booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

« La plus grande menace des djihadistes de l’Ouest tunisien est leur capacité de résilience »

Le chercheur Matt Herbert analyse le pouvoir de nuisance des islamistes armés tunisiens après l’attaque meurtrière qui a fait six morts parmi les forces de sécurité.

Patrouille de l’armée tunisienne près de la frontière avec l’Algérie, dans la zone du djebel Chaambi, le 11 juin 2013.

Après l’attaque qui a fait six morts dans le nord-ouest de la Tunisie, dimanche 8 juillet, Matt Herbert, auteur du rapport « L’Insurrection dans les régions frontalières de l’ouest de la Tunisie » (28 juin 2018) publié par le groupe de réflexion Carnegie, rappelle la capacité de résilience des groupes djihadistes basés à la frontière entre la Tunisie et l’Algérie.

Six membres des forces de l’ordre tunisiennes ont été tués dans le nord-ouest de la Tunisie. Il n’y avait pourtant pas eu d’attaques terroristes d’ampleur depuis deux ans.

Matt Herbert Il n’y a pas eu d’attaques spectaculaires dans les grandes villes depuis mars 2016, c’est vrai, mais il y a toujours des violences ponctuelles dans les régions de l’ouest du pays : à Jendouba, Kasserine, au Kef. Des morts parmi les groupes armés, parmi les forces de l’ordre mais aussi parmi les civils : en juin, un berger est mort après avoir été kidnappé et torturé par un groupe djihadiste. On connaît moins cette violence de basse intensité parce que ces incidents sont bien souvent répertoriés uniquement dans la presse locale. Ce qui est vrai, c’est qu’un bilan aussi meurtrier parmi les forces de l’ordre n’avait pas été enregistré depuis quatre ans dans cette zone.

Lire aussi :   Des membres de la garde nationale tunisienne tués dans une explosion à la frontière algérienne

Qui sont ces groupes qui agissent à la frontière entre la Tunisie et l’Algérie ?

Il y en a deux. Le premier est la katiba [unité combattante] Okba Ibn Nafaa, la branche tunisienne d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), active depuis 2012. Sa présence a commencé avec l’envoi par AQMI depuis l’Algérie de combattants en Tunisie dans la région du mont Chaambi. Le deuxième groupe est Jund Al-Khilafa, né d’une scission au sein de la katiba qui a déclaré son allégeance à l’Etat islamique en 2014.

La spécificité de ces deux groupes, c’est qu’ils sont principalement constitués de Tunisiens. C’est pourquoi je parle du conflit dans le nord-ouest de la Tunisie comme d’une « insurrection ». Les djihadistes visent en priorité les forces de sécurité et de défense, ont une présence territoriale permanente et ont fait en sorte de trouver des soutiens parmi la population locale. Okba Ibn Nafaa, qui a revendiqué l’attaque de dimanche, est notamment présente dans la région de Jendouba. Jund Al-Khilafa est actif à Kasserine et Sidi Bouzid.

Lire aussi :   Le berger tunisien et l’homme à la kalachnikov : histoire d’un traumatisme

Autre différence : Okba Ibn Nafaa évite les attaques contre les civils afin de ne pas se mettre la population à dos, tandis que Jund Al-Khilafa en a fait une cible pour l’intimider et l’empêcher de coopérer avec les forces de sécurité. En 2015, un jeune berger, accusé d’espionnage, avait été décapité. Son frère aîné avait connu le même sort en 2017.

Pourquoi ont-ils choisi cette région ?

Cette zone frontalière, comme le reste du pays, a vu le système sécuritaire être profondément bouleversé par la révolution de 2011. Avec la chute de l’ancien régime, les forces de sécurité ont temporairement perdu leur capacité de surveillance et de contrôle de ce qui se passait dans cette zone sensible du nord-ouest. Elles l’ont aujourd’hui en grande partie retrouvée. AQMI a profité de ce moment de flottement. Par ailleurs, c’est un territoire montagneux, très difficile à contrôler pour le gouvernement, et qui offre à l’inverse à des groupes armés d’importantes possibilités pour se cacher.

Le fait qu’il s’agisse d’une frontière est également un aspect très important. Les djihadistes s’en servent pour échapper aux patrouilles et recevoir un soutien logistique, notamment en armes. Selon un rapport d’International Crisis Group, les taxes sur les trafiquants locaux sont pour eux une source de financement. Enfin, la zone connaît, comme toutes celles de l’intérieur de la Tunisie, de grandes difficultés économiques. AQMI a gagné une partie de ses soutiens grâce à l’argent. Dans une région où le chômage est massif, certains ont pu prendre le risque de vendre des biens et des services à ces groupes.

Lire aussi :   Un chef djihadiste abattu par la gendarmerie tunisienne

L’attaque de dimanche signifie-t-elle que la réponse des autorités tunisiennes à ces menaces est un échec ?

Non. Le gouvernement a fait d’importants progrès dans sa lutte contre le terrorisme. Les forces de l’ordre bénéficient de meilleurs équipements, formations et soutiens. La stratégie globale bénéficie surtout d’une plus grande coordination entre l’armée, la garde nationale et la police. Sous Ben Ali, ces liens avaient été volontairement affaiblis pour éviter tout risque de coup d’Etat, de rébellion interne. Les résultats sont là : à partir de 2015, les chiffres montrent une baisse très importante du nombre de tués parmi les forces de l’ordre [passant en un an de 40 à 22, puis cinq en 2016 et un en 2017] et à l’inverse une hausse des pertes parmi les djihadistes [près de 60 tués en 2015].

Mais il est important que le gouvernement regarde la région dans sa globalité : pas seulement en termes de contre-terrorisme, mais qu’il prenne aussi en compte les questions de développement. La plus grande menace avec ces groupes, c’est leur capacité de résilience. Aujourd’hui, ce sont de petits groupes. Ils ne gagnent pas, mais ils ne perdent pas totalement non plus. Ils sont là, positionnés pour exploiter à leur avantage tout changement dans la région. Une dégradation de la situation économique, une crise politique majeure en Tunisie ou en Algérie serait pour eux une opportunité de se renforcer.

Envoyer un commentaire