booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Plateforme: Communiqué

Les Mouvements de la Plateforme du 14 juin 2014 d’Alger ont eu le regret de constater que des manifestants majoritairement composés de femmes et de jeunes ont violé des bâtiments publics, puis trainer, souiller pour ensuite brûler le drapeau de la République du Mali ce mercredi 17 juillet 2019 à Kidal.

La Plateforme condamne fermement ce comportement contraire à l’esprit et à la lettre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du processus d’Alger, elle invite les manifestants de Kidal à plus de retenue et de patience.

La Plateforme précise que tous les Mouvements signataires ont reconnu l’ integrité territoriale du Mali, son unité sa forme laïque et républicaine, toutes choses qui ne peuvent êtres dissociées du respect de tous les symboles de la souveraineté du Mali sans l’observation desquels, la mise en oeuvre de l’Accord ne saurait progresser.

La Plateforme rappelle que le drapeau et les édifices publics de tous les Etats sont inviolables et méritent respect et considération quelque soient les griefs que l’on peut avoir contre un gouvernement.

La Plateforme invite les responsables et notabilités présents à Kidal à travailler pour faire cesser ces pratiques qui font reculer la progression du processus de Paix et la restauration de la Paix et de la quiétude sociale.

Bamako le 17 juillet 2019

Moulaye Ahmed ould Moulaye,Porte parole

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

L’image contient peut-être : feu

1 commentaire pour Plateforme: Communiqué

  • Exilé de Kidal à Bamako

    En un mot : les dessous des manifestations de Kidal

    Par bamada.net 18/07/2019
    Comme il fallait s’y attendre, les gars de Kidal ont tenté hier de se rappeler au bon souvenir de la communauté nationale et internationale. Des jeunes et femmes manipulés se sont attaqués aux symboles de la République pour briser l’oubli dont la ville rebelle fait l’objet depuis plusieurs mois autant de la part de ses anciens protecteurs algériens et occidentaux que des médias de ces pays.

    L’opération coup de poing de ce mercredi était destinée aux populations locales qui ne cachent plus leur impatience devant la non-tenue des promesses de belles réalisations faites à elles depuis 2012 à la faveur du début de l’aventure séparatiste. Face à la pression des femmes et des jeunes, plongés dans les affres du chômage, des pénuries d’eau, de médicaments et d’autres denrées de tout genre, les leaders de la CMA sont pour la plupart exilés à Bamako, Nouakchott, Alger et Rabat…Lire la suite sur Aumali
    DAK
    Source: L’indicateur du Renouveau

Envoyer un commentaire