booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Un président de tribunal enlevé au Mali apparaît dans une vidéo

VOA Afrique, 5 décembre 2017

Le président du tribunal d’instance de la localité de Niono, dans le centre du Mali, enlevé mi-novembre par des hommes armés, est apparu mardi dans une vidéo où il précise les conditions pour sa libération, dont la liberté pour des jihadistes détenus dans le pays.

« Je suis le juge Soungalo Koné, enlevé à Niono », dit-il, visiblement sous la dictée de ses geôliers, qu’il ne cite pas nommément, au début de cette vidéo de six minutes adressée à sa famille et diffusée sur les réseaux sociaux.

Le juge malien Soungalo Koné, enlevé à Niono, dans une vidéo partagée sur les réseaux sociaux.

Le juge malien Soungalo Koné, enlevé à Niono, dans une vidéo partagée sur les réseaux sociaux.

Le juge apparaît enturbanné, le regard hagard et porte une barbe blanche de quelques jours.

Après avoir récité quelques versets du Coran, il demande en langue locale bambara au gouvernement malien de « libérer les jihadistes détenus dans les prisons » et « l’application de la charia » dans le pays, afin d’obtenir sa propre libération.

Un militaire malien fait prisonnier lors d’une embuscade tendue par de présumés jihadistes du centre apparaît très brièvement dans la même vidéo. Il fait les mêmes demandes que le juge et ajoute qu’ils sont « bien traités ».

M. Koné avait été enlevé dans la nuit du 16 au 17 novembre par des « hommes armés arrivés à bord d’un véhicule de couleur blanche » dans sa maison de Niono, à 340 km au nord-est de la capitale Bamako, selon une source policière locale.

Le 31 octobre, le député et président de la Haute cour de justice du Mali, Abdrahamane Niang, avait échappé à une embuscade visant son convoi dans la région voisine de Mopti. Son chauffeur avait été tué par des « jihadistes », selon une source militaire, tandis que cinq soldats qui leur portaient secours avaient perdu la vie dans l’explosion de leur véhicule sur une mine.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes islamistes liés à Al-Qaïda. Ces groupes en ont été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France, qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières du pays échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères, régulièrement visées par des attaques, malgré la signature en mai-juin 2015 d’un accord de paix, censé isoler définitivement les jihadistes.

Depuis 2015, ces attaques se sont étendues au centre et au sud du Mali et le phénomène gagne les pays voisins.

Avec AFP, https://www.voaafrique.com/a/un-president-de-tribunal-enleve-au-mali-apparait-dans-une-video/4149882.html

Envoyer un commentaire