booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Chez Baba & Fils, trafic de père en fils

Aïcha Sangaré

Les Forces de Sécurité Maliennes viennent de mettre la main sur Mimi Ould Baba, un narcoterroriste du plus mauvais acabit affilié à  Al Mourabitoune et AQMI. Mimi de nom, peut-être, mais Maxi troublion qui cultive sa nocivité de père en fils : son gentil papa de sinistre mémoire n’est autre que Baba Ould Cheick, le dignitaire de Tarkint lié à l’affaire « Air Cocaïne »… On ne se refait pas…
« Air Cocaïne », ca vous dit quelque chose ? Un vieux Boeing 727 en provenance du Venezuela chargé de 9 tonnes de cocaïne « pure de chez pure », qui a atterri en 2009 puis s’est enflammé sur une piste de fortune aménagée près de Tarkint, dans la région de Gao ! L’affaire avait fait les gros titres de la presse internationale à l’époque, comme un exemple des liens entre terroristes, trafiquants et le gouvernement ATT. Le maire de Tarkint, Baba Ould Cheick, avait juré ses grands dieux : non, en aucun cas il n’était mêlé à cette histoire incompréhensible ! Heureusement, en 2013 la Justice l’avait finalement mis en prison, comme quoi il peut y avoir une justice !

Hélas, mauvais sang ne saurait mentir, et Papa Baba avait fait des petits, dont le petit Mimi ! Et Mimi avait de quoi bien démarrer dans la vie, grâce aux relations de Baba : et notamment tous ses amis d’Al Mourabitoune, dont le défunt Ahmed El Tilemsi de sinistre mémoire, tous les dignitaires locaux du trafic de drogue, les députés véreux, les terroristes à la petite semaine… Alors bien sûr, plutôt que de devenir un bon Malien faisant honneur à sa communauté, Mimi choisit d’en faire le maximum dans l’illégal et le répugnant : des exécutions sommaires en pagaille, des trafics en tout genre, des enlèvements d’otage, des enrôlements d’enfants, j’en passe et des meilleures… tout cela au nom de la protection d’intérêts commerciaux familiaux…

Le résultat était tristement prévisible : à force de jouer avec le feu, bébé Mimi s’est brulé comme Papa Baba avant lui, et de se faire réveiller à l’aube par les forces de l’ordre « pour un sujet d’intérêt ayant trait au maintien de l’ordre public », comme disent les mauvais romans policiers…

Quand est-ce que ces fripouilles comprendront-elles que les « intérêts commerciaux » servant de prétexte à des intrigues sordides n’ont qu’un temps, que ce temps est passé et ne font pas le poids face à la conscience et à la détermination de tous les Maliens de regarder vers l’avenir ? Espérons en tout cas que le passage de Mimi par la case prison, en plus de livrer quelques pépites bien utiles sur les « amis de la famille », lui auront servi de leçon !

 

Aïcha Sangaré

Twitter : @aichasangare13

Envoyer un commentaire