booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Comment peut on prétendre combattre les djihadistes sans nommer l’idéologie qui justifie ses barbaries ?

Intellivoire.net-12-06-2019

Le ciblage des djihadistes et de leurs réseaux n’apporte qu’une victoire temporaire, la stratégie à long terme doit viser à discréditer les idéologies qui attirent les terroristes. Comment peut on prétendre combattre le terrorisme sans nommer l’idéologie qui justifie ses barbaries ?

Rappelons nous que le groupe terroriste Al-Qaïda a été formé pendant la guerre d’Afghanistan et il est issue du groupe des soi disant moudjahidines (combattants) largement financés par les États arabes du Golfe . Oussama ben Laden, originaire d’une riche famille saoudienne, était un organisateur et un financier de premier plan d’un groupe de moudjahidines étrangers entièrement arabes. Al-Qaïda est la mère de l’État Islamique il tire son idéologie de ce que les analystes appellent le Salafo-wahhabisme ( un mélange de salafisme et de wahhabisme) ou le bras armée du wahhabisme . Donc pour comprendre le soi disant djihadisme il faut d’abord comprendre le wahhabisme .

Certaines critiques de l’islam ne parviennent pas à comprendre à quel point l’islam présente une diversité. Il existe des croyances que tous ou la plupart des musulmans ont accepté. Par contre, il y a plusieurs croyances/doctrines qui ne sont acceptées que par une minorité de musulmans. Cela est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit des idées rigides qui ont été adoptées par une petite minorité de personnes qui se qualifient de « djihadistes ». Ces idées rigides sont enracinées dans le wahhabisme qui a la prétention de vouloir « reformer » l’islam même au prix de la politique de la terre brulée.

Ces terroristes utilisent le terme « djihadistes » dans une volonté délibérée d’associer à leur barbarie la majorité des musulmans, même si les musulmans sont les premières victimes de leur barbarie

En faisant cela il compte sur la réaction des profanes qui vont facilement associer l’islam à leur barbarie. Profitant de ces réactions, ces terroristes vont alors justifier leur slogan de recrutement : « l’islam fait face à une attaque ». Malheureusement certains journaux évitent de faire le lien entre cette violence aveugle et le wahhabisme, même s’il est établi que ces terroristes s’inspirent de la doctrine wahhabite.

Les manuels scolaires saoudiens en disent long sur le wahhabisme

Par exemple ( voir ci dessous) ,dans un manuel de deuxième année du deuxième semestre, le programme d’étude mentionne que les Juifs, les Chrétiens sont « Al Wathaniyeen » , ou les «païens», les «incroyants originaux» et ajoute qu’il incombe aux musulmans de les excommunier: «Pour ceux qui ne le font pas [les excommunier], ou quiconque doutent de leur infidélité religieuse est lui-même un incroyant. ref- Ministère de l’Éducation de l’Arabie Saoudite, Al-Tawhid, Livre étudiant, Cinquième année, Deuxième semestre, 2016-17, p. 55

Il ne faut pas se tromper : la fausse idée du Wahhabisme selon laquelle un paradis rempli de délices sensuels pour les martyrs incite aux meurtres. Les soi-disant avantages font croire à un djihadiste potentiel qu’il recevra 72 vierges célestes. (Cette affirmation ne trouve aucune mention dans le Coran, mais se trouve dans un hadith présumé ou inventé du neuvième siècle – un récit des traditions ou des paroles du prophète Mahomet.)

Les racines idéologiques du djihadisme remontent le plus souvent au wahhabisme, une forme extrême d’islam sunnite promue par l’Arabie saoudite. Le wahhabisme légitime le Jihad violent en appelant à une guerre contre les « infidèles ». Et pour un pur wahhabite, les « infidèles »incluent les chiites (une autre branche de l’islam), les autres sunnites (l’interprétation de l’islam n’est pas monolithique car on retrouve entre autres les Malikites, les hanafites, les chaféites), les chrétiens, les juifs , bref tout le monde sauf un wahhabite. C’est du fascisme , pur et simple .

