booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Nord Mali : les Touaregs pris en otage ?

Jacqueline Dupuis-Temoust

samedi 16 janvier 2010

Si loin, si proches, les touaregs carte postale boivent leur dernier thé dans une tempête de sable. Aujourd’hui la tempête devient un ouragan, qui donne le vertige d’une culture qui n’en finit pas de perdre l’équilibre. Pour arriver à Tessalit, pointe extrême nord du Mali, tout prêt de la frontière algérienne, tout est possible, et tout est impossible.

Témoignage d’un quotidien ordinaire,début janvier 2010 .

 

1-Tout européen est un otage potentiel.

 

Je ne pensais pas que nos humbles personnes représentent des tas de dollars aussi substantiels. Je ne savais pas que ces tas de dollars allaient mettre le feu aux poudres aussi vite et aussi violemment à une région déjà trop fragilisée.

Ecoutons plutôt.

Début décembre, prise de contact depuis la France avec nos vieux amis touaregs, pour préparer le voyage pour se rendre à la fête du chameau à Tessalit.

- « Tu peux venir, il n’y a pas de problèmes. »
- « Tu ne peux pas venir, il y a trop de problèmes. »
- « Tu peux venir, ca se calme. »
- « Tu ne peux pas venir, on ne peut pas assurer ta sécurité. »
- « Je ne sais même plus si tu peux venir ».

Bon. Les journaux maliens, les médias européens, la presse américaine, c’est à celui qui va être le plus intelligent, le plus manipulateur, le plus pédagogue, le plus naïf pour tenter de calmer le jeu ou mettre le feu aux poudres.

On ne comprend plus ni le gouvernement français et ses injonctions administratives, ni le gouvernement malien, ni les habitants du Mali, ni les habitants de la lune…Brouillard.

Un français a été enlevé à Ménaka, trois espagnols en Mauritanie, un avion fantôme bourré de je ne sais quoi brûle dans le désert malien, et le nord Mali explose.

Mais, au fait, combien y a t-il eu d’otages enlevés entre Tessalit et Kidal ? Aucun.

 

2-La fête du chameau à Tessalit, symbole de vie d’une communauté locale.

 

Fin 2008 la troisième édition de cette fête avait été annulée à cause des rebellions touarègues, qui se battaient pour leur survie et leur place dans une société très inégalitaire et pour le moins condescendante à leur égard. Je ne referai pas le film, tout le monde connait le scénario. Injustices.

Cette année la fête a eu lieu. Réussite remarquable, inoubliable dans le cœur de chaque habitant, sentiment de fierté et de force d’un peuple qui a su, malgré une situation politique de tous les dangers, malgré les chantages de tous bords, affirmer son identité et ses valeurs traditionnelles.

Course de chameaux, concours de la plus belle tente, de la plus belle femme, forum, concerts avec les musiciens locaux y compris les Tinariwen natifs de Tessalit…Tout cela grâce aux habitants de Tessalit, qui ont su porter ce projet et qui l’ont mené à bien pour la troisième fois. Conviction.

Dernière édition déclinée entre considération nationale et dangers : la journée du tourisme malien a eu lieu dans le cadre de cette fête. Quatre ministres sont venus l’inaugurer de manière très officielle et ont marqué de leur présence l’importance de ces enjeux.

Une vingtaine d’européens sont arrivés par convois militaires, de Gao et de Kidal, d’autres, individuels, par l’Algérie, également étroitement encadrés. Les militaires maliens étaient présents partout, autour de la tribune, du forum, autour des tentes et des véhicules. Au pied de chaque arbre poussait une kalachnikov. Jardin de tous les dangers.

Mais, au fait, de quels dangers parle-t-on ?

 

3-Une région de bruits et de fureurs.

 

Visiter les campements pour retrouver ses amis touaregs, prendre un chameau pour se couler dans le rythme du désert, se griser de la vitesse du 4/4, aujourd’hui c’est fini. Bouclés. Enfermés dans les villes. Interdiction de sortir pour les européens. Et en plus, nos amis touaregs sont tellement responsables de nous qu’il n’est pas question de transgresser quoi que ce soit. Sinon, ce sont eux qu’on accuserait de complicité. Responsabilité.

