En janvier 2016, l’attaque du café Cappuccino à Ouagadougou, revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), avait fait une trentaine de morts (archives).

Keystone/AP/SUNDAY ALAMBA

(sda-ats)

 

Le restaurant Istanbul, situé à environ 200 mètres du café Cappuccino qui avait été en janvier 2016 la cible d’un attentat, « a été attaqué par de présumés djihadistes », a déclaré un serveur du restaurant. « Trois hommes sont arrivés à bord d’un véhicule 4×4 vers 21h30, sont descendus du véhicule et ont ouvert le feu sur les clients assis sur la terrasse » de ce café fréquenté par une clientèle expatriée, a indiqué le serveur.

La police a évacué les civils avant l’arrivée de l’armée et de la gendarmerie qui ont tout de suite lancé l’assaut. Les tirs, nourris au départ, sont ensuite devenus sporadiques, a rapporté le journaliste de l’AFP. Selon un officier de l’armée s’exprimant sous couvert d’anonymat, « il y a des otages retenus aux premier et au deuxième étages du bâtiment de deux étages » qui abrite le café-restaurant se trouvant au rez-de-chaussée.

Attaques régulières depuis 2015

Le maire de Ouagadougou, Armand Béouindé, le ministre de la Sécurité, Simon Compaoré, et le ministre de l’Energie, Alpha Omar Dissa, sont arrivés sur les lieux, a-t-il indiqué.

Le 15 janvier 2016, l’attaque du café Cappuccino, un établissement prisé de la communauté expatriée à Ouagadougou, revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), avait fait 30 morts et 71 blessés, en majorité des étrangers. L’attaque avait aussi visé d’autres établissements, l’hôtel Splendid, l’hôtel Yibi et le Taxi-Brousse, située sur l’avenue Kwame N’Krumah, comme le restaurant Istanbul.

Frontalier du Mali et du Niger, le Burkina Faso est le théâtre d’attaques djihadistes régulières depuis 2015. En décembre 2016, une douzaine de soldats burkinabè avaient été tués dans une attaque contre un détachement de l’armée basé dans le nord du pays.

Le Burkina Faso, petit Etat sahélien d’Afrique de l’Ouest, pauvre et enclavé, avait réaffirmé le 18 juillet la nécessité de « lutter contre le terrorisme » avec son voisin la Côte d’Ivoire, également touchée par un attentat djihadiste en 2016.

ATS, https://www.swissinfo.ch/fre/attaque-d-un-restaurant-%C3%A0-ouagadougou-par-des-djihadistes-pr%C3%A9sum%C3%A9s/43408264