booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Corrompus, corrupteurs et corruptibles. Résistances de sable

4 mars 2019

Nous voilà encore. Dans le classement sur la perception de la corruption de 2018, dans un rapport publié il y a quelques jours de cela par Transparency International, le Niger se trouve 114 sur 180 pays recensés. Deux places perdues par rapport à l’année passée quand nous habitions la case numéro 112.

Pas grave si comparé à la Somalie, première si l’on commence par le bas ou d’autres Pays en ‘voie de corruption’. L’Europe, dans le document cité, apparait comme le continent apparemment moins ‘corrompu’. Néanmoins à chacun ses corruptions. Chez-nous au Niger elles sont bien sûr de ‘sable’ : elles se déplacent à leur gré de la police à la douane et ont la tendance à s’accumuler dans la politique. Rien de nouveau en somme, sous le soleil du Sahel et de celui qui resplendit ailleurs. Mais ne vous laisser pas tromper car les grand corrompu ne sont pas ici. L’ONG Transparency International est elle-même fille du système qu’elle dénonce. Les grands corrompus on aura la chance de les trouver parmi les actionnaires des banques, à la tête des multinationales et parmi ceux qui, en toute impunité, orientent les choix politiques du système d’exploitation global. Ils sont bien habillés, ont un style de vie incompatible avec les autres humains et on, bien sûr, les ‘mains propres’. En réalité ce sont bien eux les grands corrupteurs qui se déplacent en toute impunité partout dans le monde sans être inquiétés.

Ceux dont parle Transpacency dans son rapport sont les petit corrompus, ceux qui, pour nous comprendre, poussent les ‘brouettes’ ou, aux frontières, prennent leur dû aux personnes et aux marchandises. C’est les petits poissons’ qui ensuite, dans les affiches de propagande, apparaissent avec l’argent dans la main, Euro ou alors Frans CFA comme le veut la mode d’ici. Au Niger nous avons une commission voulue par l’Etat qui a pour but de contribuer à éradiquer ou réduire la corruption. On l’a baptisée Halcia par pudeur. La Haute Autorité contre la Corruption et les Infractions Assimilés. La Commission, elle, se porte bien et son rôle est tout à fait symbolique car elle n’a aucun poids juridique. Voulue pour réduire la corruption dominante il ne reste qu’à se demander QUI supervisera la Commission…En effet ce sont les corrupteurs qui organisent les Grandes Frontières du Monde à venir. Ces dernières incluent d’office les riches qui peuvent se payer la citoyenneté dans le Nord, Pour les plus pauvres, dont le visa est interdit, il ne reste que les bateaux ou en échange les prisons. A chacun sa place.

Un journal qualifié qui sort en Italie, le ‘Sole 24 ore’, le journal des entreprises, il y a quelques jours mentionnait que’ dans la dernière décennie environ 133 oligarques de l’ex Union Soviétique, les millionnaires chinois et arabes, les riches hommes d’affaires turcs, libanais, brésiliens, vénézuéliens er sud-africains, qui ont acheté sans aucun problème la citoyenneté ou la résidence dans un Pays de l’Union Européenne moyennant de l’argent’… Corrupteurs et corrompus marchent ensemble et reproduisent le système sous conditions d’avoir la garantie des disciples ou faute de mieux des ‘supporteurs’. Ces derniers sont ceux qui, pensent ou espèrent tirer des bénéfices des prouesses des catégories citées ci-dessus. Pour simplifier nous les appelleront ‘ corruptibles’. Il s’agit du ‘citoyen commun’ qui vote assez souvent, qui s’informe et suis parfois l’actualité et surtout qui attend que son tour à la mangeoire arrive. Entre temps ils ramassent les os ou les miettes que corrompus et corrupteurs daignerons laisser tomber de leur table remplie de nourriture. Les corruptibles sont les premiers à taper des mains aux courtisans, aux griots du pouvoir et aux mercenaires, afin qu’ils réduisent la politique à un spectacle, l’économie à un vol perpétuel  la dignité humaine à une option bonne pour les célébrations des 70 ans. Les corruptibles sont les spectateurs indifférents ou les citoyens occasionnels qui constituent la base de ceux qui permettent à la ‘banalité du mal’ de s’installer de manière durable dans l’histoire. Par chance, dans le sable que tout  entoure, poussent, grâce au vent, résistances anonymes qui, par exemple font mémoire des trois étudiants tués en ce jour, le 9 février de 1990. Ici beaucoup les appellent martyrs et peut être seulement de ces derniers surgira la dernière des résistances : celle de sable.

   Mauro Armanino, Niamey, 9 février de 2019,https://blogs.mediapart.fr/mauro-niger/blog/040319/corrompus-corrupteurs-et-corruptibles-resistances-de-sable

Envoyer un commentaire