Le discours, le vocabulaire, les mots ont perdu sens et objectivité. Diffus, hésitants, contradictoires.

On entend dire à mots couverts que les « salafistes » sont là, partout. On a vu leurs traces, dans un campement, après la nuit, mais on ne les a même pas entendus. Ils ont donné de l’huile et du sucre à des nomades, ils utilisent l’eau des puits, les bergers ont peur pour leurs animaux.

Ils utilisent du matériel sophistiqué, et roulent en véhicules très puissants. Ils bougent très vite d’un point à un autre, et traversent les frontières sans soucis.

Certains parlent de réseaux organisés, d’autres de groupuscules imprévisibles qui se nouent et se dénouent, de la Mauritanie au Niger, en passant par le Mali
D’aucuns évoquent le trafic de drogues qui finance leurs activités, d’autres l’argent rapide accueilli avec soulagement par les jeunes chômeurs en mal d’avenir.

Les explications, ou tentatives d’explications, montrent par leurs contradictions combien le problème est complexe et multiforme.Tout y passe.

- « Je me promène depuis longtemps dans la montagne, et je n’ai jamais vu l’ombre d’un salafiste. »
- « Je les vois passer très vite, et le lendemain ils sont partis loin. »
- « C’est le gouvernement malien qui entretient la rumeur, car il ne veut pas développer le nord. »
- « Ce sont nos voisins qui veulent garder la main-mise sur le Mali et que ca arrange. »
- « C’est le gouvernement américain qui voudrait prendre le pouvoir au Sahel et qui a monté les rumeurs de toutes pièces »
- « Ce sont les cartels de la camorra qui travaillent avec les sud-américains, et qui se servent des grandes zones portuaires de l’Afrique de l’Ouest et des immenses zones de non-droit du Sahel pour leurs trafics de drogues. »

Certains intellectuels commencent à parler de ces problèmes à mots couverts, d’autres se taisent, certains ne l’évoquent même pas.

En tout cas les gens ont peur, et ne comprennent plus ce qui se passe.
Ils ont perdu leurs repères ancestraux.

- Ce qui est sûr, c’est que le peuple touareg est pris en otage par une violence venue d’ailleurs, avec des codes et des modes de vie étrangers et incompréhensibles pour la population de cette zone.

- Ce qui est sûr, c’est que le peuple touareg est pris en otage par des groupes qui utilisent les immensités désertiques dont les touaregs sont maîtres depuis la nuit des temps, au gré de leurs propres affaires, des affaires pas très propres, et que c’est bien la première fois que les touaregs ne maîtrisent plus leur territoire. Du jamais vu.

Mais au fait, au milieu de ces folles rumeurs, n’est-t-on pas en train d’oublier l’essentiel, une réalité âpre et brutale, la sécheresse en train de s’installer, pire qu’en 2005, et les animaux qui commencent à mourir, déjà maintenant…

 

4-Et la nature, exigeante, extrême, reprend ses droits.

 

Au-delà du problème géopolitique, il est une histoire qui se répète, une fois encore, en boucle. Les pluies ont été rares, en 2009, et les pâturages inexistants. Déjà avant la soudure, les nomades sont partis nomadiser plus loin.

Dans les campements, même si la chaleur n’a pas encore commencé, même si les esprits sont encore calmes, on ne parle plus que des animaux qui meurent et qu’on ne peut même plus vendre, on ne parle plus que de l’eau à trouver et du prix de l’aliment bétail qui va augmenter.

Evidemment tout ce que je raconte en ce moment se passe à Tessalit, mais aussi dans toutes les autres régions du Nord.

Aujourd’hui il y a un mot qui revient souvent, pour parler de la vie d’ici, c’est le mot RIEN.
Pas de grain, pas d’eau. Rien. Pas de travail, rien. Pas de projet, rien. Pas de médicaments. Pas d’électricité, de journaux, d’internet, rien.

