booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Événements

  • Aucun événement

Les groupes djihadistes s’unissent au Sahel

LE MONDE | | Par Madjid Zerrouky

La nouvelle organisation, liée à Al-Qaida, veut étendre les attaques dans la région.

Ils étaient tous là, ou presque. Et la photo de famille n’a pas dû être du goût des pays du Sahel ou des renseignements français tant elle renseigne sur la capacité des djihadistes à se mouvoir et à se rencontrer. Dans une vidéo transmise le mercredi 1er mars à l’agence mauritanienne ANI, puis postée sur les réseaux sociaux dans la soirée du 2 mars, les chefs djihadistes parmi les plus recherchés de la région ont annoncé la fusion de leurs groupes au sein d’une nouvelle organisation censée chapeauter le combat des islamistes radicaux au Sahel et au-delà.Iyad Ag Ghali, le fondateur du groupe Ansar Eddine dans le nord du Mali.

Assis côte à côte, Iyad Ag Ghali, ancienne figure indépendantiste touareg devenue chef djihadiste et fondateur du groupe Ansar Eddine dans le nord du Mali ; Yahya Abu al-Hammam, l’émir de la région Sahara d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) ; Amadou Koufa, chef de la brigade « Macina » d’Ansar Eddine, active dans le centre du pays ; Al-Hassan Al-Ansari, bras droit de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar (pour le groupe Al-Mourabitoun), et le « juge » d’AQMI Abdalrahman Al-Sanhaji ont scellé la naissance du « Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans ». Une nouvelle entité placée sous le commandement d’Iyad Ag Ghali, lequel a prêté allégeance à Al-Qaida et aux talibans afghans.

« Acte fort »

Seul absent de marque, l’Algérien Mokhtar Belmokhtar, commanditaire présumé des attaques les plus spectaculaires dans la région ces dernières années, dont celle du 18 janvier à Gao, au Mali (près de 80 morts sur une base gardée par des casques bleus). Le sort du « borgne », donné pour mort à de nombreuses reprises, reste donc incertain. Iyad Ag Ghali s’étant bien gardé de mentionner son nom dans sa longue eulogie rendant hommage aux « martyrs » de la région, le mystère reste entier.

Lire aussi :   L’empreinte durable d’Al-Qaida au Sahel

Cette unification des groupes djihadistes ne surprend pas Dominique Thomas, chercheur à l’Ecole des hautes études en sciences sociales et auteur de Génération djihadistes. Al-Qaida-Etat islamique, histoire d’une lutte fratricide (Michalon, 224 pages, 17 €) : « Cela révèle une volonté chez AQMI d’officialiser un partenariat qui existe depuis 2011 et qui s’est renforcé ces deux dernières années. Ils le font par un acte fort, avec une vraie prise de risques – une frappe de drone, et c’était terminé. Il s’agit aussi de relancer une dynamique sur le terrain qu’on perçoit depuis 2016, avec AQMI à la baguette dans la coordination des attaques contre les forces françaises, notamment. »

Une partie de ces groupes ont contrôlé le nord du Mali pendant près de dix mois, à la faveur d’une rébellion touareg, à partir de mars 2012, avant d’être chassés par l’intervention militaire française en janvier 2013. Mais quatre ans après le début de l’opération « Serval » au Mali (transformée depuis en opération « Barkhane » de lutte contre le terrorisme dans le Sahel), les djihadistes, s’ils ont été dispersés, n’ont pas rendu les armes. Loin de là. Auparavant concentrées dans le nord, leurs attaques se sont mêmes étendues depuis début 2015 vers le centre puis le sud du Mali.

Lire aussi :   Avec « Barkhane » à la frontière Mali-Niger, pour « taper dans la fourmilière »

La naissance du nouveau groupe risque-t-elle dès lors d’agir comme un multiplicateur de forces ? Côté français, une source militaire estime qu’il est trop tôt pour mesurer les effets de cette annonce. « C’est le grand point d’interrogation. Vont-ils être en mesure de mutualiser leurs connaissances et leurs expériences ? Au niveau des IED [engins explosifs] par exemple ? Mais le fait même qu’ils aient créé une nouvelle structure médias pour l’occasion suppose une réelle volonté de coordination », estime Dominique Thomas.

Il s’agit d’une volonté de coordination, mais aussi d’extension dans des pays durablement déstabilisés par les conflits

Une volonté de coordination, mais aussi d’extension dans des pays durablement déstabilisés par les conflits et marqués par un vide étatique. « Il y a deux fronts sur lesquels AQMI investit énormément : la Libye, où ses réseaux s’étendent jusqu’à Derna et Benghazi, dans l’est du pays, et le Sahel, avec une volonté de pousser jusqu’au Burkina Faso », rappelle M. Thomas. Des régions où Al-Qaida est en compétition directe et parfois féroce avec son grand rival, l’organisation Etat islamique (EI). Présente en Libye, cette dernière cherche à prendre pied au Sahel après avoir fait sa jonction avec les Nigérians de Boko Haram.

« Il ne faut pas oublier que ces groupes sont dans une logique de compétition régionale », explique Dominique Thomas. Avec la création de son Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, Al-Qaida espère ramasser la mise.

Lire aussi :   Au pays de Boko Haram, l’accès impossible des ONG aux populations menacées de famine

  Madjid Zerrouky, Journaliste au Monde

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/international/article/2017/03/04/les-groupes-djihadistes-s-unissent-au-sahel_5089337_3210.html#BwY1QZDfr0PXa1zZ.99

Envoyer un commentaire