Fondé au 18ème siècle par le soi-disant religieux  Muhammad ibn Abd al-Wahhab, le wahhabisme est demeuré une forme marginale de l’islam jusqu’à l’aube du boom des prix du pétrole dans les années 1970. Débordant de fonds, l’Arabie saoudite a depuis dépensé 200 milliards de dollars pour financer des madrassas wahhabites (séminaires religieux), des mosquées, des religieux et des livres pour promouvoir son islam et acquérir une influence géopolitique. Mais le boom des prix du pétrole n’a pas été le seul facteur contribuant à la propagation rapide du wahhabisme. Les États-Unis et leurs alliés ont également encouragé l’exportation de cette idéologie propice au djihad, par exemple pour contrer la menace du communisme soviétique: la CIA, selon l’auteur Robert F. Kennedy Jr. (le neveu de l’ancien président américain) John F. Kennedy), « a nourri le djihadisme violent comme une arme de la guerre froide ».

Avec leur abondante richesse, les Saoudiens ont marqué l’infrastructure islamique en Afrique : ils ont construit des mosquées, des madrassas et des hôpitaux dans les régions les plus pauvres du continent, y ont envoyé des prédicateurs et octroyé des bourses d’études théologiques  . Outre des fonds, des organisations religieuses et des particuliers d’Arabie saoudite exportent également le wahhabisme avec son idéologie salafiste sur le continent africain.

Peu à peu, le wahhabisme a étouffé les diverses traditions islamiques plus libérales dans les pays non arabes (il faut comprendre que l’islam est multiple )  comptant de grandes communautés musulmanes et a créé un environnement toxique dans lequel l’extrémisme peut prospérer. Les interprétations pluralistes de l’islam sont étouffées, de sorte que cette ligne de démarcation dure fait son chemin. En promouvant un fondamentalisme islamiste militant, l’Arabie saoudite et ses partenaires idéologiques ont de fait promu le terrorisme islamiste moderne. Le parrainage de l’extrémisme a favorisé la haine, la misogynie et la violence.

De nombreux habitants de la zone sahélienne croient en un soufisme mystique et spirituel, que les Saoudiens conservateurs ne reconnaissent pas comme une forme d’islam mais qu’ils rejettent au contraire comme étant païen et hérétique. Ils prêchent eux-mêmes un mode de vie conservateur comme celui des temps du prophète. Des groupes militants tels que Al-Shabaab, AQMI et Boko Haram invoquent à plusieurs reprises cette idéologie.

Bloomberg  a rapporté en 2018 que Ibrahim  Kontao, qui a étudié la théologie en Arabie saoudite, est à la tête de la plus riche association islamique du Mali, Al-Farouk, qui reçoit 3 millions de dollars (environ 17 milliards 520 millions FCFA) par an de donateurs des États du Golfe et de la Turquie pour ouvrir des mosquées, des écoles coraniques et des cliniques prestations de service. Les critiques disent ces lieux  inspirent les militants affiliés à Al-Qaida et à l’État islamique qui revendiquent des attentats à travers l’Afrique de l’Ouest.

En raison du chômage élevé des jeunes et de l’absence de perspectives d’avenir au Sahel, les habitants de la région constituent une cible facile pour les salafistes. Des boissons et des repas gratuits sont souvent distribués à l’extérieur des mosquées.

..
Dans ce contexte, il est grand temps que la guerre mondiale contre le terrorisme soit réorientée. La politique américaine de lutte contre le terrorisme ne devrait pas viser uniquement des ennemis comme l’État islamique et Al-Qaïda, mais également les amis monarques arabes qui défendent un programme djihadiste, notamment en fermant les yeux sur les organisations caritatives qui financent le militantisme islamiste dans le monde. En dépit des mesures prises par l’Arabie saoudite et d’autres pays de la région pour lutter contre le financement du terrorisme, un rapport du Département d’État  soutient que les organisations caritatives basées dans le golfe Persique continue de jouer un rôle dans le parrainage de groupes terroristes.https://intellivoire.net/savoir-plus-comment-peut-on-pretendre-combattre-les-djihadistes-sans-nommer-lideologie-qui-justifie-ses-barbaries/

Envoyer un commentaire