Et pourtant l’espoir existe. Une nouvelle municipalité qui a tout à réinventer, des femmes organisées en coopératives autour du maraîchage et du micro-crédit, des musiciens qui remettent en valeur la Takouba traditionnelle, des jeunes qui montent des projets autour d’un GIE, et tellement d’autres choses encore…

Tellement d’espoir dans trois fois rien…

 

CONCLUSION

 

Les hommes, les femmes et les enfants touaregs subissent à la fois les contrecoups de l’histoire interminable d’un monde en pleines mutations socio-économiques et géostratégiques, qui bouleversent la donne internationale à une vitesse exponentielle, et les perturbations environnementales extrêmes qui ont fait d’eux un des premiers peuples de réfugiés climatiques.

Otages ? Oui, mais de quoi ? De qui ?

Le touareg a l’horizon infini comme respiration, et son Sahara se rétrécit comme peau de chagrin, au fur et à mesure que d’autres se le réapproprient.
Comment peut-il encore respirer dans ces conditions ? Comment peut-il retrouver son horizon sans perdre son âme ? Comment pourra-t-il, aujourd’hui, aller au-delà de l’horizon ?

Jacqueline Dupuis, webmaster Temoust

Tessalit, 10 janvier 2010

————————————————-

6 Messages

  • Nord Mali : les Touaregs pris en otage ? 29 janvier 2010 09:57, par espoire

    salut ce genial vous avez tout dit les restes ce pour les espere …

  • Très bel article, Jacqueline !

    Ce combat t’honore mais il n’est pas une surprise pour moi :Femme de coeur que tu es !
    J’apporte tout mon soutien à nos amis les touaregs par une modeste contribution : de diffuser cet article à tous mes contacts.
    Au plaisir d’en parler plus avec toi ……
    Amitiés

  • Nord Mali : les Touaregs pris en otage ? 4 février 2010 13:46, par Hamed

    Merci, très bon article. Je suis fière de vous mais il serait bien de signaler que ce brave peuple a en son sein plusieurs brebis galeuses qui font du tord à leur peuple…le Dogon

  • Nord Mali : les Touaregs pris en otage ? 5 février 2010 20:18, par Bernadette devos

    bravo, votre article est tout simplement magnifique ; il met les mots justes sur ce que j’ai profondément ressenti à mon retour du festival de Tombouctou (ex-essakane, et pour cause !). Je voudrais encourager le peuple Touareg à ne pas laisser faire, mais sans violence.Courage à eux ! Bernadette

  • Nord Mali : les Touaregs pris en otage ? 9 février 2010 14:39, par PAGET Gérard

    Bonjour
    Très bon article et analyse qui retranscrit bien le climat d’insécurité et de peur qui règne en ce moment au Nord Mali
    Je reviens de 21 jours de voyage dont 16 passés à Imbidjadj à 50 km au nord de Gao, je vous confirme que mes amis n’y comprennent plus rien, dans toute les rumeurs qui circulent : drogue trafics otages, ils se sentent abandonnés de tous.
    Toutes les ONG ont rapatriés leur personnel sur Bamako, il n’y a plus un seul touriste et, en 16 jours pas vu un seul véhicule militaire ou gendarmerie dans les villages ou j’étais qui pourrait leur donner le sentiment que l’état est bien présent.
    C’est pourquoi même si la peur est la il ne faut pas les abandonner et surtout continuer les actions d’aide au développement de ces régions car cette année sera très dure pour eux, le manque de pâturages est déjà une réalité, des milliers d’animaux sont en marche vers le sud et le gourma.
    Même si la prochaine saison des pluies est bonne, toute cette zone sera victime du sur-pâturage et la famine n’est pas loin.
    Alors à tous ceux qui sont impliqués ou qui ont envi de faire qq chose n’abandonnez pas nos amis Touareg surtout en ce moment.
    Papa Gérard

    • Bonjour Permettez moi de remercier tous ce qui ont contribué pour aider la population touaregue de pres et loin .a ma qualité jeune touareg je suis tres reconnaissant pour les efforts deployés depuis l’Europe pour soutenir les paisibles citoyens nomades qui se trouvent dans des situations tres difficiles et se sentent reallement abandonés par les siens.

1 commentaire pour Nord Mali : les Touaregs pris en otage ?

  • Segdi Ag Rhally

    Bonjour,
    Au moins loin de nos cieux quelqu’un pense aux Touaregs et décrit notre quotidien avec un sens d’analyse aussi pointu. En tout cas nous sommes loin de la sortie de l’auberge. Merci encore pour ce article.

Envoyer un commentaire