La chute de Blaise Compaoré a laissé le champ libre à des mouvances terroristes insérées dans des réseaux mafieux, explique le chercheur Philippe Hugon. Interview.