booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Tombouctou – Taoudeni : Les autorités intérimaires butées aux desideratas du CJA

L’Indicateur du Renouveau

Prévue pour ce jeudi 13 avril, l’installation des autorités intérimaires à Tombouctou et Taoudéni est menacée par un groupe armé. Le CJA veut plus de garanties, il exige encore son implication totale au niveau des décisions.

C’est une décision importante entérinée par de la 16e session du CSA : l’installation des autorités intérimaires dans les régions de Tombouctou et Taoudéni. Elle a été annoncée également par le gouvernement pour mettre fin au vide après l’installation de celles de Kidal, Gao et Ménaka. Cette annonce intervient après plusieurs concertations avec les groupes armés opposés à l’installation notamment le Congrès pour la justice dans l’Azawad (CJA). Les agissements de ce groupe sont des signes que la fin de la crise est lointaine.Tombouctou - Taoudeni : Les autorités intérimaires butées aux desideratas du  CJA

Pour narguer les autorités maliennes et la médiation internationale, le CJA verse dans les déclarations. « Le 13 c’est dans sept jours des engagements ont été pris par le gouvernement, le CJA et la société civile attendent leur traduction en actes faute de quoi aucune autorité intérimaire ne sera mise en place dans ces régions ! », a lancé sur sa page, le porte-parole du CJA, Hamata Ag Almedy.

Surenchère et affront

Le président du CJA, Azarock Ag Innaborchad dans une interview accordée à un journal de la place menace : « Si rien ne change pour les autorités intérimaires nous ne serons pas prêt le 13 avril. On espère que d’ici le 13 avril, les choses iront mieux dans le cas contraire ce ne sera pas possible. Ce n’est pas la première décision d’installer les autorités intérimaires, c’est la quatrième fois.

Mais cette fois-ci, cette décision est légèrement mieux réfléchie que les autres. On parle cette fois-ci de la désignation du président sur la base d’un consensus des membres des autorités intérimaires. C’est une avancée, c’est une bonne chose, mais on ne dit rien de l’ouverture des autorités intérimaires. C’est un tabou qu’il ne faut pas toucher ».

Pour ne rien concéder, le président du CJA va plus loin dans son opposition à l’autorité centrale et ne se constate plus seulement de sa présence dans les autorités intérimaires dans les deux régions. « Le CJA revendique quand même d’être impliqué dans la série d’organes prévus pour la mise en œuvre de l’accord. Ce n’est pas plus compliqué que ça !

Nous avons la même vision que nos communautés. Nous pensons vraiment que l’ouverture de l’autorité intérimaire est indispensable pour que les gens se sentent concernés et ne se sentent pas exclus. Pour cela, il faut être au niveau des décisions et non des exécutants. Le CJA est en symbiose avec les populations et ce que les populations veulent, nous, on ne peut pas les empêcher de le revendiquer », commente-il.

Une telle déclaration explique toute la complexité de la  tâche qui attend l’Etat et qui laisse apparaitre le caractère maximaliste du CJA dans cette crise.

Membre de la CMA, le CJA reste sourd aux sollicitations et garanties proposées par le gouvernement et entend  barrer la route au processus de mise en place des autorités intérimaires à Tombouctou et Taoudéni.

A.M. C

Source: L’Indicateur du Renouveau, http://malijet.com/actualte_dans_les_regions_du_mali/rebellion_au_nord_du_mali/182573-tombouctou-taoudeni-les-autorites-interimaires-butees-aux-deside.html

1 commentaire pour Tombouctou – Taoudeni : Les autorités intérimaires butées aux desideratas du CJA

  • tissekheren

    Il faut apprendre à mettre tous les concernés d’un problème à contribution – c’est l’affaire de tous et c’est une chance de voir tout le monde vouloir participer aux prises de décisions.

Envoyer un commentaire