booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Tombouctou la mystérieuse, poème de Hamadoun Tandina

Blog Ti-diak

 

Dans le regard du poète sahélien

A un pas et demi du fleuve,

A zéro mètre du désert,

Sous le vaste ciel saharien,

Un paysage à bord du chagrin

Laissant voir les dunes de sable

S’étendant à perte de vue.

 

Sur le fleuve Niger

Des nuages de poussière,

Des épineux mourant de soif,

Des piquets de tentes nomades,

Des enclos et des huttes de paille,

Des maisons en banco

Revêtues de calcaire,

Une, deux, trois mosquées célèbres,

Des familles de cordonniers,

De maçons, de bouchers,

Des hommes séduisants

Et des femmes gracieuses,

Des petits enfants poussiéreux,

Une population flottante

Plus nomade que sédentaire,

Le coq, la poule et ses poussins,

Le bouc, la chèvre et le mouton,

Le chien, le chat et la souris,

La viande, le thé et le sucre,

Les pilons entre les mortiers,

La calebasse du mendiant,

Et c’est la cité mystérieuse,

La vieille ville de Bouctou.

Avez-vous déjà visité Tombouctou,

Tombouctou la ville mystérieuse ?

Cité célèbre du savoir, sœur de Djénné ?

Depuis Koroyomé,

Kabara ou son aéroport ?

Jusqu’aux dunes de sable,

Battant du Sahara,

Repoussant le fleuve Niger

Vers la terre des Askias.

Tombouctou !

 

René Caillié lors de la traversée du désert

C’est là que René Caillié Abdallah

Explorateur français

Au petit matin du vingt Avril

Mil huit cent vingt huit

Dans la grande mosquée de Djingareyber,

Les bras ballants, la tête basse,

A perdu son bâton de pèlerin,

Pour se confondre joyeusement

A la grande famille de Bouctou.

Tombouctou !

Du fort Cheick Sidi El Békaye,

Le camp militaire

Au cimetière Sidi Mahmoud,

Au bout de la cité,

Partout dans le silence

Des profondeurs terrestres,

Reposent en paix

Trois cent trente trois Saints,

Savants choyés d’Allah,

Porte-drapeau de l’Islam,

Gardiens de la ville

Qui vit tant de tombes.

Tombouctou !

Dans le coquillage béni

De ta couche de sable,

Tes maisons en banco

Joliment vêtues de calcaire,

S’élèvent dans le ciel saharien

Dominant le cours mystérieux

De tes ruelles tortueuses

Vers les places de réjouisances :

Fatouma Raffa à la Habbouzza !

Et le soleil se lève

Sur la mystérieuse Tombouctou,

Tombouctou la ville mystérieuse.

Héri, l’outre d’eau douce

Sur la Bellah aux fortes épaules,

Kara konno, le pain chaud

A la ceinture du marché,

Leindjékoye, le portefaix,

Entre les véhicules de transport

Houndé bakoye, le lait frais,

Djéna djéna le lait caillé,

Kossam ! Pour calmer les enfants

Et nourrir gracieusement

La Nana Fatouma de Sanaïdi

A l’étage, enfermée.

Djingarey fitila boulanga,

Le karité d’éclairage de la mosquée,

Kankani, la pastèque périodique,

Addafouga des chevaux talentueux,

Azalaï des chameaux inexorables,

Le dolo des nuits blanches

Du mois de Ramadan,

La danse du challo au clair de lune

Tombouctou !

Et le soleil se lève encore

Sur la mystérieuse Tombouctou,

Tombouctou la ville mystérieuse

Dans le salon d’honneur

Des élus de l’Islam

Sur le tapis sacré

Des serviteurs d’Allah,

Saluons les fidèles Imams

Qui ont piétiné ici-bas

Les loisirs de la vie

Pour le salut de l’au-delà.

 

La Grande Mosquée de Tombouctou

[…]

Carrefour lumineux des civilisations,

Vestibule universel du Coran Sacré,

Berceau des mille bornes de la bienséance

Ouvre largement les portes

De tes nombreuses écoles;

Des milliers et des milliers d’étudiants,

Venant de par le monde

Désirent percer les nuages sombres

De ton mystère.

 

El Farouk,

Le cavalier des nuits étoilées

Qui galope, galope, galope…

L’hospitalité singulière de Bouctou

Au pagne de cuir;

Le sabre provocateur du Targui,

Petit-fils de Chaïboum ;

La corde de l’arabe

Sur les pas de l’esclavage ;

Bitibatouma,

Le duel argileux de l’enfance ;

Sabougalanga de Sababoubangou

A l’heure du concert crépusculaire

Des muezzins de Djingareyber…

Allahou akbar ! Dieu est grand !

C’est le mystère des mystères

Tout est mystérieux.

Hamadoun Tandina, poète malien, né à Goudam en 1943 de mère peulhe et de père songhaï 

http://ti.diak.over-blog.com/article-tombouctou-la-mysterieuse-122884259.html

Envoyer un commentaire