booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Mali: l’armée renforce sa présence dans le Nord où opèrent Aqmi et des Touareg

TOMBOUCTOU (Mali) – L’armée malienne a renforcé sa présence dans le nord du Mali, en déployant des troupes et de l’armement pour sécuriser la zone où opèrent Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et des groupes armés de rebelles touareg, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

Des hommes, du matériel, plus de 200 véhicules, ont été déployés par l’armée malienne dans le Nord, a affirmé à l’AFP une source administrative malienne.

Dans le dispositif militaire en place, deux avions de combat MIG sont positionnés à l’aéroport de Gao, une ville du Nord, alors que deux autre petits avions font des vols de reconnaissance à partir de Tombouctou, autre localité de la région, a constaté un journaliste de l’AFP.

Nos hommes sont aujourd’hui à Tinzawaten (ou Tinzaouatène, nord) pour sécuriser notre pays, a déclaré à l’AFP un officier malien, membre de l’état-major opérationnel installé à Gao, sans donner de détails sur le nombre d’hommes déployés.

Des rebelles touareg, récemment revenus de Libye et installés non loin de Tinzawaten, ont quitté précipitamment les lieux lors de l’arrivée des troupes gouvernementales, selon la même source militaire. Quand nos hommes sont arrivés sur les lieux, les occupants ont fui, a-t-elle dit.

Les informations sur ce déploiement sont annoncées au lendemain de la publication d’un communiqué d’Aqmi qui a menacé de tuer les cinq otages occidentaux enlevés fin novembre dans le nord du Mali: deux Français, un Suédois, un Sud-africain ayant la nationalité britannique, un Néerlandais

Selon des informations qui nous sont parvenues récemment, l’alliance des croisés menée par la France, qui soutient certains régimes comme l’Algérie et la Mauritanie, prépare une opération militaire imminente pour libérer les otages détenus par l’organisation, indique ce communiqué.

Nous adressons un avertissement à la France, le Royaume-Uni, la Hollande (Pays-Bas) et la Suède: s’ils autorisent cette opération, cela signifie la mort de leurs ressortissants et une atteinte à leur vie, dont ils ont la responsabilité, poursuit-il.

Des informations de sources militaires et diplomatiques à Bamako ont récemment évoqué la présence de militaires algériens dans le nord du Mali pour apporter assistance à l’armée malienne dans la lutte contre l’insécurité et le terrorisme.

En avril 2010, Algérie, Mauritanie, Niger et Mali, pays les plus touchés par les activités d’Aqmi qui a des bases dans le nord du Mali ont créé un Comité d’état-major opérationnel conjoint (Cémoc) basé à Tamanrasset (sud de l’Algérie).

Doublé d’un centre de renseignement à Alger, son objectif est de mieux coordonner les actions des quatre armées dans la lutte anti-terroriste et d’arriver à mener des opérations conjointes dans chacun des pays affectés.

L’instabilité provoquée par les activités d’Aqmi dans le nord du Mali a été renforcée par le retour de Libye d’ex-rebelles touareg maliens qui avaient combattu aux côtés des forces du leader libyen déchu Mouammar Kadhafi.

AFP / 13 janvier 2012

Envoyer un commentaire