booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Mali: un nouveau gouvernement qui fleure déjà la présidentielle 2018?

RFI Publié le 13-04-2017 Modifié le 13-04-2017 à 05:04

Le Premier ministre malien Abdoulaye Idrissa Maïga a rendu publique la liste du gouvernement. Et à y voir de près, la prochaine présidentielle malienne de 2018 a très probablement guidé certains choix.

Le nouveau Premier ministre malien, membre influent du parti au pouvoir, fut le directeur de campagne, en 2013 du candidat Ibrahim Boubacar Keïta, et cela lui a porté chance. Il est devenu président. Aujourd’hui à la tête de ce nouveau gouvernement pléthorique, Abdoulaye Idrissa Maïga pourrait à nouveau jouer un rôle décisif en 2018, date de la prochaine présidentielle.

Le nouveau Premier ministre malien Abdoulaye Idrissa Maïga lors de la cérémonie de passation du pouvoir à Bamako, le 10 avril 2017.
© HABIBOU KOUYATE / AFP

Dans la nouvelle équipe, il y a l’entrée remarquée de Mme Traoré Oumou Touré, à la Promotion de la femme. Elle dirigeait jusque-là la puissante Coordination des associations féminines du Mali, et elle pourrait mobiliser les femmes si en 2018 le président Ibrahim Boubacar Keïta était candidat à la présidentielle.

Aux postes clés taillés sur mesures comme celui de l’Agriculture ou encore celui des Transports, des responsables du RPM, le parti au pouvoir. Ce n’est peut-être pas fortuit. Dans la majorité présidentielle, l’Adéma est le principal parti allié à celui du président IBK. Et en renforçant la présence des cadres de l’Adéma dans la nouvelle équipe, on peut également dire que les manœuvres politiques pour 2018 ont commencé.

Des jeunes qui comptent ont été maintenus à leurs postes, probablement dans la perspective de la présidentielle de l’an prochain. Citons le fringant ministre de l’Industrie Mohamed Aly Ag Ibrahim ou encore le ministre des Sport Housseïni Amion Guindo.

Des critiques

En tout cas, ce nouveau gouvernement suscite des réactions partagées. Le président du parti d’opposition des Forces alternatives pour le renouveau et l’émergence (FARE) et ancien Premier ministre, Modibo Sidibé, dit ne rien attendre d’une équipe qu’il estime ne pas être à la hauteur des nombreux défis auxquels fait face le pays. « Plus qu’une question de personnes, c’est une question de politique. Je crois que ce gouvernement répond à d’autres préoccupations, mais pas à celles des Maliens aujourd’hui. Je ne crois pas que ce gouvernement soit en mesure de répondre aux préoccupations des Maliens aujourd’hui, les enjeux et les défis du moment », regrette-t-il.

Les organisations sociales voient quant à elles d’un œil sceptique une équipe gouvernementale aussi conséquente.

Trente-cinq ministres à un an de la fin du mandat, avec toutes les crises sur les plans économique et social que nous traversons, nous pensons sincèrement en tant que syndicalistes que nous n’avions pas besoin de tout ça.

Et ce nouveau gouvernement arrive sur fond de crise sociale dans le pays, qui entame son 36e jour de grève dans le secteur de la santé. Des associations signalent des cas de décès liés à la grève, alors que de son côté, l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) donne une semaine au gouvernement pour trouver une solution.

http://www.rfi.fr/afrique/20170413-mali-nouveau-gouvernement-fleure-deja-presidentielle-2018

Envoyer un commentaire