booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Renforcement de la coopération sécuritaire entre pays sahélo-sahariens

Nouakchott (PANA via Mauritanie-web) – Les pays du champ de la lutte contre le terrorisme animé par Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI), Algérie, Mali, Mauritanie et Niger, ont décidé de renforcer leur coopération en matière de sécurité, à l’issue d’une réunion de leurs ministres des Affaires étrangères, mardi soir à Nouakchott.

Ils ont adopté un plan d’action comprenant, notamment, l’organisation de patrouilles mixtes au niveau des frontières pour lutter plus efficacement contre le terrorisme islamiste et différentes formes de crimes trans-frontaliers (trafic de drogue et d’armes).

Par ailleurs, l’Algérie, le Mali, la Mauritanie et le Niger ont décidé de mettre en place une Unité de fusion et de liaison (UFL), qui sera une structure commune de renseignements dotée d’un budget auquel les Etats contribueront à parts égales.

La réunion de Nouakchott a permis une évaluation de l’action commune, un échange d’expériences et établi le constat d’une parfaite identité de vues entre les pays du champ.

Elle a reconnu formellement une liaison entre AQMI et le mouvement intégriste nigérian, « Boko Haram », qui commet des attentats terroristes au Nord de ce pays.

Le Nigeria a participé à la rencontre de Nouakchott en qualité d’observateur.

Par ailleurs, les pays du champ ont affirmé leur détermination à lier sécurité et programmes de développement des infrastructures pour créer les conditions d’une meilleure intégration.

On rappelle que l’Alégrie, le Mali, la Mauritanie et le Niger disposent d’un Comité d’état-major d’opérations conjointes (CEMOC), dont le siège se trouve à Tamanrasset, au sud de l’Algérie.

Au cours des dernières années, AQMI a commis plusieurs attentats terroristes et enlèvements d’otages occidentaux dans les pays sahélo sahariens.

Cette situation est aggravée par une nouvelle prolifération d’armes légères et lourdes à la suite de la guerre de 2011 en Libye, suivie de l’éclatement d’une nouvelle rébellion touarègue au Nord Mali.
PANA SAS/JSG – 25 jan 2012

Envoyer un commentaire