booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Algérie: manifestations pour réclamer la généralisation du berbère à l’école

AFP-TV5 Monde -Mise à jour 14.12.2017 à 19:00

Des manifestations de lycéens et étudiants ont lieu depuis une semaine dans plusieurs villes berbérophones d’Algérie, particulièrement en Kabylie, pour réclamer la généralisation de l’enseignement à l’école du tamazight, la langue berbère, promue langue officielle au côté de l’arabe en 2016.

Ces manifestations font suite au rejet, fin novembre en commission, d’un amendement à la loi de Finances déposé par le Parti des travailleurs (extrême-gauche, 11 députés). Cet amendement prévoyait « la généralisation de l’enseignement du tamazight dans toutes les écoles publiques et privées » d’Algérie, et son caractère « obligatoire ».

En réaction, des manifestations quasi-quotidiennes de lycéens et étudiants ont vu le jour au cours de la semaine écoulée en Kabylie, région berbérophone traditionnellement frondeuse, ont rapporté les médias algériens.

Elles se sont déroulées pacifiquement à Tizi-Ouzou et Béjaïa, villes respectivement situées à 100 et 250 km à l’est d’Alger), selon les mêmes sources.

Photo d'archives d'un drapeau amazigh lors d'un rassemblement dans la ville de Aït-Ahmed, en Algérie, le 1er janvier 2016
Photo d’archives d’un drapeau amazigh lors d’un rassemblement dans la ville de Aït-Ahmed, en Algérie, le 1er janvier 2016
afp.com – FAROUK BATICHE

 

Jeudi, une marche d’étudiants à Bouira (100 km au sud-est d’Alger) a en revanche donné lieu à des échauffourées quand la police a tenté de disperser les manifestants, a affirmé à l’AFP un journaliste sur place.

Une autre marche dans cette même ville avait déjà connu de premiers heurts mardi, d’après des médias. L’université avait alors été fermée dans le but d’empêcher les étudiants de s’y rassembler.

Aucun bilan n’a été communiqué à la suite de ces incidents.

La grogne s’est aussi étendue ces derniers jours à d’autres localités majoritairement berbérophones, Boumerdès (45 km à l’est d’Alger) et Batna (400 km au sud-est), où des manifestations ont été rapportées.

Jusque dans les années 1990, l’Etat algérien, désireux d’unir le pays autour de l’arabité, a largement nié, voire réprimé les revendications identitaires et linguistiques de la population berbérophone, qui représente environ un quart de la population algérienne et est majoritairement concentrée en Kabylie.

Un Haut commissariat à l’Amazighité (HCA) a été créé en 1995 pour promouvoir notamment l’enseignement du tamazight dans les établissements publics, mais son action, régulièrement critiquée par les associations culturelles berbères, est restée relativement limitée.

Le tamazight a été reconnu langue nationale en 2002, après près d’un an de sanglantes émeutes en Kabylie (126 morts), avant d’être consacré langue officielle au côté de l’arabe dans la nouvelle Constitution adoptée en 2016.

Actuellement, le tamazight n’est enseigné que dans 37 départements sur les 48 que compte l’Algérie, selon le patron du HCA, El Hachemi Assad.

2 commentaires pour Algérie: manifestations pour réclamer la généralisation du berbère à l’école

  • fonfontiti

    Nous arabes algeriens musulmans nous vivons le progrés de tamazight comme un nouveau colonialisme et une division injuste de notre peuple; Benbadis nous a enseigner l appartenance a l arabe par la religion;aussi on le vie comme une revanche de la haine tamazighrt sur les autres.Ou nous emenera ce dialecte ? Un diplome en tamazighrt au moment ou les autres peuples on des diplomes internationnaux en anglais! c juste une affaire de revanche sur l’arabe et l’islam.On refuse que nos enfants etudie ce dialecte qui nous correspond pas ni a nous ni a nos encetres.

  • AG AZAMANE

    Si ce pseudo, quelque peu farfelu de « fonfontiti » qui se rapproche; moins à celui de Mohammad,le marqueur identitaire arabe musulman, qu’à celui de Ouistiti (un petit singe arboricole des forêts congolaises, dit, en usurpant l’arabité islamique maghrébine, je le cite: « On refuse que nos enfants etudie ce dialecte qui nous correspond pas ni a nous ni a nos encetres. », ce qu’il est si ignorant de la langue Tamazight.

    En effet, la Tamazight/Tamacheqh est la langue la plus ancienne du Maghreb et du Sahara écrite en Tifinagh qui, en plus d’être la langue des 80% des Maghrébins et des Sahariens, découle de l’Araméen de la Phénicie/Palestine (4000 ans avant Jésus et 2600 ans avant « l’arabité islamique » dont découle les hiéroglyphes pharaoniques et l’hébreu des Moïse, David et Salon.

    Aussi, les arabes algériens musulmans représentés par « fonfontiti » ne pourront rien contre la progression inéluctable de la Tamazight qui est vécue comme l’émancipation du peuple amazigh maghrébin et saharien de l’impérialisme islamique arabe conquérant du 8ime siècle qui est en train de perdre du terrain.

    C’est, assurément, la revanche de la Tamazight, moins sur l’islam modéré des Amazigh et des Touareg (un fait historique admis) que sur l’arabe que se « dé-islamise » en se radicalisant salafiste terro-jihadiste en constituant des fachos AQMI-EEI-Daesh et patata patati.

Envoyer un commentaire