A Ménaka, la Coordination des ONG internationales a suspendu toutes ses activités après un nouveau braquage advenu, le vendredi dernier, dans la Région. Les Humanitaires dénoncent le phénomène d’insécurité dont ils sont victimes et, selon eux, le phénomène va de mal en pis.menaka21_708268639

Suite au braquage à main armée qui a eu lieu le vendredi 24 novembre dernier à Ménaka, huit ONG ont décidé de suspendre leurs activités dans la Région. L’insécurité dans la zone devient de plus en plus préoccupante. En 2017, au plan national, plus de 200 incidents violents visant les organisations humanitaires ont été recensés. Un chiffre trois fois supérieur à celui de l’année 2016 à la même période.

Selon le Porte-parole de la Coordination des ONG, Frank Vannettele, joint par nos confrères de RFI, « le mode opératoire est de plus en plus violent, avec des Hommes qui utilisent des armes de guerre ». Depuis août dernier, les ONG qui interviennent à Ménaka font face à une recrudescence du phénomène d’insécurité sur le terrain. Les populations civiles aussi ne sont pas épargnées et plus particulièrement les commerçants, les leaders religieux et les Responsables des collectivités locales. Un état d’esprit partagé par les populations de Ménaka qui affirment d’être très inquiètes elles aussi de la situation.

Le Nord du Mali, depuis l’éclatement de la crise en 2012, n’a plus retrouvé sa vie normale d’antan. Cela, malgré la signature de l’accord d’Alger pour la paix et la réconciliation nationale par les Groupes armés avec le Pouvoir central de Bamako.

Adama A. Haïdara

Source : Le Combat,http://maliactu.net/mali-menaka-les-activites-des-ong-suspendues-a-cause-de-linsecurite/