booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Gabriel Okoundji se lève pour Tombouctou

Abdourahman Waberi, Slate Afrique

Discret, le poète d’origine congolaise Gabriel Okoundji (Grand Prix de la littérature d’Afrique noire 2010) fréquente les terres ombreuses de la mémoire et l’arrière-pays de l’enfance. Il lui arrive, quand la situation l’exige, de nous tirer par la manche pour nous sortir du sommeil de nos conforts et pour nous rappeler que notre vie est plus grande que ce que nous faisons. Ce geste qui peut paraître anodin, voire puéril – tirer la manche de l’homme moderne pressé, accablé par les soucis quotidiens – ce geste est accompli par les enfants, les grands prophètes ou par les poètes. Contre la barbarie qui frappe Tombouctou et tout le septentrion du Mali, Gabriel Okoundji (photo) se fait vigie. A son tour, il nous tire par la manche : « Par temps d’obscurité, c’est  du ressort du poète muni de la parole d’une vie, de lancer un appel à la défense du symbole qui garantit à l’homme sa dimension d’homme. La nuit toujours se lézarde où éclot le cri du poète. Oui, j’aime à panser mes blessures dans l’eau pure de cette conviction ». Et nous l’en remercierons, du fond du coeur.

 

Ode à Tombouctou

« Ô toi qui vas à Gao fais un détour par Tombouctou. Murmure mon nom à mes amis
et porte leur le salut parfumé de l’exilé qui soupire
après le sol où résident sa famille, ses amis, ses voisins. »

Ahmed Baba.

 

 

Que Tombouctou agonise, pourvu qu’ils dansent !

Les hommes dont le nom n’est dans aucune langue …

ils ont détruit le visage de la cité des 333 saints

ils ont profané les tombes, les mausolées et la grande mosquée

ils ont piétiné l’honneur séculaire de la Perle du désert

ils ont proféré des paroles tissées de haine et de mépris

dansez donc, hommes dont le nom n’est sur aucune lèvre.

 

Que Tombouctou agonise, pourvu qu’ils dansent !

« La vérité est objective.
La loi est objective.
La mort est objective.
Il faut penser Dieu comme Totalité objective. »

Edmond Jabès.

 

Oh mon âme en peine ! les hommes dont le visage n’est dans aucun regard

psalmodient des cris de guerre sous la lueur protectrice de nos saints

voici Alfa Mobo floué, Cheik El Kébir meurtri, Alfa Moya humilié

Sidi Mahmoud, Sidi Moctar et tous les cultes violés : le ciel est en deuil !

Et puisque peu importe que l’histoire humaine soit incendiée, dansez !

dansez donc, vous qui n’avez point de nom sur cette terre des hommes

Que Tombouctou agonise, pourvu qu’ils dansent !

 

« Si l’ennemi découvre son front
Au-dedans ou au-dehors
Debout sur les remparts
Nous sommes résolus de mourir. »

Hymne national.

 

Frères maliens, que reste t-il du souffle de notre patrie ?

la force du baobab est dans ses racines par temps de ténèbres et de tempête

notre ciel n’est pas éteint : quand donc frémira l’élan dans nos veines ?

 

Frères, marchons au son de notre hymne, à la lumière des flambeaux éclairant l’esprit

on n’est pas orphelin d’avoir perdu père et mère, mais d’avoir égaré le chemin de l’espoir

 

Elisons le combat à la mémoire des bouddhas de Bamiyan, des mystiques soufis de Somalie

et la bataille à la hampe de Tombouctou sera au fronton de la légitime colère

 

Il est temps aujourd’hui même de ne plus vivre la douleur de la défaite : combattons !

demain il sera trop tard pour enrayer le crime de ceux qui se moquent de l’homme.

Gabriel Okoundji

———————————

Bonus

Outre ses recueil de grande facture, on peut retrouver Gabriel Okoundji dans le sommaire du nouvel hors-série L’Atlas des utopies (Editions Le Monde/La Vie, octobre 2012, 188 pages, 12 euros) aux côtes notamment de Boris Cyrulnik, Edgar Morin, Miguel Abensour ou Albert Jacquard.

http://blog.slateafrique.com/cahier-nomade/2012/10/18/gabriel-okoundji-se-leve-pour-tombouctou/

Envoyer un commentaire