booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Les déplacements de populations dus aux crises régionales constituent un défi au développement (Banque mondiale)

Niamey et les 2 jours  –   jeudi, 30 novembre 2017 10:24

 Les déplacements forcés se posent comme un nouveau défi de développement dans la région du Sahel, en particulier autour du bassin du lac Tchad. L’information est fournie par la Banque mondiale qui a présenté hier, la sixième édition du « Bilan économique », une publication semestrielle dont la présente est axée sur la situation des réfugiés au Sahel.

Intitulé « Les réfugiés au Sahel : le visage humain d’une crise régionale », la Banque mondiale tire la sonnette d’alarme sur un aspect de la multiplication de la crise régionale: La situation des réfugiés au Niger, au Mali, au Tchad et en Guinée. Les déplacements de populations dus aux crises régionales constituent un défi au développement (Banque mondiale)

Pour l’institution internationale, le Tchad accueille actuellement 391 000 réfugiés dont 73 000 Centrafricains. Au Niger, ils sont plus de 166 000 réfugiés dont des femmes et enfants.

Pour le cas du Niger, la menace de la secte Boko Haram a fait déplacer les populations au Nord du Nigéria, vers la région de Diffa au Niger.

Situation des réfugiés

Selon le rapport, ces déplacements forcés pour des raisons de sécurité ou encore par manque de développement de leurs localités, ont un impact sur les réfugiés et les communautés hôtes. Ils se retrouvent ensemble, dans une situation de pauvreté alarmante et manquant de moyens de subsistance.

Un autre souci auquel ils font face, c’est la faiblesse des services de santé, l’insécurité et les tensions sociales qui surviennent par manque d’accès aux services de base.

Résultat, les réfugiés deviennent de plus en plus vulnérables et éprouvent du coup, plus de difficultés à accéder aux opportunités économiques à même de leur permettre de subvenir à leurs besoins primaires. Les femmes qui se retrouvent dans cette situation inconfortable, subissent parfois des violences sexuelles, mentionne le rapport.

Efforts de l’Etat

Pour faire face à ces situations, les gouvernements qui accueillent ces réfugiés, font des efforts quoiqu’ils soient en deçà de la réalité.

Selon le rapport, le Niger et le Tchad par exemple ont mis en place des politiques de réformes relativement progressistes. C’est le cas du Niger qui promeut l’équité des droits pour l’accès aux services.

Ces gouvernements, dans leurs politiques de fourniture de services aux réfugiés, sont appuyés par les institutions internationales comme le Hcr, le Pam et l’Ue. Et compte tenu du fait que l’écrasante majorité de ces réfugiés ne dispose pas de papiers prouvant leur statut, l’aide est octroyé selon le niveau de vulnérabilité.

Innovation

Dans le document présenté hier, la Banque mondiale annonce avoir créé une facilitation dans le cadre de l’IDA18, d’un montant de 2 milliards de dollars sur 3 ans (2018 – 2021), pour mieux assister les réfugiés. Cette facilitation sera octroyée aux pays les plus pauvres dont le Niger, le Tchad, selon le nombre de réfugiés accueillis et compte tenu des engagements des autorités qui accueillent cette catégorie de personnes.

Le Niger accueille des réfugiés à Diffa (frontalière avec le Nigéria) à cause de la menace de Boko Haram, et à Tillabéri (région frontalière au Mali) du fait de la présence de djihadistes au nord-Mali.

Les crises au Mali, en Centrafrique, au Soudan et au Nigéria sont permanentes dans la région.

Guevanis DOH, https://www.niameyetles2jours.com/la-gestion-publique/securite/3011-1624-les-deplacements-de-populations-dus-aux-crises-regionales-constituent-un-defi-au-developpement-banque-mondiale

Envoyer un commentaire