sur la moitié sud du pays pendant que dans le nord du pays elle sera normale. La fin de la saison sera tardive à l’Est, précoce au Centre et à l’Ouest du pays et normale dans le Nord du pays. Selon Mali-Météo, les séquences sèches de début de saison seront plus longues dans la moitié sud du pays (10 à 12 jours) et normales dans le Nord (8 jours et plus). Ces séquences sèches de fin de saison seront courtes dans la moitié Sud du pays (en moyenne 6-7 jours) et normales dans le Nord du pays.
Des risques importants d’inondation dans le sud et centre du pays, et d’accidents sur les plans d’eau dans le centre du pays sont signalés par les services météo.

Le premier risque d’inondations est lié aux fortes précipitations et au remplissage des plans d’eau tandis que le second risque d’accident sur les plans d’eau est lié à l’intensité des orages prévus. Si cette prévision climatique saisonnière met en garde contre des risques modérés de maladies dans le Sud et Centre du pays, elle alerte par ailleurs sur les risques élevés d’impacts de foudre dans les zones à concentration de centrales hydro-électriques.

Les prévisions de l’Agence nationale de la météorologie font état de risques modérés de sécheresse en début de saison dans la partie ouest du pays. Par conséquent, elle recommande l’utilisation des calendriers prévisionnels des dates de semis pour minimiser les conséquences de sécheresse. Mali-Météo recommande aussi aux producteurs d’investir davantage dans les semences des variétés améliorées à cycle moyen et résistantes à la sécheresse aussi bien pour les cultures vivrières que pour les cultures de rente.

Elle recommande de privilégier les techniques culturales favorisant l’économie de l’eau du sol, d’éviter les apports supplémentaires d’engrais, notamment azote, pendant la période d’installation des cultures et celles à risques de sécheresse, promouvoir l’agroforesterie face au danger possible de la sécheresse. Invitant les éleveurs à éviter aux animaux les risques de noyade et d’épizooties à germes préférant de bonnes conditions humides, Mali-météo recommande également aux agriculteurs de planifier et prendre les dispositions pour le recours à des irrigations d’appoint face au risque de sécheresse. En vue de faire face audit risque (de sécheresse), Mali météo recommande l’interaction avec les techniciens de la météorologie nationale et des services d’agriculture et d’hydrologie pour des informations agro-hydro-météorologiques et des conseils sur les variétés et techniques à utiliser. Semer le maïs et le sorgho dans les champs pouvant garder l’humidité pendant plusieurs jours sans être inondés, privilégier les champs de bas-fonds pour les cultures « qui aiment l’eau » (riz pluvial), éviter ou minimiser les dégâts d’éventuelles inondations sur les cultures sont d’autres recommandations de Mali-Météo.

Elle recommande une grande vigilance contre les adventices et les ravageurs des cultures (criquets, chenilles mineuses et autres insectes nuisibles), la minimisation par une vigilance continue des risques de dégâts matériels et les pertes en vies humaines et animales suite à d’éventuelles fortes pluies.
Les prévisions indiquées sont susceptibles d’évolution au cours de la saison des pluies. Par conséquent, il est fortement recommandé de suivre les mises à jour régulières.

Synthèse de
Khalifa DIAKITÉ

Source : L’Essor,http://maliactu.net/mali-saison-des-pluies-mali-meteo-prevoit-des-risques-dinondation/