booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Mali, chronique d’un conflit entre Peuls et Dogons

GIPTA, juin 2018

Dans un contexte de conflits de basse intensité depuis plusieurs années entre pasteurs nomades transhumants peuls et sédentaires dogons, le niveau de violence s’est fortement aggravé ces derniers mois conduisant à la création de milices d’autodéfense peul et dogon

20/06/ 17 : Affrontements entre peuls et dogons dans le centre du Mali. Des affrontements meurtriers ont lieu entre peuls et dogons au centre du Mali, autour de la localité de Dioungani, dans le cercle de Koro, région de Mopti. Il y aurait eu 32 morts selon Adama Coulibaly, préfet de Koro, joint hier par téléphone. Source : RFI

13/03/18. Le conflit entre Peuls et Dogons fait plus de 10 morts. Les affrontements intercommunautaires entre Peulhs et Dogons ont encore repris dans le cercle de Koro, Région de Mopti. Les affrontements entre les deux ethnies ont commencé depuis le vendredi 9 mars 2018. Source : Le combat Adama A. Haïdara

18/03/18 : Une mission d’apaisement prône le pardon et le vivre ensemble. Une delegation du ministere de la reconciliation nationale et de la cohesion sociale, conduite par le ministre Mohamed El Moctar, s’est rendue sur place, précisément dans le cercle de Koro, dans le cadre d’une mission dénommee « Mission d’apaisement ».

Source: Delta News

20/03/18 : Les Dogons refusent d’être désarmés. Dans le contexte d’insécurité qui règne sur la quasi totalité du territoire du Mali, certaines ethnies s’organisent pour leur sécurité. Depuis quelques semaines, dans le cercle de Koro au centre du pays, des affrontements meurtriers opposent les Donzos (chasseurs traditionnels) dogons à la communauté peule, dont certains membres sont accusés d’appartenir ou d’entretenir des liens de proximité avec les groupes djihadistes.

18/04/18 : Les Peuls et les Dogons invités à enterrer la hache de guerre. Les Peuls sont de plus en plus stigmatisés par les Dogons au Mali avec qui ils entretiennent une ancienne rivalité. Désormais, les Peuls sont traités de terroristes, parfois considérés comme complices des djihadistes dans un pays où le climat sécuritaire est tendu. Un racisme politisé qui donc vient aggraver un vieux conflit. L’ancien ministre malien de la Réconciliation et actuel directeur de la Commission nationale de désarmement, démobilisation et de réinsertion (CNDDR), Zahabi Ould Sidi Mohamed, encourage le dialogue entre les deux communautés.

18/05/18 :  Les Peuls s’insurgent contre le laxisme des autorités. Les membres de l’Association des amis de la culture Peule, Tabital Pulaaku (Aacp-Tp) sont en colère. Ils l’ont fait savoir devant la presse. « On affame, on tue et on brûle !!! » s’exclame Abdoul Aziz Diallo, président de l’association. Pour lui, la violence actuelle ne procède pas de lutte contre le djihadisme, mais d’un calcul machiavélique destiné à chasser les peuls de leur terroir afin de reprendre leurs champs. « Le peul est devenu un gibier qu’il faut débusquer, non pas dans les buissons, mais à l’intérieur des cases », a-t-il commenté. Source : Tabital Pulaaku

18/05/18 : Une centaine de déplacés ont fui le centre du pays à destination de Bamako. Les violences se multiplient dans le centre du Mali entre Peuls, traditionnellement éleveurs, et les ethnies bambara et dogon, pratiquant majoritairement l’agriculture. Fin mars, l’ONU s’est dite « préoccupée par l’ampleur de ces violences inter communautaires », évoquant un bilan « d’au moins une cinquantaine de morts ». Fuyant les violences, près d’une centaine de civils maliens ont quitté le centre du Mali pour trouver refuge à la périphérie de Bamako. Source RFI

24/05/18 :Deux mouvements armés d’autodéfense viennent de voir le jour. L’un, Alliance pour le salut au Sahel (ASS) déclare être un groupe armé pour protéger les populations peules et l’autre « Dan na Amassagou » affirme que son objectif est la protection des civils dogons. Source : RFI Afrique

30/05/18 : Entretien avec un chef Peul armé. Son leader, Bacar Sow (le nom a été modifié.), un Peul qui se présente comme un financier et tient à conserver pour le moment un total anonymat, a néanmoins accepté d’expliquer à Mondafrique, les objectifs, les missions, les soutiens et la capacité opérationnel de ce nouveau mouvement, qui fort d’une centaine d’hommes en armes, affirme pouvoir ramener l’ordre dans ces zones en proie à un vide sécuritaire, mais aussi œuvrer au développement de ces localités, abandonnées depuis longtemps, par les pouvoirs publics. Interview. Source : Mondafrique

Devant la multiplication des conflits auxquels sont confrontés les peul mbororo au Sahel et en Afrique centrale, le GITPA va engager des travaux, sous différentes formes, pour tenter d’éclairer l’origine de ces conflits.

Accès aux informations sur les peul mbororo sur le site du GITPA

Envoyer un commentaire